Pratique : 5 sujets « Educ » pour bien pourrir vos repas de fête

RepasNoel.jpgA l’approche des fêtes, les questions cruciales se multiplient. Le menu est prêt, les cadeaux aussi, mais que serait un repas de famille sans une conversation animée ? EdukActus vous propose 5 sujets « Educ » pour bien pourrir vos repas de fête avec – en prime – les phrases à souffler à vos voisins de table pour les aider lancer le débat.

  • Les vacances. « 7 semaines de congés, 2 semaines de travail, c’est un bon rythme ça ! Et puis Juillet et Août, ça fait deux bonnes raisons de bosser dans l’Education nationale !»
  • Les programmes « Aujourd’hui, on apprend plus Louis XIV ni Jeanne d’Arc », « les jeunes ne savent plus rien faire, alors que moi, à leur âge… »
  • Le temps de travail des profs. « 20 par semaines, ça va, ça laisse le temps de faire autre chose à coté », « C’est sympa de finir le boulot tous les jours à 16h30 !»
  • L’utilité de l’école. « Moi je dis, l’école, ça ne sert à rien. Ce qu’il faut, c’est apprendre un métier, ça c’est utile », « T’as jamais eu envie d’avoir un vrai métier toi ? »
  • Les enseignants des enfants. « Cette année, sa maîtresse n’est vraiment pas souriante », « J’ai demandé à son prof de maths, il ne savait même pas que… ».

Bonus track pour les repas de fête entre profs : « Ecole, collège, lycée, université, qui bosse le plus, qui gagne le moins ? ». Nombre d’heures, nombre d’élèves, poids des copies. Avec ce sujet. Vous aurez largement de quoi pourrir tous vos repas entre profs jusqu’à la rentrée !

  • PS : Vous avez des propositions de sujets Educ ou de phrases chocs pourrir un repas de fête ? N’hésitez pas à les indiquer dans les commentaires !

Escroquerie : Il tente de rependre deux fois du dessert au repas de Noël de la cantine

buchesNoel.JPGIl a fallu l’intervention in-extremis des forces de l’ordre pour éviter le passage à l’acte. Alain, un habitué un self a été interpellé alors qu’il tentait de rependre du dessert lors du repas de Noël de la cantine.

Les faits ont été découverts grâce à l’attention sans faille des surveillants du restaurant scolaire. L’individu, de sexe masculin, avait effectué un premier passage devant les plats et s’était servi tout à fait normalement. Ce n’est qu’environ une demi-heure plus tard qui a tenté de revenir discrètement dans la file pour s’emparer d’une deuxième part de dessert. D’après les premiers éléments de l’enquête, le malfaiteur visait une part de bûche surmontée d’un champignon en meringue et d’une petite scie en plastique.

L’homme interpellé a été immédiatement conduit en garde à vue pour y être interrogé. Les enquêteurs devront déterminer sur son geste était prémédité ou s’il n’a agi que sous le coup de la tentation. Selon le procureur de la République, la tentative de vol pourrait avoir un lien avec le trafic de clémentines démantelé la semaine dernière.

Ils parlent « éducation » pendant le repas de Noël : 2 morts, 3 blessés

image

Le sujet est bien classé à haut risque mais les fêtes font parfois oublier les consignes de sécurité. En plein repas de Noël,  une discussion sur l’éducation a fait deux morts et trois blessés.

D’après les premiers éléments de l’enquête, les hostilités ont été déclenchées peu après le chapon. C’est l’oncle León qui serait à l’origine de l’incident. Au départ une simple remarque sur la mauvaise éducation des jeunes reprise et amplifiée par Mamie Violette. Ensuite c’est l’escalade. Les parents des enfants prennent le parti de leur progéniture tandis que les ados dénoncent les mauvais traitements dont ils sont victimes. Rapidement la situation est hors de contrôle et il faut attendre la bûche pour parvenir à séparer les belligérants.

attendre le Père Noël en discutant de la pluie et du beau temps

À leur arrivée, les secours ne peuvent que constater les dégâts. Les trois blessés dont deux dans un état grave sont transférés au CHU de Caen Un périmètre de sécurité est immédiatement mis en place. Les autres convives ont pu terminer le repas et attendre le Père Noël en discutant de la pluie et du beau temps.

Une fois de plus les autorités déplorent l’ignorance des règles de prudence les plus élémentaires.  Pour le nouvel an, la préfecture recommande de s’en tenir aux sujets balisés et de ne surtout pas pratiquer la conversation « hors-piste » si on ne dispose pas d’un équipement de sécurité approprié. 

Terrorisme : un individu barbu interpelé en possession de nombreux colis suspects

image

Pas de trêve de Noël pour les services chargés de la lutte contre le terrorisme. En fin de journée, un individu barbu a été interpelé en possession de très nombreux colis suspects.

L’homme a été arrêté par la douane volante alors qu’il venait de franchir la frontière belge en direction de Paris. Les forces de l’ordre avaient été alertées par l’étrange attelage et par la quantité impressionnante de marchandise transportée dans le véhicule. Même s’il n’a pas opposé de résistance à son arrestation, l’individu n’a pu fournir aucune explication satisfaisante concernant l’origine de sa cargaison. Pire, il n’avait aucun papier d’identité sur lui. Transféré dans les locaux du SRPJ, il a été placé en détention le temps d’éclaircir la situation.

il comptait passer à l’action dans la nuit du 24 au 25 décembre

Les autorités ont immédiatement lancé un appel au public afin de déterminer son identité. L’homme, assez âgé, est affublé d’une longue barbe blanche et porte un costume de couleur rouge. Il prétend répondre au patronyme de  » Noël  » et être originaire de Laponie. D’après les premiers éléments de l’enquête il comptait passer à l’action dans la nuit du 24 au 25 décembre et s’en prendre à des « enfants sages ». Son arrestation in extremis pourrait venir allonger la liste des attentats déjoués.

Pour l’heure l’opération n’a fait l’objet d’aucune revendication mais la procédure utilisée semble correspondre à un mode opératoire déjà identifié les années précédentes à pareille époque.

Restrictions : cette année les calendriers de l’Avent ne commenceront que le 7 décembre

calendrierAvent.jpg

Même au Pôle Nord, on cherche à faire des économies. Dans un communiqué, le Père Noël précise que cette année les calendriers de l’Avent ne commenceront que le lundi 7 décembre.

La décision est avant tout dictée par des considérations économiques. « En retardant le début de l’Avent d’une semaine, on abaisse de 28% la durée de la période et on réduit d’autant le nombre de cases sur les calendriers » explique L. Atoutouver, sous-directrice du département « planification et calendrier » auprès du Père Noël. Problème, les calendriers pour Noël 2015 sont déjà dans les rayons. Le communiqué adressé par traineau à toutes les rédactions précise que les commerçants sont autorisés à écouler les stocks.

taxe sur les clémentines et les chaussons

« La mesure n’a pas été facile à prendre » croit savoir une source proche du dossier « le Père Noël a clairement annoncé que la priorité était à la livraison des cadeaux, à partir de là, il a fallu faire des choix ». D’autres options semblent avoir été posées sur la table. Parmi elle, la réduction du nombre de rennes du traineau, l’augmentation du travail de travail des lutins ou encore une taxe sur les clémentines et les chaussons. Mais c’est finalement la réduction de la durée de l’Avent qui a semblé la plus judicieuse pour une mise en œuvre immédiate.

Passée la surprise, les enfants (et les autres) pourront tout de même se rassurer. Le Père Noël confirme que, quoi qu’il arrive, sa tournée mondiale reste bien prévue pour la nuit du 24 au 25 décembre.

Marronnier : ces profs qui tentent de revendre leurs copies de Noël sur internet

EBay_logo.svgLe sujet est l’un des plus éculés de l’après-Noël. Mais rien n’empêche d’en faire un article en faisant semblant de croire qu’il est original. Enquête chez ces profs qui essayent de revendre leurs copies de Noël sur internet.

A peine ouvertes, déjà en vente. C’est le sort de centaines copies d’élèves pendant la période de Noël. Une simple requête sur un site de petites annonces permet de mesure l’ampleur du phénomène. Des enseignants, de plus en plus nombreux, n’hésitent plus à utiliser internet pour tenter de se débarrasser de leurs copies à corriger.

 « des copies comme ça, j’en ai déjà lu »

« Je ne sais vraiment pas quoi en faire » se justifie Karine qui enseigne l’histoire en collège « Pour les vacances de Noël, mes élèves m’ont apporté plus d’une centaine de copies, c’est beaucoup trop ! ». Du coté de Bernard, maitre de CE2, c’est le doublon qui sert d’argument « des copies comme ça, j’en ai déjà lu, autant en faire profiter quelqu’un d’autre ». Si la revente de copies sur internet est maintenant entrée dans les mœurs, la plupart des professeurs préfèrent rester discrets de peur de vexer leurs élèves.

Dans le cas ou les copies proposés trouvent preneur, les vendeurs font bonne opération. Ils tirent finalement profit d’un cadeau dont ils ne voulaient pas. Par contre, si ce n’est pas le cas, ils en sont pour leurs frais. Et ils n’ont plus qu’à les corriger…avant la rentrée.

Réseaux sociaux : Un lycéen hospitalisé pour une indigestion de photos de repas de fête

C’est un patient un peu particulier qui est arrivé ce matin aux Urgences. Franck, un adolescent de 16 ans a été pris d’une violente indigestion provoquée par les photos de repas publiées sur les réseaux sociaux. Explications.

« C’est le premiers cas que je vois mais ça devait arriver un jour ou l’autre » raconte le docteur Plufin. D’après le médecin, c’est l’accumulation d’images d’une nourriture à la fois riche et abondante qui est à l’origine de la crise. Les appareils électroniques du jeune homme ont été placés en observation. Sur son compte instagram, les spécialistes ont repéré plus d’une centaine de clichés allant de la table décorée à la bûche en passant par les huîtres, les foies gras, les amuses gueules et un chapon pris sous 8 angles différents.

« les gens font des commentaires, les photos refont surface »

Pendant le repas du 24 au soir, Franck prend lui-même partie à la frénésie en postant plusieurs photos du dîner. En retour, il reçoit une bonne vingtaine de Snapchats sans compter les innombrables publications sur les comptes Twitter de ses amis. Les retweets permettent même aux meilleurs plats de repasser plusieurs fois dans la soirée. Après une bonne nuit de repos, les choses auraient pu en rester là. C’était sans compter sur l’algorithme de Facebook. « Comme les gens font des commentaires, les photos refont surface » explique de Docteur Plufin « Ça donne le sentiment que le repas s’étale sur plusieurs jours. » Une pression que le foie de l’adolescent n’a pas supportée.

D’après les médecins, Franck devrait pouvoir sortir de l’hôpital dans les heures qui viennent. Pour le nouvel an, il aura comme consigne de ne pas se connecter aux réseaux sociaux avant d’avoir totalement récupéré de la fête.