Primaire à gauche : Valls accuse Hamon de « manger des enfants au petit déjeuner »

HamonMangeEnfants.png

La campagne d’entre-deux-tours de la primaire à gauche se fait de plus en plus violente. Invité d’une matinale radio, Manuel Valls a accusé Benoit Hamon de « manger des enfants au petit déjeuner ».

L’accusation portée ce matin est dans la droite ligne des attaques formulées par Manuel Valls depuis les résultats du premier tour de la primaire. L’ex-premier ministre fait feu de tout bois pour tenter de discréditer son adversaire. Alors que la question portait sur la proposition phare de Benoit Hamon, le revenu universel, l’ancien locataire de Matignon a indiqué savoir, de sources sûres, que le favoris de la primaire consommait quotidiennement de la viande de jeunes enfants.

Enfants consommés façon Kebab

« Les français doivent le savoir ! » a-t-il insisté considérant que manger des enfants disqualifiait définitivement Benoit Hamon dans la course à l’Élysée. Sur sa lancée, Manuel Valls a ajouté que les enfants étaient consommés avec de la sauce blanche ou de la harissa façon kebab. Il y voit une inacceptable concession au communautarisme.

En réaction aux attaques, les proches de Benoît Hamon ont décidé de publier les menus des petits déjeuners du candidat. On y apprend que, le matin, élu de Trappes consomme essentiellement du café et des Chocapics.

Buzz : Un ancien ministre de l’Education serait à l’origine du site satirique EdukActus

Rochechouart_CactusLa rumeur est partie d’un journaliste d’un grand quotidien du soir. Un ancien locataire de la rue de Grenelle serait à l’origine d’EdukActus. Une information qui fait le buzz.

Sur Twitter les réactions sont immédiates. Michel, parent d’élève dans le Var n’y croit pas une seconde. «  S’il y avait eu un Ministre de l’EN avec ce sens aigu de l’humour et de la dérision on l’aurait remarqué  ». Alan, professeur des écoles à Rouen est plus nuancé. « Il semblerait que les informations données à EdukActus proviennent en effet de sources proches des dossiers. Coïncidence ? » En tout état de cause l’implication d’un ministre dans la création du site pourrait expliquer sa surveillance par la NSA découverte il y a quelques jours.

Najat Vallaud-Belkacem et Benoît Hamon, peuvent être mis hors de cause.

Si l’information venait à être confirmée, elle entrainerait bien sur les spéculations sur l’identité du « coupable ». Najat Vallaud-Belkacem et Benoît Hamon, nommés après la création du site peuvent déjà être mis hors de cause. D’autant plus que tous deux étaient a priori peu spécialistes du sujet.

 Le premier suspect serait donc Vincent Peillon. C’est lui qui était ministre au moment de la création d’EdukActus. Le site avait d’ailleurs été le premier à annoncer qu’il allait quitter le ministère de l’Education nationale et entrer au Panthéon. Avant lui, une dizaine d’anciens ministres sont encore en vie dont Lionel Jospin, Jack Lang, François Bayrou, Xavier Darcos et Claude Allègre. Le créateur du site satirique se trouverait donc parmi eux.

A l’heure actuelle, aucun indice ne permet de privilégier une piste plutôt qu’une autre. Le mystère du ministre de la satire reste entier.

Représailles : Benoît Hamon annonce le licenciement de tous les profs d’allemand

La réplique ne se sera pas fait attendre. Moins d’une heure après la victoire de l’Allemagne sur l’équipe de France, le ministre de l’Education nationale annonce le licenciement de tous les professeurs d’allemand.

« Nous savons de sources sures que de nombreux professeurs d’allemand soutiennent la Mannschaft » déclare Benoît Hamon « Nous ne pouvons pas nous permettre de conserver ces traitres dans nos rangs ». Pire les enseignants d’allemand sont accusés de tenter de faire aimer l’Allemagne à leurs élèves. « C’est une véritable cinquième colonne qu’il faut éliminer de l’Education nationale » poursuit le ministre.

« contre les Allemands il fallait agir »

Les autorités du football français se réjouissent de cette décision « Les Anglais et les Espagnols ont fait preuve de bonne volonté en se faisant éliminer au 1er tour. Contre les Allemands il fallait agir » commente un responsable de ligue professionnelle. Un accord de partenariat devrait être signé sous peu entre le ministère de l’éducation et la fédération de football pour développer l’esprit chauvin dès le plus jeune âge.

D’après un sondage, 86% des supporters soutiennent le choix de Benoît Hamon. Ils sont 75% à considérer que les cours d’allemand constituent de la propagande anti-française et 62% demandent que les professeurs d’allemand soient tondus à la Libération.

Victoire de la France : Pour fêter ça B. Hamon accorde 2 pts de plus à tous les candidats au Bac

Voilà certainement de quoi calmer la colère des lycéens après les sujets tombés au baccalauréat cette semaine. Pour célébrer la victoire (5-2) de l’équipe de France de foot, le ministre de l’Education nationale accorde 2 points de plus à tous les candidats.

Le communiqué est tombé quelques instants après la fin de la rencontre France-Suisse. Le ministère précise que le bonus concernera l’ensemble des séries du baccalauréat, général, technologique et professionnel. Les candidats se verront ajouter deux points à la moyenne générale de leurs notes.

On savait le ministre fan de football. Cette décision sans précédent en est une étonnante confirmation.

« La récompense pourra éventuellement être augmentée si la France poursuit son parcours en coupe du monde » précise le chargé de communication. Les candidats aux autres examens comme le CAP et le Brevet des collèges devraient également en bénéficier.

Dès l’annonce de la nouvelle, les tweets de satisfactions et de remerciement se sont multipliés. La cote de popularité de Benoît Hamon semble désormais indexée sur le nombre de buts de l’équipe de France.

Polémique : Copé accuse Taubira de « ne rien dire » sur l’éducation

Nouvelle polémique pour Christiane Taubira. Jean-François Copé accuse la ministre de la Justice de « ne rien dire » sur les questions d’éducation.

Interrogé par RMC sur l’application des nouveaux rythmes scolaires dans sa ville de Meaux, le Président de l’UMP s’est dit « Très préoccupé » par le silence de la ministre de la justice sur l’éducation. « Je ne comprends pas que Madame Taubira puisse ne rien dire sur ces questions qui préoccupent les français ». Il voit dans l’absence de communication de la garde des sceaux « un abandon de la jeunesse ». « Il est clair que Madame Taubira préfère s’occuper des délinquants que de l’avenir de nos enfants. C’est très inquiétant »

« C’est tout ce que le gouvernement a trouvé pour ne pas aborder les vrais sujets ».

Lorsqu’un auditeur lui demande le lien entre sa réponse et la question, JF Copé déclare « Ce n’est pas parce qu’il y a un ministre de l’éducation que Madame Taubira doit s’exonérer de ses responsabilités ! ». Le chef de l’opposition considère qu’en ne parlant pas d’éducation, la ministre de la justice cherche à détourner l’attention : « C’est tout ce que le gouvernement a trouvé pour ne pas aborder les vrais sujets ».

Rue de Grenelle et place Vendôme on se refuse à tout commentaire. L’entourage de Manuel Valls fait savoir que le Premier ministre ne dira rien. Même réaction au Parti socialiste. Un député UMP interprète ce silence comme un aveu : « s’ils ne répondent pas, c’est bien la preuve que Jean-François Copé a visé juste ! »

Vladimir Poutine demande à la France de « mieux surveiller ses élèves »

V. PoutineDans la foulée de son projet de contrôle des écoles russes par Internet, la Russie cherche à étendre son influence au delà de ses frontières. Vladimir Poutine vient de demander officiellement à la France de « mieux surveiller ses élèves ».

Selon le Kremlin, la requête se justifie par des impératifs de sécurité internationale. « Le comportement de certains élèves français est porteur d’importantes menaces pour l’avenir. » explique le porte parole de l’ambassade russe à Paris. « Kevin en est au 4e retard ce mois-ci. Marina est allée 6 fois à l’infirmerie sans justification. Et ce ne sont pas des cas isolés » Les services russes considèrent que ces dérives peuvent conduire au terrorisme fasciste islamiste pro-ukrainien.

« Nous avons développé une expertise et des méthodes très efficaces »

Conscient du danger, le ministère russe de l’éducation a déjà fait une offre de services son homologue. « Nous avons développé une expertise et des méthodes très efficaces. Nous sommes prêts à les mettre à la disposition de nos collègues Français ». En Russie, les informations sur les comportements inhabituels des élèves et des enseignants pourront être directement transmises au FSB (ex-KGB).

Pour l’heure, les ministères de l’Éducation nationale et des Affaires étrangères ne font aucun commentaire. Une réunion associant Benoit Hamon, Laurent Fabius et les services de renseignements français est prévue la semaine prochaine. L’objectif : étudier la possibilité d’inscrire la lutte contre le terrorisme dans les missions des conseillers principaux d’éducation.

Polémique : Benoît Hamon annonce un « assouplissement » des ABCD de l’Egalité

A peine nommé, le nouveau ministre de l’Education nationale doit faire face à des dossiers particulièrement chauds. Parmi eux, celui des ABCD de l’Egalité. Très attendu sur la question, Benoit Hamon vient d’annoncer un « assouplissement » du programme de lutte contre les inégalités filles/garçons.

Officiellement, il est hors de question de remettre en cause les principes des ABCD. L’utilisation du programme est maintenue, mais des aménagements seront possibles dans des cas particuliers.

Un conseiller du ministre évoque les pistes « Dans certains cas, les enseignants souhaitent raccourcir le programme. Ils pourront se limiter à ABC ». D’autres départements veulent approfondir le travail. « Ceux là pourront aller jusqu’à E et pourquoi pas F ».

Les associations qui demandaient une réécriture des ABCD sont plus nuancées

Ces modifications à la marge ne satisfont par les opposants déclarés. Le collectif contre l’égalité s’affirme prêt à poursuivre ses actions « Nous continuons à réclamer le retrait du programme. La fin de l’année approche, nous allons lancer d’autres mobilisations ». Les associations qui demandaient une réécriture des ABCD sont plus nuancées « Bien sur que c’est un progrès, mais le compte n’y est pas ». Le principal point de crispation reste l’impossibilité possibilité d’utiliser des chiffres a coté des lettres.

D’après le ministère 93% des écoles sont d’ores et déjà prêtes à généraliser les ABCD. Des instructions vont être données aux inspecteurs d’académie pour aider celles qui ont encore des difficultés.

Réforme : le ministère veut diviser par deux le nombre de classes d’ici 2017

ClasseDans son discours de politique éducative le nouveau ministre de l’Education a lancé une proposition choc. Benoit Hamon a annoncé son intention de diviser par deux le nombre de classes d’ici 2017.

En tout, il existe actuellement 22 classes. L’école en compte 8 de la petite section au CM2, le collège 4, le lycée général 3 auxquelles s’ajoutent les 2 années de post bac. Le lycée professionnel a 3 classes de Bac Pro et 2 pour les CAP. C’est un véritable millefeuille dans lequel élèves, parents et professeurs ont du mal à se retrouver.

Pour y répondre, le ministre affiche une ambition précise «Nos classes doivent disposer d’une taille critique. Ainsi elles auront tous les leviers, toutes les compétences, pour accompagner les élèves et encourager les initiatives. Je propose de réduire de moitié le nombre de classes ». Le calendrier annoncé est serré. La nouvelle organisation des classes devra être fixée pour 2017.

Interrogé sur RMC, Benoit Hamon a déclaré que « les 2 lycées, le général et le professionnel, peuvent parfaitement fusionner ». En privé ses conseillers concèdent que le dossier comporte des cas plus complexes.

Certains plaident pour un rapprochement entre l’école et le collège.

Le débat est l’occasion de voir resurgir les clivages ou se mêlent histoire, vie quotidienne et luttes d’influences. Certains plaident pour un rapprochement entre l’école et le collège. A l’inverse, d’autres tiennent absolument à maintenir la spécificité du second degré et verraient plutôt une fusion du collège et du lycée. Une option qui aurait l’inconvénient de laisser de coté le lycée professionnel.

D’autres entrées, plus originales sont également avancées. Une association propose de regrouper les élèves en fonction des langues vivantes étudiées. Sur le mode humoristique, on parle de classes selon le style vestimentaire des élèves, leur régime alimentaire, leur vocabulaire…

Partisans et adversaire des différentes solutions n’ont que deux ans pour faire valoir leurs arguments. A la rentrée 2017, les élèves feront leur rentrée dans les nouvelles classes.

Benoît Hamon découvre le « placard aux réformes » de l’Education nationale.

La passation de pouvoir au ministère de l’Éducation nationale vient de se terminer. Pour sa première visite dans son nouveau ministère, Benoit Hamon a fait le tour du propriétaire. Y compris en ce qui concerne les lieux les moins fréquentés

Le ministre sortant a présenté à son successeur le « placard aux réformes » de l’Éducation nationale. C’est là que sont stockées toutes les réformes abandonnées ou inachevées. Et elles sont nombreuses. Les documents, soigneusement rangés par ministre et par année, remontent à la libération. L’un des plus anciens est le plan Langevin-Wallon présenté en 1947. Parmi les plus gros, le « grand service public unifié et laïque de l’éducation nationale » d’Alain Savary, abandonné dans la douleur en 1984.

Benoit Hamon a passé quelques instants à parcourir le contenu du placard.

ImageBenoit Hamon a passé quelques instants à parcourir le contenu du placard. A la sortie, il livre ses impressions en forme d’hommage à son prédécesseur « Vincent Peillon a fait pas mal de ménage. Il a repris des dossiers qui trainaient depuis longtemps pour les faire sortir du placard. ». Plus cruel, il évoque le dernier ministre du quinquennat Sarkozy « Luc Chatel a largement contribué à remplir l’armoire. Mais en fait, les dossiers sont presque vides. Souvent, il n’y a que le communiqué de presse qui annonce une mesure et plus rien derrière ! ».

Dans son discours inaugural, le nouveau ministre a lourdement insisté sur la poursuite des réformes engagées par Vincent Peillon. Très clairement, Benoît Hamon n’a pas l’intention de remplir le « placard aux réformes ».