Radicalisation : Une institutrice tente de pénétrer dans sa classe avant la rentrée

Au village de Saint-Repos c’est la consternation. L’institutrice de l’école a été surprise en train de pénétrer dans sa classe plusieurs jours avant la rentrée. Un cas de radicalisation qui inquiète.

C’est un voisin de l’école qui a donné l’alerte en constatant que le portail de l’école était anormalement ouvert. Arrivées immédiatement sur les lieux, les forces de l’ordre ont pu intervenir avant que l’enseignante ne pénètre dans sa classe. « L’opération a été très délicate » témoigne le commandant Congé. « Il fallait intercepter l’individu avant qu’il puisse laisser la moindre trace d’activité pédagogique dans l’école. »  Dans un tel cas, la protection des enfants reste, quoi qu’il arrive, la priorité numéro 1.

Plan de lutte contre la radicalisation pédagogique

Une cellule de veille psychologique a été mise en place pour aider les habitants de Saint-Repos à encaisser le choc. Sur le fond, cette tentative d’attentat pourrait être le signe d’une inquiétante radicalisation du corps enseignant. La ministre de l’Éducation nationale a pris l’engagement de solliciter un rapport de l’inspection générale sur les cas déjà recensés. Un plan de lutte contre la radicalisation pédagogique pourrait être annoncé dans le courant du premier trimestre. Dans le contexte actuel, Najat Vallaud-Belkacem tient à ce que les enseignants arrivent en pleine forme devant les élèves.

Dans l’immédiat, l’institutrice arrêtée a été placée en rétention. Pour empêcher toute récidive, elle ne devrait être libérée que la veille de la pré-rentrée.

Trafic : Bison futé prévoit une journée rouge ce mardi dans les couloirs

couloirLes conditions de circulation s’annoncent difficiles. La journée de mardi est classée rouge au niveau national dans les deux sens de circulation.

Les premiers bouchons devraient se former peu avant 8h aux portes des établissements avant de se résorber rapidement après les entrées en classe. La vallée du Rhône et l’Ile-de-France devraient connaitre des encombrements importants dans le sens des départs.  les zones rurales et les abords des grandes villes ne seront pas épargnées en revanche, le trafic sera fluide sur les plages et les pistes de ski.

A la mi-journée, Bison futé prévoit des difficultés autour des lieux de restauration

D’autres pics de circulation et des sont probables en milieu et en fin de matinée. A la mi-journée, Bison futé prévoit des difficultés autour des lieux de restauration. Dans l’après-midi les encombrements pourraient se renouveler aussi bien dans le sens des départs que dans celui des retours. La circulation devrait redevenir parfaitement fluide en fin de journée sur l’ensemble du territoire.

Pour éviter le bouchons, Bison Futé renouvelle ses conseils de prudences et recommande, dans la mesure du possible d’éviter d’aller à l’école le jour de la rentrée.

Séparation des One Direction : « une menace sérieuse sur la rentrée » selon les experts

One_Direction_2013Chez les fans l’annonce de la séparation prochaine du Boy’s band anglo-irlandais a fait l’effet d’une bombe. Selon les experts, la fin des One Direction pourrait constituer une  « menace sérieuse sur le bon déroulement de la rentrée scolaire ».

C’est le tabloïd britannique « The Sun » qui a le premier révélé la future séparation du groupe. Il s’agirait d’un break d’un an afin que chacun puisse se consacrer à ses projets. Sur les réseaux sociaux, l’information a provoqué un déluge de réactions de fans s’interrogeant sur le sens de la vie et de la possibilité de reprendre les cours la semaine prochaine. Les experts jugent que le choc est à même d’entrainer des réactions violentes au moment de la rentrée.

« une fois radicalisés, les directioners sont capables de tout »

« A ce stade, on ne peut absolument rien prévoir » prévient un directologue « une fois radicalisés, les directioners sont capables de tout ». Une action – concertée ou non – de la part des fans du groupe le jour de la reprise pourrait désorganiser les établissements scolaires et empêcher le déroulement des premiers cours. Des voix s’élèvent déjà pour demander aux autorités de prendre des mesures. Sur Twitter, Eric Ciotti a exigé que le gouvernement « mette tout en œuvre pour lutter contre la séparation des One Direction. ».

La cellule de crise réunie au ministère de l’Intérieur planche sur les moyens d’éviter la catastrophe. Parmi les pistes envisagées : la diffusion du dernier album du groupe dès l’entrée des élèves dans les établissements.

Santé : Une enseignante hospitalisée après avoir dit « vivement la rentrée ! »

Passé le 15 août, la réactivité des pouvoirs publics se doit d’être sans faille. Ce matin, une enseignante a été hospitalisée en urgence après avoir déclaré « vivement la rentrée ! ».

« La personne a été signalée grâce au dispositif « collègues vigilants » » rapporte le capitaine Bouleau qui a dirigé l’opération. « Les propos ont été tenus en fin de soirée mais les participants étaient parfaitement lucides ». Un cas jugé suffisamment sérieux pour justifier l’intervention des secours ce matin à la première heure. L’enseignante hospitalisée va bénéficier d’un traitement adapté et fera l’objet d’une surveillance soutenue jusqu’à la pré-rentrée.

«de plus en plus d’alertes sur les réseaux sociaux »

L’affaire vient jeter une lumière crue sur le douloureux problème de ceux qui, ignorés de tous, attendent désespérément la reprise. Les cellules académiques de suivi savent bien que les risques vont se multiplier à l’approche de la rentrée. « On observe de plus en plus d’alertes sur les réseaux sociaux » témoigne C Patroto de l’académie de Créteil « Il y en a qui sont vraiment impatients et d’autres qui tout simplement s’ennuient un peu ». Il y aurait même des enseignants qui se sont d’ores et déjà remis au travail.

Sous couvert d’anonymat un responsable du ministère reconnait suivre la situation avec une très grande attention. Pour lui, le plus important est que les professeurs soient en pleine forme pour commencer l’année scolaire.

Post-rentrée : Le proviseur termine son discours au bout de 11 jours, 5 h et 8 min

Microbokeh1Convoquée, comme dans la plupart des établissements le lundi 1er septembre au matin, la réunion de rentrée du lycée Fidel Castro (Seine-Saint-Denis) vient seulement de se terminer. Le discours d’accueil du Proviseur aura duré 11 jours, 5 heures et 8 minutes.

« Tout a commencé normalement » raconte un professeur d’anglais habitué des grands messes de début d’année « mais au bout de 3 heures on a compris que ça risquait d’être encore long ». En fin de matinée, le chef d’établissement n’avait pas encore fini de lister les points qu’il allait aborder dans son intervention. Vers 13h30, la quasi-totalité des auditeurs avaient déjà quitté la salle plus ou moins discrètement sans parvenir à perturber l’orateur. En fin de journée, tout le monde est rentré chez soi alors que le discours n’en était qu’au début de son premier volet.

 « On a très bien fait la rentrée sans lui »

Le lendemain matin, à l’arrivée des premiers élèves, ceux qui sont passés dans l’amphithéâtre ont pu entendre le proviseur évoquer sans sourciller les nouveautés dans le fonctionnement de la vie scolaire. « Finalement on a très bien fait la rentrée sans lui » s’amuse une enseignante. Les traditionnelles rencontres de la première semaine ont été assurées par la proviseure adjointe et les personnels volontaires. « Le plus compliqué, ça a été de trouver les salles puisque l’amphi était pris par le chef » précise le conseiller d’éducation qui a pris en charge cette organisation imprévue.

Chaque jour, quelques professeurs et de nombreux élèves prennent un moment pour assister à un morceau de la performance. Inlassablement, le chef d’établissement égrène les divers aspects de son propos. Ce vendredi vers 14h, les présents ont eut la surprise de l’entendre conclure d’un ton enjoué « Voilà, mes chers collègues, il ne nous reste plus qu’à nous mettre au travail ! ».

Libéré de son discours de pré-rentrée, le proviseur va pouvoir préparer la réunion parents-professeurs de la semaine prochaine. Il doit y prononcer une brève allocution.

Pétition : Plus de 50.000 signatures en deux jours pour le report de la rentrée scolaire

Les pétitions lancées en juin contre différentes épreuves du bac auront donc fait des émules. Un appel au report de la rentrée scolaire initié il y a deux jours a déjà récolté plus de 50.000 signatures.

Ouverte juste après la nomination Najat Vallaud-Belkacem la pétition demande que la rentrée, prévue mardi prochain, soit repoussée à une date ultérieure. Son auteur, qui tient à rester anonyme se présente comme « concerné et consterné » par la question. Il en appelle à la nouvelle ministre pour prendre une mesure de report « que tout le monde attend ». A quelques jours de l’échéance, la requête fait mouche. La pétition est largement partagée sur les réseaux sociaux.

« supprimer définitivement la rentrée »

Parmi les dizaines de milliers de signataires, on trouve aussi bien des élèves que des enseignants ou des parents. Dans les témoignages chacun explique ses raisons pour demander le report de la rentrée. « J’ai passé un super été avec ma fille, je ne veux pas que ça se termine » explique le père d’une élève de maternelle. « Je n’ai rien de prêt, il me faut au moins 15 jours pour m’organiser » demande une enseignante remplaçante nommée pour la première fois en lycée. Sans trop y croire « Lolo » qui se présente comme élève de terminale ES demande à la ministre de « supprimer définitivement la rentrée ». Alice qui doit entrer en CM2 utilise l’argument météorologique. « Il a plu toutes les vacances et maintenant qu’il fait beau on doit rentrer. Ce n’est pas possible ! ». Un telle mobilisation montre que la revendication n’est peut-être pas aussi fantaisiste qu’en en a l’air.

 La rentrée des professeurs est programmée pour lundi matin. Pour l’heure, rien n’indique que la ministre de l’Education puisse donner satisfaction aux signataires de la pétition.