Réforme : JM Blanquer pourrait supprimer les jours fériés existants sous N. Vallaud-Belkacem

BlanquerNVB.jpgSimple détricotage ou véritable table rase, la question est posée. Après avoir annoncé la remise en cause des réformes des rythmes scolaires et du collège, le nouveau ministre de l’Education nationale pourrait supprimer tout ou partie des jours fériés existants sous Najat Vallaud-Belkacem.

A l’heure actuelle, le calendrier compte 11 jours fériés. Six correspondent à des fêtes religieuses, deux aux commémorations des guerres mondiales, s’y ajoutent le jour de l’an, le premier mai et la fête nationale.  Sous le ministère de Najat Vallaud-Belkacem, élèves comme enseignants n’ont pas pu à aller à l’école ces jours-là.  C’est sur ce point que Jean-Michel Blanquer pourrait très prochainement faire des annonces officielles.

Laisser le choix dans la date aux mairies et aux établissements

« De fait, le 14 juillet, le 15 août, Noël et le jour de l’an tombent systématiquement pendant les vacances scolaires » note G. Pacour, expert en calendrier scolaire. Leur suppression ferait figure de mesure de  simplification. Pour les professionnels de l’éducation, le problème réside surtout dans la mauvaise répartition des jours fériés et leur concentration à la fin de l’année scolaire. Pour y remédier, le ministère pourrait donner aux mairies et aux établissements la possibilité de décider à quel moment les placer.  Une décision qui aurait le mérite de leur laisser le choix dans la date.

Rien n’a encore filtré sur le calendrier choisi par JM Blanquer pour présenter ses projets. S’il se dépêche, la mesure pourrait entre en vigueur dès lundi prochain.

 

Publicités

Problèmes de lunettes : l’Education nationale demande le report de l’éclipse solaire

Partial_Solar_Eclipse_(by)Dans les établissements scolaires, la journée de vendredi s’annonce délicate. Entre manque de lunettes et consignes de confinement l’épisode risque de virer au fiasco. Devant l’impossibilité de préparer correctement l’évènement, l’Education nationale vient de demander officiellement le report de l’éclipse.

D’après les prévisions, l’éclipse partielle du soleil sera visible en France métropolitaine de 9 heures à midi. Sur son site officiel, le ministère rappelle que « Des risques liés à l’observation d’une éclipse du soleil peuvent engendrer des lésions oculaires graves et irréversible ». De l’autre coté, un tel phénomène constitue une remarquable occasion de travailler avec les élèves. Autant de raisons de préparer minutieusement l’évènement.

 « il reste trop de zones d’ombre »

« On ne peut pas se permettre d’y aller sans y voir clair » admet J-Y Voirien, inspecteur général chargé des éclipses « là, nous sommes obligés de reconnaitre qu’il reste trop de zones d’ombre ». Najat Vallaud-Belkacem a écrit en urgence au bureau international d’astronomie pour demander le report de l’éclipse. « Si nous obtenons satisfaction, nous passerons immédiatement une commande de lunettes pour la nouvelle date » ajoute M. Voirien. Hors de question de passer une nouvelle fois à coté.

Au cas où le report de l’éclipse s’avérerait impossible, le ministère préconisera de passer la journée de jeudi à habituer les élèves. Les professeurs seront invités à éteindre progressivement les lumières puis à les rallumer en fin de matinée.

Révélation : le Premier ministre serait en réalité un élève de 3e

VallsCollege2La photo, publiée sur le compte Twitter du Premier ministre, a rapidement fait le tour du web. Elle révèle ce qui faisait jusque là figure de secret d’Etat : Manuel Valls serait en réalité élève en classe de 3e.

Tout aurait commencé par un incroyable coup de culot. Manuel Valls aurait écrit l’Elysée pour demander à y effectuer le stage d’observation prévu par les programmes pour tous les collégiens. A la recherche d’un candidat pour remplacer Jean-marc Ayrault, François Hollande aurait immédiatement sauté sur l’occasion. Toutefois, sa nomination à Matignon le lui aurait pas été complètement favorable. Trop pris par ses activités gouvernementales, le Premier ministre aurait été contraint de redoubler sa 3e.

« Il est plutôt sérieux mais parfois assez provocateur »

« C’est un élève assez curieux » raconte Mme Lemère-Dévry, sa professeure de mathématiques. « Il est plutôt sérieux mais parfois assez provocateur ». Son professeur de français, M. Beauvau est beaucoup plus critique. « Manuel est très indiscipliné ! Il n’a jamais ses affaires et passe son temps à bavarder avec sa voisine ». Une attitude qui transparait très clairement sur la photo publiée. Alors que le cours a manifestement commencé, M. Valls et sa voisine sont les seuls à n’avoir ni feuilles, ni stylos. Sous son regard sage, le Premier ministre vient probablement de glisser un bon mot à sa camarade assise à coté de lui.

Maintenant que sa véritable identité est connue, Manuel Valls va peut-être pouvoir reprendre une scolarité normale. Il devra notamment préparer les épreuves du brevet des collèges prévues les 25 et 26 juin prochains. A moins qu’il ne préfère attendre l’entrée en vigueur de la réforme du collège. Ce sera alors pour la rentrée 2016.

Buzz : Un ancien ministre de l’Education serait à l’origine du site satirique EdukActus

Rochechouart_CactusLa rumeur est partie d’un journaliste d’un grand quotidien du soir. Un ancien locataire de la rue de Grenelle serait à l’origine d’EdukActus. Une information qui fait le buzz.

Sur Twitter les réactions sont immédiates. Michel, parent d’élève dans le Var n’y croit pas une seconde. «  S’il y avait eu un Ministre de l’EN avec ce sens aigu de l’humour et de la dérision on l’aurait remarqué  ». Alan, professeur des écoles à Rouen est plus nuancé. « Il semblerait que les informations données à EdukActus proviennent en effet de sources proches des dossiers. Coïncidence ? » En tout état de cause l’implication d’un ministre dans la création du site pourrait expliquer sa surveillance par la NSA découverte il y a quelques jours.

Najat Vallaud-Belkacem et Benoît Hamon, peuvent être mis hors de cause.

Si l’information venait à être confirmée, elle entrainerait bien sur les spéculations sur l’identité du « coupable ». Najat Vallaud-Belkacem et Benoît Hamon, nommés après la création du site peuvent déjà être mis hors de cause. D’autant plus que tous deux étaient a priori peu spécialistes du sujet.

 Le premier suspect serait donc Vincent Peillon. C’est lui qui était ministre au moment de la création d’EdukActus. Le site avait d’ailleurs été le premier à annoncer qu’il allait quitter le ministère de l’Education nationale et entrer au Panthéon. Avant lui, une dizaine d’anciens ministres sont encore en vie dont Lionel Jospin, Jack Lang, François Bayrou, Xavier Darcos et Claude Allègre. Le créateur du site satirique se trouverait donc parmi eux.

A l’heure actuelle, aucun indice ne permet de privilégier une piste plutôt qu’une autre. Le mystère du ministre de la satire reste entier.

« Autorité des maitres » : désormais, un chaton égorgé à chaque manquement au règlement

JAbrichatonsusqu’où iront les mesures « exceptionnelles » pour faire suite aux attentats parisiens ? Un avant-projet de circulaire destinée aux écoles et aux établissements préconise d’égorger un chaton après chaque manquement au règlement. Explications.

La disposition est annoncée à mots couverts dans les 11 mesures présentées jeudi par Najat Vallaud-Belkacem. L’axe 2 concernant « l’autorité des maitres » le prévoit explicitement, « aucun incident ne sera laissé sans suite.». A chaque écart, son chaton. Clairement, la sévérité est de mise. Le document qu’EdukActus s’est procuré prévoit une expérimentation dans 5 académies pour une généralisation à la rentrée 2016.

« égorger un chaton est avant tout un acte pédagogique »

« Oui, c’est une mesure forte » concède Georges Tranché, référent au rectorat de Créteil « mais égorger un chaton est avant tout un acte pédagogique ». Chaque cas devra donner lieu à des explications circonstanciées auprès des élèves et des familles Des ressources réalisées par l’école vétérinaire de Maison-Alfort seront très prochainement mises en ligne. Dans le même temps, les programmes d’Education civique vont intégrer un volet consacré aux chatons et diverses aux manières de les égorger sans souffrances.

la SPA prête à accueillir les élèves

La Société Protectrice des Animaux a déjà pris position contre la mesure. L’association juge « inadmissible » que des élèves soient ainsi pris pour cible d’une circulaire ministérielle. Elle se déclare prête à accueillir dans ses refuges tous les élèves qui voudraient échapper à l’Education nationale. Du coté des parents, c’est plutôt l’inquiétude qui domine. « Qui va égorger les chatons ? » s’interroge la représentante d’une fédération « Comment s’assurer qu’elle aura les compétences ? Que fera t-on s’il y a des taches de sang sur les vêtements ? ». Autant de quelques auxquelles le ministère devra certainement répondre avant d’appliquer son projet.

Aux armes : Les profs bientôt formés à connaitre tous les couplets de la Marseillaise

Rouget_de_Lisle_chantant_la_Marseillaise Pas de doutes, la « mobilisation de l’école pour les valeurs de la République » est un plan d’ampleur. Parmi les 11 mesures annoncées la plus spectaculaire est sans conteste le plan de formation continue. Najat Vallaud-Belkacem ambitionne de faire apprendre la Marseillaise en entier à l’ensemble des enseignants.

Pour l’entourage de la ministre, cette démarche se justifie par des constats inquiétants réalisés après l’attentat contre Charlie Hebdo. « Les gens connaissent le refrain, au mieux le premier couplet » explique Vincent Impur en charge du dossier « mais pour le reste, il y a une véritable carence ». Alors que le ministère érige les symboles républicains en vecteurs de « l’autorité des maîtres », il était impossible d’en rester là.

Ils seront chargés d’enseigner les 15 couplets de la Marseillaise

NVB MicroDès la rentrée prochaine, un milliers de formateurs des premier et second degrés seront mobilisés. Ils seront chargés d’enseigner les 15 couplets de la Marseillaise à des équipes académiques qui elles-mêmes les répercuteront sur le terrain. Les Inspections Générales de Lettres et d’Histoire-Géographie seront sollicités pour fournir des livrets explicatifs du vocabulaire et du contexte de l’hymne national. Les « cohortes étrangères », « phalanges mercenaires », « projets parricides » et autres « guerriers magnanimes » n’auront plus aucuns secrets pour les enseignants français.

Selon un plan non encore finalisé, en combinant formation initiale et continue, la totalité des professeurs pourrait connaitre la Marseillaise en entier peu après la rentrée 2019. Restera alors à la faire apprendre aux élèves.

Noël : L’étable de Bethléem pourrait être classée en éducation prioritaire

320px-Nürnberg_Frauenkirche_Krippe_Anbetung_der_KönigeLa nouvelle carte de l’Education prioritaire est le dossier chaud du moment pour Najat Vallaud-Belkacem. La ministre a déjà accepté de réintégrer quelques réseaux dans le dispositif. Elle pourrait maintenant faire un geste en destination d’un établissement très particulier : l’étable de Bethléem. Explications.

Étrangement passée au travers de toutes les études, l’étable de Bethléem (Palestine) semble pourtant répondre parfaitement aux critères de l’éducation prioritaire. « Là bas tous les indicateurs sociaux sont au rouge » indique Ludivine Enfant chargée de mission auprès de Najat Vallaud-Belkacem « les familles vivent dans le plus grand dénuement ». On évoque la situation d’un enfant né sur la paille au milieu des animaux. Le taux de familles monoparentales serait également très élevé. Autant d’éléments qui pourraient parfaitement justifier un classement.

 Procédure d’urgence

A titre très exceptionnel, l’établissement pourrait entrer dans l’éducation prioritaire en cours d’année. Le ministère étudie la possibilité que la mesure s’applique dès la rentrée de Janvier. « Nous sommes bien dans une procédure d’urgence » confirme Mme Enfant en expliquant que ce cas aurait dû être traité depuis longtemps. « En plus, d’après nos informations des migrants non-francophones devraient arriver dans les jours qui viennent ». Administrativement, l’étable de Bethléem ne relève d’aucun réseau. Là encore, le ministère se dit prêt à déroger à la règle. Même pendant la trêve des confiseurs, Najat Vallaud-Belkacem ne veut pas prendre le risque de laisser s’installer une situation qui pourrait rapidement devenir difficile à gérer.