Manuel Valls « réfléchit » à se présenter comme délégué des 4eme D à la rentrée

Manuel_Valls_(29756009164).jpg

Après une riche vie publique en France, quelle carrière pour l’ancien premier ministre ? Manuel Valls a confirmé ce vendredi « réfléchir » à la possibilité de se porter candidat comme délégué de la classe de 4eme D à la rentrée prochaine.

«Ça m’intéresserait de participer au débat sur les appréciations de 4D » a dit Manuel Valls dans un entretien avec quelques amis. Cette déclaration ferait suite à la sollicitation du groupe des élèves hispanisants de la classe. Ils voient dans le député d’Evry un représentant capable de les défendre face aux germanistes dont les parents sont particulièrement influents dans le collège.

Expérience de représentant étudiant à Paris-1

Manuel Valls est actuellement en Espagne mais ses proches ne font aucun lien entre ce voyage – prévu de longue date – et son éventuelle candidature au nom des jeunes hispanisants. On se souvient quand même que l’ancien premier ministre avait déjà fait part de son intérêt pour les 4eme D et peut se prévaloir d’une expérience de représentant étudiant lorsqu’il était à l’Université Paris-1.

«C’est une possibilité, oui. Ça dépend de lui » confirme Alvin à la sortie d’un cours de Maths. Il reste toutefois un obstacle à lever avant une possible candidure : Manuel Valls sera t-il autorisé à passer en 4eme ?

Publicités

Mathématiques : L’enseignement catholique se dit « très favorable » à la méthode Saint-Gapour

Centre_de_Mathématiques_Appliquées_de_l'Ecole_polytechniqueRarement un rapport sur l’école n’aura suscité autant d’adhésion. Sitôt publié le travail de Cédric Villani, l’enseignement catholique s’est déclaré « très favorable » à l’utilisation de la méthode Saint-Gapour.

« Suivre la méthode Saint-Gapour  serait une véritable rupture » explique le Père Pardeux responsable de l’enseignement des mathématiques dans l’enseignement catholique. « A l’heure actuelle, nous nous en remettons plutôt à la méthode saint-Hubert, le saint patron des mathématiciens  » poursuit le religieux qui est obligé que reconnaître «  cette solution est loin d’être infaillible ».

« Saint-Gapour peut faire des miracles ! »

La hiérarchie de l’enseignement catholique ne voit que des qualités à la méthode promue par Cédric Villani. « Saint Gapour peut faire des miracle ! » s’enthousiasme le Père Pardeux qui envisage déjà tous les bienfaits de la nouveauté. A l’écouter, la méthode semble tellement magique, qu’elle pourrait permettre de résoudre enfin le mystère de la multiplication des pains.

A Nice, les policiers postés dans les écoles pourront jouer aux billes pendant la récréation

billes.jpg

Mais que vont bien pouvoir faire les policiers niçois envoyés par la mairie dans les écoles de la ville ? Un projet de circulaire révélé ce matin prévoit d’autoriser les agents municipaux à jouer aux billes pendant les récréations.

Jusqu’à présent, l’expérimentation annoncée par Christian Estrosi et soutenue par Jean-Michel Blanquer restait dans le flou. Le document dévoilé aujourd’hui précise la démarche voulue par la mairie. En permettant aux policiers de jouer aux billes pendant, Christian Estrosi espère « renforcer les liens » entre les jeunes et les forces de l’ordre mais aussi « faire respecter les règles du jeu » et « assurer une vigilance sur les trajectoires des billes » dans la cour de récréation.

Renforts consacrés à la correction des cahiers

Interrogés à la sortie de midi, les enseignants se montrent globalement critiques sur la mission attribuée aux policiers. La plupart d’entre eux auraient préféré que les renforts soient consacrés à la surveillance de la cour ou mieux à la correction des cahiers. Les enfants, en revanche, sont déjà nettement plus enthousiastes. Des partenaires de billes disponibles et expérimentés, voilà qui devrait améliorer la côte de popularité de Christian Estrosi chez ses futurs électeurs.

Selon les services de la mairie, l’autorisation de jouer aux billes n’est encore qu’une expérimentation. Si elle est concluante, elle pourrait être étendue à la marelle et au ballon et généralisée à toutes les écoles de la ville.

 

Patronat. Un cadre du Medef avoue : « oui, je suis allé à l’école »

medef« Si l’école faisait son travail, j’aurais du travail ». Le slogan « choc « de la campagne du Medef semble avoir déjà trouvé son contre-exemple au sein même de l’organisation patronale. Ce matin, sous la pression, un cadre du Medef a reconnu avoir été scolarisé.

Nicolas Viré est membre de l’équipe dirigeante du Medef et patron d’une PME de 180 salariés dans le Sud-Est de la France. Interrogé sur la campagne polémique lancée par son organisation, il a été contraint d’avouer « Oui, je suis allé à l’école ». À partir de là, le responsable patronal a livré des aveux complets et circonstanciés. « J’ai commencé en maternelle, puis en élémentaire, au collège et au lycée » a-t-il admis sous les yeux stupéfaits des journalistes qui lui faisaient face. En réalité, Nicolas Viré n’a quitté les bancs de l’école qu’à 25 ans, une fois en poche son diplôme d’une grande école de commerce. Sur sa lancée, il a reconnu avoir « appris des choses » et même avoir « apprécié» certains de ses enseignants. Des propos en totale contradiction avec la ligne qu’il était censé défendre.

D’après les experts, ce n’est pas la première fois qu’un membre du Medef craque en direct. On se souvient, par exemple, de ce syndicaliste patronal qui avait affirmé en pleine conférence de presse que les fonctionnaires « pouvaient parfois être utiles ». Un écart qui avait été immédiatement sanctionné par la direction du Medef.

Complotisme : un internaute dénonce des « signes franc-maçonniques » dans un manuel de Maths

A peine remis du discours d’Emmanuel Macron devant la pyramide du Louvre, les complotistes ont déjà trouvé leur nouvelle cible : les manuels de mathématiques. Sur internet, un spécialiste de la question affirme y avoir décelé des dizaines de signes franc-maçonniques.

manuel-sesamath-troisieme-couverture (1).gif

Sur son compte Twitter, un certain « Œil vigilant » se livre à l’analyse détaillée de la couverture d’un manuel. Il y voit « une équerre et un compas » présenté comme « le signe évident » de l’implication des franc-maçons dans la rédaction de l’ouvrage. Le chiffre « 3 », inscrit au centre de la couverture, serait un indice laissé par les « frères » pour indiquer les destinataires du message. Enfin, la suite de chiffres et de lettres serait un code secret dont la signification n’est accessible qu’aux seuls initiés.

A l’appui de sa démonstration, « Œil vigilant » relaie des « témoignages » corroborant son analyse. Il publie par exemple la photo d’un exercice dPointGe géométrie demandant de tracer des triangles (« la forme sacrée des franc-maçons ») et de placer un point « G » (« la lettre sacrée des franc-maçons »). Il ajoute que de nombreux parents d’élèves affirment avoir déjà remarqué des équerres et de compas accrochés aux tableaux dans les salles de classe. Autant de signes, selon lui incontestables, que les cours de mathématiques sont totalement « infiltrés » par les franc-maçons. Une affirmation qu’il considère avoir démontrée par A+B.

Espérance Gothique : les écoles privées « new look » au programme médiéval

CourneuveAshoko et la Ligue de la Scolarité vont ouvrir à La Courneuve une école Espérance Gothique. Il s’agit d’exploiter, au bénéfice de la créativité et de l’amour de la patrie, l’attirance des adolescents pour le genre de la saga médiévale.

Le programme original de cette école hors-contrat fait une large place à l’épanouissement physique. Il comprend des cours d’équitation (en partenariat avec Bartoboss), des cours d’escrime, de chants liturgiques et guerriers (avec la chorale de Valeurs actuelles), ainsi qu’un cycle de musicologie et de pratique instrumentale gothique animé par les groupes Brothers of Mercy et The , The Preachers of Nowhere. Des séjours réguliers sont prévus au Puy-du-Fou, où se dérouleront aussi les épreuves finales de chaque session. Alexander Garden a apporté son soutien à cette initiative: « Si on veut brancher les mômes, il faut y aller à donf! », a-t-il déclaré en sortant d’une réunion pour se rendre à un colloque des Pèlerins de la France éternelle, avant de participer au Salon du Hacking Mortel à l’hôtel Méridien.

Macron : « Je comprends bien les profs, moi non plus je n’arrive pas boucler mon programme ! »

Macron_programme.JPGCritiqué pour son absence de programme, le candidat d’En Marche tente désormais d’en faire un atout pour séduire les électeurs. Au cours d’une réunion, Emmanuel Macron a affirmé comprendre les enseignant puisque lui non plus « n’arrive pas boucler mon programme ! ».

La déclaration ressemble à une opération séduction à destination du monde éducatif. « Traiter tous les sujets en aussi peu de temps,  c’est très difficile » a souligné l’ancien ministre de l’économie comme pour rendre hommage au travail des enseignants. Compte tenu de la complexité de la tâche, le candidat ne s’interdit pas de faire des impasses ou de survoler certains aspects.

Décidément très compréhensif avec les professeurs, Emmanuel Macron pourrait se donner jusqu’à la fin de l’année scolaire pour boucler son programme. Une limite qui le conduirait bien au-delà du dimanche 23 avril, jour du premier tour.