Plan mercredi : Blanquer promet d’instaurer « une journée entière » entre le mardi et le jeudi

Jean-Michel_Blanquer_2018.jpgTrès attendu depuis l’assouplissement des rythmes scolaires, le « plan mercredi » annoncé par le ministre de l’Éducation nationale vient enfin d’être dévoilé. Jean-Michel Blanquer promet d’instaurer « une journée entière » entre le mardi et le jeudi.

« Nous voulons fixer un cadre commun à tous les enfants qu’ils soient en ville ou en milieu rural » explique le ministère dans le dossier de presse transmis ce matin. De fait, la journée promise par Jean-Michel Blanquer sera totalement indépendante de l’organisation choisie par les communes. « Là où il y a classe, les enfants iront naturellement à l’école » précise le dossier tout en indiquant que, quoi qu’il arrive, le mercredi devra trouver sa place entre le mardi et le jeudi.

En visite, dans une école, le ministre a défendu son projet en s’appuyant sur les derniers acquis de la recherche. « Les études en Neurosciences démontrent qu’il y est très mauvais de se coucher un mardi soir et de se réveiller un jeudi matin. » Pour illustrer l’usage que les enfants pourraient faire de cette nouvelle journée, le ministre a cité en exemple une commune ou les écoliers se lèvent le matin, font des activités, mangent et font leurs devoirs.

Publicités

Les députés autorisent les écoles à installer des tables et de chaises dans les classes

assemblée_nationale«  Il faut permettre aux enfants d’être bien installés pour bien apprendre ! » Sur la base d’un rapport du député LREM, T. Bienassis, l’Assemblée nationale a voté la possibilité pour les écoles d’installer des tables et des chaises dans les classes.

Le sujet avait été débattu le mois dernier en commission des affaires culturelles. Pour les parlementaires de la majorité à l’origine de la proposition de loi, le constat est sans appel. Les enfants passent jusqu’à 6 heures par jour en classe, ils doivent absoluement bénéficier d’un équipement adapté aux diverses activités scolaires. Après l’audition de plusieurs experts les députés sont arrivés à la conclusion qu’il fallait autoriser les écoles à faire usage de tables et de chaises.

Mission d’évaluation des tables et des chaises

En séance, le ministre de l’éducation nationale a donné un avis favorable au projet, ouvrant la voie à son adoption. Jean-Michel Blanquer a toutefois tenu à préciser que les neurosciences ne donnaient pour l’instant aucune indication sur la pertinence de ce type de mobilier. Le nouveau conseil scientifique de l’éducation nationale pourrait donc être chargé d’une mission d’évaluation de l’utilisation des tables et des chaises avant une éventuellement généralisation.

Le texte doit maintenant être transmis au Sénat. S’il est approuvé par la haute assemblée, les enfants pourraient découvrir les tables et les chaises à la rentrée. Du coté des parlementaires, certains espèrent déjà que leur implication sur le sujet leur permettra de conserver leur siège.

Mission Langue : Blanquer demande à Franck Ribéry de réfléchir à l’enseignement du Français

Ribery_fran.pngLe ministre de l’Education nationale s’est souvent dit très attaché aux savoirs fondamentaux. Pour améliorer les résultats des élèves dans ce domaine, Jean-Michel Blanquer vient de confier au footbaleur Franck Ribéry une mission de reflexion sur l’enseignement du Français.

« La maîtrise de la langue française est la première de nos priorités  n°1 ! » a déclaré le tout nouveau « chargé de mission » lors de la conférence de presse organisée rue de Grenelle. Aux cotés du ministre, le joueur du Bayern Munich a développé les pistes qu’il souhaite aborder . « Il ne faut pas se contenter de parler à l’écrit, il faut aussi savoir écrire à l’oral » a t-il souligné. Sa mission couvrant l’ensemble de la scolarité, il tient à préciser que pour lui, il faut que «  les enfants apprennent l’apprentissage pour avoir le savoir du français  ».

La lettre de mission confiée à Franck Ribéry lui demande d’assurer une « large consultation ». Nul ne sait encore quelles préconisations en sortiront mais l’international français a déjà exprimé une véritable ambition : « Il faut faire la réforme du changement. »

Macron : « A la rentrée 2019, la maternelle sera obligatoire jusqu’à 18 ans »

mater.jpgC’est un sujet sur lequel on ne l’attendait pas. A l’occasion des assises de la maternelle, le Président de la République a annoncé que la « petite école » sera désormais obligatoire jusqu’à 18 ans.

« L’école maternelle est et sera davantage à l’avenir le lieu du parcours scolaire français, a déclaré le chef de l’Etat. A ce titre, j’ai en effet décidé de rendre obligatoire l’école maternelle jusqu’à l’age de la majorité dès la rentrée 2019 ». Le choix du chef de l’État fait figure de petite révolution. Si plus de 95 % des enfants de moins de 3 ans sont scolarisés en école maternelle, ce chiffre s’écroule à partir de 6 ans et devient très rapidement pratiquement nul.

« Ce qu’on apprend pas avant 6 ans, on peut peut-être l’apprendre après. »

Présent aux coté du Président de la République, JM Blanquer a tenu à souligner les vertues pédagogiques de la décision. « Ce qu’on apprend pas avant 6 ans, on peut peut-être l’apprendre après. » souligne le ministre de l’Education nationale en s’appuyant sur les neurosciences. Evoquant des « inégalités diverses », il a également dénoncé le fait qu’entre 3 et 18 ans, certains élèves étaient scolarisés en maternelle, d’autres en élémentaire, au collège ou au lycée. JM Blanquer voit dans la maternelle jusqu’à 18 ans, un « pas vers plus de justice ».

Même si la mesure n’entrera en vigueur qu’en 2019, les écoles maternelles vont dès à présent se préparer à acceuillir leur nouveau public. Elles devront en particulier former les enseignants à la poursuite des études après 18 ans via le logiciel ParcourSup.

Le statut des cheminots « responsable de l’échec scolaire » selon un député LREM

1024px-TGV_Est_ParisDepuis l’annonce de la réforme de la SNCF, la majorité ne cesse de développer des arguments pour soutenir le projet. Selon un député LREM, le statut des cheminots serait également responsable de l’échec scolaire.

Pour Jean Dérail, député LREM élu en juin dernier, le lien entre le statut des cheminots et l’échec scolaire fait figure d’évidence. « De nombreux jeunes se rendent à l’école en train » a t-il expliqué dans une interview à la presse locale. « S’ils ne réussissent pas c’est à cause de la lourdeur rigidité du statut » précise t-il en citant l’exemple de lycéens de sa circonscription recalés lors de la dernière session du baccalauréat.

12% des candidats au bac échouent à l’examen.

A l’heure actuelle, environ 12% des candidats au bac échouent à l’examen. L’élu LREM estime que le recrutement des cheminots selon les règles du code du travail pourrait réduire ce chiffre de moitié. Mécaniquement, l’effet serait encore plus important dans l’enseignement supérieur ou les usagers du train sont nettement plus nombreux. En revanche, l’impact serait particulièrement faible à l’école et même au collège.

L’élu LREM assure avoir prévenu JM Blanquer de son initiative et lui propose de travailler à d’autres réformes visant à réduire l’échec scolaire. Son but affiché : remettre les élèves sur de bons rails.