Grève du Bac : Le gouvernement prêt à solliciter les marcheurs blancs pour surveiller les épreuves

marcheurblanc.jpg

Jean-Michel Blanquer s’y est engagé, aucune épreuve du baccalauréat ne sera annulée. Pour faire face à la menace de grève le premier jour de l’examen, le gouvernement est prêt à recourir une solution totalement disruptive : solliciter les marcheurs blancs.

Le mot d’ordre lancé par plusieurs syndicats est pris très au sérieux par la rue de Grenelle. Si la mobilisation de vacataires pour surveiller les examens est chose courante, l’appel à des « non humains » serait une première. « Avec la fin de la 8e saison de Game Of Throne », la majorité des marcheurs blancs est actuellement disponible » note un responsable du SIEC, le service qui gère les examens pour toute l’Ile-de-France.

Circulaire en préparation

Une circulaire adressée à tous les recteurs est actuellement préparation pour donne un cadre à l’utilisation des marcheurs blancs. Les services académiques des examens devront travailler d’arrache-pied pour recruter et affecter ces nouveaux auxiliaires. « Les marcheurs blancs seront parfaits pour surveiller la philosophie » se réjouit un proviseur, désormais certains d’avoir assez de surveillants pour son établissement.

Un bilan de l’expérience sera tiré le 18 juin au sort. Si les résultats sont concluants, le ministère pourrait étendre les missions confiées au marcheurs blancs jusqu’à la correction des copies.

Publicités

ParcourSup : Le ministère veut pénaliser les candidats qui auront spoilé Game of Thrones

GOTLe ministère de l’enseignement supérieur vient de dévoiler les « nouveautés » de la session 2019 de ParcourSup. Principale innovation : les candidats qui auront spoilé Game of Thrones seront automatiquement pénalisés sur leurs vœux.

Pour la saison 2 de ParcourSup, le gouvernement a voulu prendre en compte des critères qui n’étaient pas présents dans la première édition. Parmi eux, les « valeurs citoyennes », occupent une place de choix. Pour obtenir la formation de leur choix, les lycéens devront, non seulement avoir des résultats à la hauteur mais aussi des qualités morales irréprochables.

Pénalisation proportionnelle à l’importance de la révélation

« Divulgacher  une série, surtout une série est un signe évident de manque de respect » a déclaré Frédérique Vidal lors de la conférence de presse organisée ce matin au ministère de l’Enseignement supérieur. « Un étudiant capable de dévoiler l’intrigue à des camarades ne pourra jamais entrer dans les démarches collaboratives » a t-elle poursuivie. Dans ParcourSup, la pénalisation sera proportionnelle à l’importance de la révélation mais portera sur l’ensemble des vœux.

Les premières réponses aux candidats sont attendues pour le 15 mai. Les lycéens privés de réponses pour savoir spoilés des épisodes pourront patienter en regardant des saisons dont ils connaissent déjà la fin.

Loi Blanquer : des députés veulent obliger les profs à porter des sous-vêtements tricolores

slip_drapeau-francais.jpg« Dans les établissements d’enseignement publics et privés du premier et du second degré, le corps enseignant se doit de porter une tenue conforme à l’autorité que doit inspirer la Nation. » L’amendement au projet de loi « Blanquer » pour l’école de la confiance, déposé une dizaine de députés, souhaite règlementer les vêtements arborés par les professeurs.

Dans « l’exposé sommaire » qui accompagne le texte, les élus précisent que leur proposition vise à « mieux encadrer »  l’apparence des enseignants et à éviter les « débordements inacceptables » qui sont parfois constatés. Dans le viseur des parlementaires : les « caleçons écossais », « les strings en dentelle » et les « boxers délavés ». Autant de sous-vêtements qui seraient des atteintes à l’autorité des professeurs et, à travers eux, à l’autorité de la Nation.

Dessous assortis aux drapeaux

Dans un souci de cohérence, les députés préconisent que le ministre fixe par décret un cahier des charges des sous-vêtements autorisés. Ils suggèrent que le enseignants soient tenus de porter des dessous bleus-blancs-rouges, de façon à être assortis aux drapeaux affichés dans les classes.

Ni Jean-Michel Blanquer ni la  rapporteure du projet de loi, Anne-Christine Lang (LREM) n’ont encore indiqué leur position sur cet amendement. S’il venait à être adopté, le ministère pourrait envisager de passer une commande groupée auprès d’une célèbre entreprise de sous-vêtements « made in France ».

CP dédoublés : 98 % des enseignants concernés constatent une diminution des effectifs de leur classe

Berlin Metropolitan School

Le dispositif phare de la politique éducative du Président de la République, les CP dédoublés en éducation prioritaire, semble déjà donner ses premiers résultats positifs. Plus de 98 % des enseignants concernés disent avoir constaté une diminution des effectifs de leur classe.

Le bilan de la mesure, rendu public cette semaine, livre des résultats « très encourageants ». Baisser à une douzaine d’élèves maximum les effectifs des CP et de CE1 permet de réduire drastiquement le nombre d’élèves par classe. L’évaluation du dispositif par la DEPP, la direction spécialisée du ministère, montre un « effet statistiquement très significatif ». A conditions équivalentes, les élèves sont nettement moins nombreux dans les classes dédoublées que dans les autres.

Écart aussi bien le matin que l’après-midi.

Sur le terrain, les enquêtes menées après des enseignants confirment les données nationales. Plus de 98 % des professeurs interrogés ont le sentiment d’avoir moins d’élèves dans leurs classes. Cet écart se retrouve aussi bien le matin que l’après-midi. Le seule réserve concerne les récréations ou le nombre d’enfants présent dans la cour ne paraît pas affecté par le dédoublement.

La DEPP note que pour être pleinement efficace, la mesure devrait être maintenue et accentuée. Si, pour l’instant, le ministère exclut d’aller au-delà des CP et CE1, il pourrait en revanche tendre vers des classes à zéro élève.

École de la confiance : Avec la Loi Blanquer, les profs devront afficher le portrait du ministre dans les classes

jean-michel-blanquer-le-ministre-de-l-education-nationale_article_large.jpgLe projet de loi « pour une école de la confiance » a été présenté en conseil des ministres. Le premier article porte sur « l’engagement de la communauté éducative » prévoit l’obligation, pour les enseignants, d’afficher le portrait du ministre dans les salles de classe.

La réforme inscrit dans l’article L. 111-3-1 du Code de l’éducation que « Par leur engagement leur exemplarité, les personnels de la communauté éducative contribuent à l’établissement du lien de confiance qui doit unir les élèves et leur famille au service public de l’éducation. ». Ce lien de confiance devra se manifester par l’expression du plus profond respect au principal artisan du service public : le ministre de l’Éducation nationale.

Présence de l’autorité ministérielle dans les classes

L’étude d’impact de la loi explique plus précisément la démarche. « La présence de l’autorité ministérielle dans les classes conduira les élèves à mieux respecter l’institution scolaire et ses professeurs. » De nombreuses études, en particulier en neurosciences, démontrent sans ambiguïté que travailler sous l’œil du ministre a un effet positif sur la confiance des élèves et des enseignants.

Un vademecum est en cours de rédaction pour accompagner les équipes dans l’accrochage et la valorisation des portaits de Jean-Michel Blanquer. Des plantations de platanes et des chants en l’honneur du ministre pourront par exemple être organisés au moment de la rentrée scolaire.

L’Éducation nationale lance sa boutique de goodies à l’effigie de Jean-Michel Blanquer

MugBlanquerPlus disruptif que jamais, le ministère de l’Éducation nationale a trouvé une nouvelle manière de promouvoir son action. Dès la semaine prochaine, vous pourrez faire l’acquisition de goodies à l’effigie de Jean-Michel Blanquer.

La boutique en ligne ouverte sur le site du ministère propose de nombreux objets destinés à mettre en valeur la politique éducative du gouvernement. Le traditionnel mug flanqué de la photo du ministre fait figure de passage obligé. Pour 19,50€, les aficionados pourront s’offrir le portrait officiel du ministre. Les plus admiratifs iront jusqu’à installer dans leur salon une photo grandeur nature imprimée sur toile au prix de 499,99 €.

t SHIRTAvec le T-shirt « I love  neurosciences » les professeurs afficheront leur attachement aux apports des sciences cognitives dans l’enseignement. Pour le volet culturel, l’intégrale des ouvrages de Stanislas Dehaenne, le programme des travaux du conseil scientifique de l’Éducation nationale, du conseil supérieur des programmes et du conseil des sages de la laïcité viendront compléter la panoplie.

Pour les enfants, les stylos « je réussis mes évaluations » seront un soutien précieux et le bavoir «Pour l’école de la confiance » (19,99€), les protégera dès le plus jeune age.

Bavoir confiance

Des robots russes seraient responsables de 45% des modifications de programmes publiées cet été

Putin_State_awards_ceremony_for_XIIWinter_Paralympics_medalists.jpgEt si les modifications de programmes publiées cet été n’étaient qu’une immense manipulation orchestrée depuis l’étranger ? Selon une étude rendue publique sur internet, plus de 45 % des ajustements auraient pour origine des robots pilotés depuis la Russie.

C’est un peu l’affaire dans l’affaire. La publication au milieu de l’été « d’ajustements » de programmes applicables à la rentrée avait suscité un début de grogne dans le monde enseignant. Une éventuelle responsabilité des autorités Russes dans cet évènement ferait figure de bulle d’air pour les amis de JM Blanquer. Concrètement, le volume des modifications aurait été presque doublé par l’intervention de robots possiblement pilotés depuis le Kremlin.

Commission d’enquête à la rentrée.

Reprise par plusieurs médias, l’information est prise très au sérieux par les responsables de la rue de Grenelle. Entre la visite d’un camps de vacances et une démonstration de sports extrêmes, Jean-Michel Blanquer a dit souhaiter que « toute la transparence soit faite » sur cet alourdissement des modifications. Des parlementaires de l’opposition ont déjà fait savoir qu’ils demanderaient l’ouverture d’une commission d’enquête au moment de la rentrée.

Si une intervention étrangère était avérée, le ministère n’aurait sans doute pas d’autre choix que de publier des ajustements aux ajustements. Mais sans doute après que les enseignants aient commencé à traiter les programmes.