Lycées : Faute de portiques de sécurité, L. Wauquiez propose de fermer les portes à clé

portiqueLa promesse avait marqué la campagne des élections régionales en Auvergne-Rhône-Alpes, elle est désormais enterrée. Faute de pouvoir installer des portiques de sécurité dans les lycées, Laurent Wauquiez préconise de maintenir les portes des établissements fermées  à clé.

Les portiques voulus par le nouveau président du conseil régional d’Auvergne-Rhône-Alpes devaient tout à la fois lutter contre le « terrorisme, l’intrusion d’armes à feu et le trafic de drogues ». M. Wauqiez  avait initialement prévu d’expérimenter sa mesure phare dans des établissements pilotes des académies de Clermont-Ferrand, Lyon et Grenoble. Six mois plus tard, l’élu LR est contraint de se rabattre sur une solution à la fois plus simple et moins couteuse. Fermer les portes à clé ne nécessitera en effet pratiquement aucune dépense.

« Les élèves ne pourront plus sortir des établissements et sécher les cours »

« Si les portes sont fermées, les dealers et autres terroristes ne pourront pas pénétrer dans les établissements ! » se justifie K Denas, le vice-président de la région en charge de la sécurité. Pour son collègue de l’éducation, les portes fermées à clé peuvent aussi permettre de lutter contre l’absentéisme. « En maintenant les portes verrouillées en permanence, les élèves ne pourront plus sortir des établissements et sécher les cours » ajoute-t-il pour appuyer la mesure.

Le plan « lycée sous clé » pourrait être mis en place à partir de la rentrée. Le Conseil Régional n’a toutefois pas encore précisé comment il comptait faire entrer les élèves sans jamais ouvrir les portes.

Publicités

Ile-de-France : Pécresse veut des tests auditifs pour détecter les lycéens qui écoutent du Black M

Black_Mesrimes.jpg« Une véritable question de santé publique ! ». C’est avec des mots forts que la Présidente (LR) de la Région Ile-de-France a présenté sa nouvelle mesure : des tests auditifs pour détecter les lycéens qui écoutent du Black M.

Le conseil régional d’Ile-de-France a adopté la proposition, portée par Valérie Pécressede financer des tests auditifs de dépistage des chansons de Black M. « Il y a un fléau en Ile-de-France, c’est le décrochage scolaire. A la racine de ce fléau, mettons des mots : ceux des chansons de Black M ! » a déclaré la présidente devant l’assemblée régionale. Le choix s’appuie sur des constats que la majorité régionale juge « alarmants ». « 10 % des jeunes d’Ile-de-France écoutent du black M au moins une fois par jour », a ainsi affirmé Agnès Evren, vice-présidente chargée de l’éducation, précisant qu’il ne s’agissait « pas d’une politique de suspicion et d’accusation, mais d’une politique de prévention ».

Détecter Black M par l’analyse des eaux usées des lycées

La région a également adopté la possibilité de détecter l’audition de Black M par l’analyse des eaux usées des lycées, « une détection totalement anonyme » qui donnera « une vision claire et objective » de l’influence du chanteur dans chaque lycée, a expliqué le groupe MoDem, à l’origine de l’amendement. Le temps de réunir les équipements nécessaires, les lycéens franciliens pourraient être testés à partir du mois de septembre prochain.

Vent debout contre la mesure, les associations craignent un nombre massif de « faux positifs ». Pour les experts, les textes auditifs n’ont rien de fiables. Ils affirment qu’il y a de grands risques que les lycéens soient accusés d’écouter du Black M alors qu’ils préfèrent Maitre Gims ou Michel Sardou.

Paris : Des lycéens dans la rue pour protester contre le départ de Zlatan Ibrahimovic

zlatanNouvelle poussée de fièvre dans les établissements parisiens. Ce vendredi, plusieurs centaines de lycéens sont descendus dans la rue de la capitale pour protester contre le départ du Zlatan Ibrahimovic.

Le tweet de l’attaquant du PSG, publié à l’heure de la récréation du matin, a suffi à mettre le feu aux poudres. A l’annonce de la nouvelle, des jeunes ont immédiatement quitté les cours et commencé à organiser la mobilisation. Des manifestations spontanées se sont réunies autour des établissements avant de converger en direction du Parc des Princes. A midi, on comptait plus d’une trentaine d’établissements s touchés.

« Sans lui je n’ai aucune chance d’avoir mon bac »

Dans les cortèges, c’est l’inquiétude qui domine. Pour les lycéens, « Zlatan » fait figure de totem et parfois de véritable dieu. « Sans lui je n’ai aucune chance d’avoir mon bac » se lamente Lisa qui doit passer l’examen au mois de juin.  « Ibra donne un sens à ma vie » déclare Karim. « Si Zlatan s’en va, je ne pourrais plus supporter les cours d’Anglais » ajoute Erwan. Pour tous, l’annonce du départ d’Ibrahimovic  fait figure de fin du monde.

Le nom du futur club de l’attaquant suédois n’a pas encore été révélé. Peut-être exercera t-il ses talents au sein du ministère de l’Éducation nationale.

« Journée couchée », le mouvement lycéen qui veut succéder à « Nuit Debout »

Couchee_lit.jpgQuel débouché au mouvement « nuit debout » lancé sur la place de la République ? Un groupe de lycéens propose de relancer et d’élargir le mouvement en le transformant en « journée couchée ».

L’initiative prétend tirer les leçons des nuits passées à débattre et à refaire le monde.  «  Le gros problème des nuits debout, c’est que c’est très dur d’aller en cours le lendemain » constate Kevin, un militant de la première heure. D’où l’idée de passer des « nuits débout »  aux « journées couchées » , une forme d’action à laquelle chacun peut participer sans quitter son lit.   Avec ces nouvelles modalités, les lycéens espèrent rallier des jeunes qui jusque-là se sont tenus à l’écart de la mobilisation.

« Nous allons transformer nos lits en des milliers de Zones à défendre » 

Comme son prédécesseur, le mouvement « journée couchée » s’organise essentiellement sur les réseaux sociaux. Un groupe Facebook rassemble plus de 500 membres. Ses initiateurs espèrent bien profiter des vacances scolaires pour rassembler encore plus de monde. Sur Twitter, le hashtag #JournéeCouchée  relaie les initiatives et les témoignages des jeunes (im)mobilisés. Pour Kevin, il n’y a aucun doute sur le succès de l’initiative. « Nous allons transformer nos lits en des milliers de Zones à défendre (« ZAD », NDLR),  avec « journées couchées », c’est un énorme mouvement qui est en train de se lever ! »

Les jeunes militants se sont donné rendez-vous en fin de journée pour coordonner les premières actions de maintien au lit. Si d’ici là, ils parviennent à se lever !

Primaire LR : Un lycéen candidat avec comme slogan « travailler moins pour dormir plus »

Election_Italy_voting_handEt un de plus ! La liste des candidats à la primaire du parti Les Républicains pour l’élection présidentielle continue de s’allonger. Le jeune Kevin vient de se déclarer et résume son programme à une formule choc «  travailler moins pour dormir plus ! ».

Annoncée depuis le café en face de son lycée, la candidature de Kevin a de quoi surprendre. Même s’il a déjà montré une certaine sensibilité citoyenne, le lycéen n’avait jusque-là jamais montré d’intérêt pour la politique partisane. C’est semble-t-il la multiplication des candidats et l’espace ouvert pour promouvoir ses idées qui a décidé le garçon à se jeter à l’eau. Le programme du jeune homme a été élaboré avec l’aide de ses camarades de classe. Ses priorités : le sommeil et la qualité de vie.

Les adolescents ont pour priorité absolue de « dormir plus »

Sans prétendre rivaliser avec les ténors Sarkozy ou Juppé, cette candidature surprise pourrait rallier à elle de nouveaux électeurs. Au cours de sa première conférence de presse, il a présenté son projet et tenté de se démarquer de ses rivaux. « Les politiques ne prennent pas assez en compte les aspirations de la jeunesse » a-t-il déclaré. Sa conviction profonde est que les adolescents ont pour priorité absolue de « dormir plus » particulièrement le matin. De là découle sa proposition – assez iconoclaste à droite – de réduire radicalement le temps de travail, à commencer par celui des lycéens.

Pour pouvoir effectivement se présenter, Kevin devra obtenir le soutien d’au moins 20 parlementaires. Pour réunir ces parrainages, le lycéen risque d’être obligé de se lever tôt !

Menaces sur les lycées : des élèves préconisent l’auto-confinement à leur domicile

Classe_confineeLa multiplication des alertes à la bombe dans les lycées à Paris et Lyon obligent les établissements à organiser le confinement des élèves présents. Pour renforcer l’efficacité des opérations de protection, des lycéens proposent de s’auto-confiner à leur domicile.

Le confinement consiste à réunir tous les élèves d’un établissement dans des lieux sécurisés et à les couper de tout contact avec l’extérieur. Les exercices de ce type réalisés après les attentats du 13 novembre ont permis d’améliorer et d’affiner les procédures. Partant de sa propre expérience, Kevin, lycéen en 1ere S, est arrivé à la conclusion que l’endroit où il était le plus en sécurité était son propre domicile.

exercice d’auto-confinement à domicile dès demain matin 8h

À l’annonce dans alertes dans les établissements parisiens, le lycéen a immédiatement fait connaitre son analyse à ses camarades de classe. « Le meilleur moyen d’être bien protégés, c’est de rester chez nous » affirme le jeune homme. Pour lui, il ne fait aucun doute que les adolescents seront bien mieux installés que dans les salles du lycée. « Dans ma chambre, j’ai des réserves pour tenir plusieurs jours » insiste-t-il. Il propose même d’organiser un exercice d’auto-confinement à domicile dès demain matin 8h.

Certain de la justesse de ses propositions, il en a déjà fait part au Président de la République. Dans un courrier envoyé ce matin, il lui demande d’ordonner le confinement des lycéens à leur domicile jusqu’à la levée de l’Etat d’urgence.

Ile-de-France : V. Pecresse confirme son plan « LSD » pour les lycéens

LSDInterrogée ce matin sur France Info, Valérie Pécresse a confirmé ses intentions en matière de drogues. La Présidente de la région Ile-de-France va très prochainement lancer un grand plan« LSD » à destination des lycéens.

Le diéthylamide de l’acide lysergique (LSD, de l’allemand Lysergsäurediethylamid) est un psychotrope hallucinogène dérivé de composés issus de l’ergot du seigle. Il a été synthétisé pour la première fois en 1938 par les chimistes suisses Arthur Stoll et Albert Hofmann. Il agit sur les connexions entre les neurones  qui régulent l’information dans le système nerveux.

LSD utilisé dans un but pédagogique.

Pour L. Afumé, spécialiste du sujet, les effets LSD pourraient tout à fait être utilisés dans un but pédagogique. « Cette substance provoque une sensibilité accrue aux couleurs, toucher et sons » un atout essentiel pour mieux suivre les cours des professeurs.  « Elle entraine également une sensation d’euphorie très positive pour  le bien être des élèves » ajoute-t-elle en insistant sur l’intérêt du LSD pour le climat scolaire.

Le plan de Valérie Pécresse devrait s’appliquer «progressivement» sur la base du volontariat des établissements scolaires, après validation de leur conseil d’administration. Les 470 lycées franciliens vont donc devoir se positionner. Des débats qui pourraient vite tourner au bad trip !