Baccalauréat : le ministère promet « la plus grande sévérité » pour les candidats en sandales-chausettes

sandaleschausettesL’instruction n’est pas encore parue au journal officiel mais les consignes diffusées dans les académies ne laissent aucun doute sur les intentions du ministère. L’Education nationale promet « la plus grande sévérité » pour les candidats qui se présenteraient à l’examen en chaussettes-sandales.

Le danger que représente la mode lancée par le rappeur Alrima est pris très sérieux par les autorités de la rue de Grenelle. En pleine période d’examens, la moindre alerte doit entrainer une réaction immédiate, faute de quoi les conséquences peuvent se révéler catastrophiques. Face à l’ampleur de la vague qui s’est emparée des lycées ces derniers jours, le ministère a donc fait passer des consignes à l’ensemble des examinateurs du baccalauréat.

« Une paire de claquettes-chaussettes, près de trois points de moins »

Pour les épreuves orales, les choses sont simples. Les candidats en sandales seront purement et simplement refoulés et pourront éventuellement repasser l’examen à la session de septembre. Pour les écrits, c’est plus compliqués. « Une paire de claquettes-chaussettes dans une salle peut faire baisser de près de trois points la moyenne des candidats de l’établissement » estime C. Lepié du bureau de surveillance de la mode lycéenne. La plus grande vigilance est recommandée aux surveillants. Les incidents devront être immédiatement signalés au rectorat et les candidats concernés seront traduits en conseil de discipline.

Les mesures de protection resteront en vigueur jusqu’à la fin des rattrapages du baccalauréat. L’Éducation nationale passera ensuite le relai à la sécurité civile qui aura la lourde tâche d’empêcher la prolifération des sandales-chaussettes sur les plages.

 

Publicités

Jean-Michel Blanquer promet une épreuve de Hand Spinner au brevet des collèges

Hand_SpinnerAvec une telle mesure, le nouveau ministre de l’Education nationale se prépare une belle popularité dans les cours de récréations. A peine arrivé rue de Grenelle, Jean-Michel Blanquer promet d’instaurer une épreuve de Hand Spinner au brevet des collèges.

Le phénomène Hand spinner ne s’est emparé des enfants que depuis quelques semaines. C’est peu mais c’est assez pour le nouveau ministre, manifestement très au fait des questions d’éducation, s’empare du sujet. La petite toupie d’origine américaine est en passe de devenir l’activité la plus pratiquée par les collégiens français. Créée pour aider de jeunes autistes elle a très rapidement conquis les 7-15 ans.

D’après le dossier préparatoire élaboré en urgence par le ministère, l’épreuve de hand spinner pourrait comporter trois parties distinctes. Une épreuve de « vitesse pure », des figures imposées et une analyse interdisciplinaire de la toupie en lien avec les programmes de technologie, de physique et de mathématiques. Le tout pour une durée de deux heures qui viendraient s’ajouter aux épreuves déjà existantes.

Compte tenu du calendrier très serré, le hand spinner ne sera expérimenté au brevet que dans une cinquantaine d’établissements avant d’être généralisé à la rentrée prochaine. Entre temps, le ministère aura déjà commencé à plancher sur la création d’un CAPES et d’une agrégation de hand spinner.

Spoiler : Quatre sujets de la saison 2015 du bac fuitent sur internet

La sortie nationale du sujet de philo était prévue le 17 juin prochain. Finalement la confidentialité n’aura pas tenu jusque-là. Quatre sujets du baccalauréat 2015 sont d’ores et déjà disponibles sur internet.

La publication a été signalée mardi soir sur un forum très fréquenté par les lycéens. Au début, les jeunes ont cru à l’une des traditionnelles avant premières de Pondichéry, du Liban ou d’Amérique du Nord. Pourtant d’après les experts il s’agit bien des sujets du bac 2015. Aussitôt alertés, les futurs candidats se sont rués sur les documents. « Les sujets qui ont fuité, ont été téléchargés plus de 100 000 fois en juste trois heures » indique un site spécialisé.

Dans les lycées, les réactions aux fuites sont plutôt mitigées. « Je n’en pouvais plus d’attendre ! » se justifie Melissa en terminale ES, « J’ai lu les quatre sujets de suite, d’une seule traite ». La jeune fille, qui connait par cœur les deux dernières saisons du baccalauréat, reconnait qu’elle devra quand même attendre la diffusion officielle pour connaitre les sujets qui lui manquent. A l’inverse Josephine, en terminale S, est littéralement scandalisée. « C’est de la triche de faire ça ! Ça casse complètement l’esprit de l’examen ! ». La lycéenne est fermement décidée à ne pas visionner les sujets avant la date. Elle a même prévenu sur Facebook qu’elle éliminerait ses « amis » s’ils « spoilaient» le baccalauréat.

Joint par téléphone un responsable des examens minimise le problème. « On sait que les risques existent. On ne peut pas les empêcher ». Sous couvert d’anonymat, il ajoute que l’essentiel est sauf. « On est tranquilles, ils ne risquent pas de spoiler les résultats ! ».

Oral du bac : Nicolas dénonce un « acharnement » des examinateurs

Capitolhill10thQuelques heures après son échec au rattrapage du baccalauréat, Nicolas tient à s’expliquer publiquement. Il dénonce un acharnement des examinateurs lors du rattrapage. Interview

Vous avez raté votre bac. Qu’en pensez-vous ?

C’est très simple : je suis profondément choqué de ce qui s’est passé. Je ne demande aucun privilège.  Mais enfin, j’en appelle à la conscience de chacun, de chacun de nos compatriotes : est-il normal que je sois interrogé sur des choses que je ne connais absolument pas, dont je n’ai même jamais entendu parler ?

Vous êtes allé « au rattrapage », mais ça n’a pas suffi…

Devais-je absolument avoir rendez-vous avec les deux dames [les examinatrices, NLDR] qui m’ont donné rendez-vous à 8 heures du matin ? Je ne demande aucun droit particulier. Je ne veux aucun avantage, mais je vous rappelle que j’ai été interrogé dans le cadre des épreuves écrites pendant une semaine entière. Savez-vous que j’ai accepté, et enduré encore ce matin près de quarante minutes d’interrogatoire ? Qui en parle ? Je ne suis pas un candidat au-dessus des lois, mais je ne suis pas décidé à accepter être en-dessous de la loi.

Et serez-vous de nouveau candidat au bac l’année prochaine ?

J’ai longuement réfléchi à ces questions. La question de savoir si on renonce ne se pose pour moi. Pourquoi ? Parce que vis-à-vis de son lycée, on a des devoirs, on n’a pas des droits. Je regarde avec consternation la situation. Je connais l’inquiétude de mes professeurs et leurs souffrances. J’aurai à décider, après un temps de réflexion, à la fin du mois d’août, au début du mois de septembre, de ce que je devrai faire.

Victoire de la France : Pour fêter ça B. Hamon accorde 2 pts de plus à tous les candidats au Bac

Voilà certainement de quoi calmer la colère des lycéens après les sujets tombés au baccalauréat cette semaine. Pour célébrer la victoire (5-2) de l’équipe de France de foot, le ministre de l’Education nationale accorde 2 points de plus à tous les candidats.

Le communiqué est tombé quelques instants après la fin de la rencontre France-Suisse. Le ministère précise que le bonus concernera l’ensemble des séries du baccalauréat, général, technologique et professionnel. Les candidats se verront ajouter deux points à la moyenne générale de leurs notes.

On savait le ministre fan de football. Cette décision sans précédent en est une étonnante confirmation.

« La récompense pourra éventuellement être augmentée si la France poursuit son parcours en coupe du monde » précise le chargé de communication. Les candidats aux autres examens comme le CAP et le Brevet des collèges devraient également en bénéficier.

Dès l’annonce de la nouvelle, les tweets de satisfactions et de remerciement se sont multipliés. La cote de popularité de Benoît Hamon semble désormais indexée sur le nombre de buts de l’équipe de France.

Les rédacteurs du sujet de Maths du Bac S sollicités pour analyser la comptabilité de Bygmalion

L’Education nationale au secours de la justice. C’est le sens de la requête adressée aujourd’hui par le parquet général de Paris dans le cadre de l’affaire Bygmalion.

Le sujet de Mathématiques proposé aux élèves de la série S était particulièrement complexe. Une véritable aubaine pour les enquêteurs travaillant sur la comptabilité de Bygmalion. « Nous sommes à la recherche d’experts pour nous aider à débrouiller tous ces chiffres » explique le commissaire Toufôt « l’auteur de ce sujet est certainement la personne qu’il nous faut ! »

Le ministère de l’Education nationale se dit « ouvert » à une collaboration avec la justice mais tient à préserver l’anonymat de l’enseignant. « Nous avons déjà reçu des menaces le concernant » affirme le sous-directeur du baccalauréat « il est de notre devoir s’assurer sa sécurité ». Le Parquet propose de lui accorder un statut comparable à celui des « repentis » dans les enquêtes criminelles.

Jean-François Copé se déclare « profondément choqué »

Jérôme Lavrilleux, l’ancien directeur adjoint de la campagne de Nicolas Sarkozy espère que l’assistance du mathématicien permettra de confirmer ses dires. Mis en cause, Jean-François Copé se déclare « profondément choqué » par le sujet de Mathématiques. Il considère que le recours à l’Education nationale est une preuve d’incurie de la Ministre de la justice et demande la démission de Christiane Taubira.

L’ancien président de la République, lui, se refuse toujours à évoquer l’affaire Bygmalion. Une façon de faire oublier son modeste 8/20 en mathématiques au baccalauréat.

Bac de Français : des lycéens et JF Copé demandent la démission de Victor Hugo

Le poème « Crépuscule » de Victor Hugo proposé comme sujet de commentaire aux candidats au Bac de Français n’est pas au goût de tout le monde. Choqués, certains lycéens vont jusqu’à demander la démission de l’écrivain.

En l’absence de fuite, ce n’est qu’au début de l’épreuve que les candidats ont découvert le texte qu’ils avaient à étudier. Même si certains candidats savaient que ce sujet pouvait tomber (voir notre édition d’hier), le choc est rude.

« Ce n’est pas possible un poème pareil » s’indigne Olivia en 1ere S « il a été écrit exprès pour qu’on rate notre bac ! ». Vocabulaires, formulations, images, rien dans le poème ne trouve grâce aux yeux des contestataires.

 « Un auteur qui écrit des choses aussi incompréhensibles ne peut pas rester au programme du Baccalauréat »

Immédiatement après la fin de l’épreuve, ce 18 juin, des appels à la résistance sont lancés sur les réseaux sociaux. Un collectif ironiquement baptisé « les misérables » publie un communiqué demandant la démission de Victor Hugo. « Un auteur qui écrit des choses aussi incompréhensibles ne peut pas rester au programme du Baccalauréat » écrivent les frondeurs qui se disent « profondément choqués ». Interrogé à l’Assemblée nationale, J-F Copé se déclare solidaire des lycéens et en profite demander également la démission de Christiane Taubira.

Au ministère, hors de question de remettre en cause l’épreuve. « Victor Hugo fait partie des classiques, nous n’avons aucune raison de le faire démissionner  » affirme une responsable du Bac de Français « D’ailleurs les candidats pouvaient tout à fait choisir un autre sujet ».

Après cette déferlante de critiques, on attend toujours la réaction de Victor Hugo.

Edit 19 juin 14:30. D’après une information non confirmée, Victor Hugo demanderait la démission des lycéens et de JF Copé.