Patronat. Un cadre du Medef avoue : « oui, je suis allé à l’école »

medef« Si l’école faisait son travail, j’aurais du travail ». Le slogan « choc « de la campagne du Medef semble avoir déjà trouvé son contre-exemple au sein même de l’organisation patronale. Ce matin, sous la pression, un cadre du Medef a reconnu avoir été scolarisé.

Nicolas Viré est membre de l’équipe dirigeante du Medef et patron d’une PME de 180 salariés dans le Sud-Est de la France. Interrogé sur la campagne polémique lancée par son organisation, il a été contraint d’avouer « Oui, je suis allé à l’école ». À partir de là, le responsable patronal a livré des aveux complets et circonstanciés. « J’ai commencé en maternelle, puis en élémentaire, au collège et au lycée » a-t-il admis sous les yeux stupéfaits des journalistes qui lui faisaient face. En réalité, Nicolas Viré n’a quitté les bancs de l’école qu’à 25 ans, une fois en poche son diplôme d’une grande école de commerce. Sur sa lancée, il a reconnu avoir « appris des choses » et même avoir « apprécié» certains de ses enseignants. Des propos en totale contradiction avec la ligne qu’il était censé défendre.

D’après les experts, ce n’est pas la première fois qu’un membre du Medef craque en direct. On se souvient, par exemple, de ce syndicaliste patronal qui avait affirmé en pleine conférence de presse que les fonctionnaires « pouvaient parfois être utiles ». Un écart qui avait été immédiatement sanctionné par la direction du Medef.

Publicités

« 100% de réussite » : Les élèves pourront redoubler le CP jusqu’à leurs 18 ans

Blanquer_CP.jpgJ.M. Blanquer veut se donner les moyens de ses ambitions. Pour atteindre son objectif de « 100% de réussite », le ministre compte autoriser les élèves à redoubler le CP jusqu’à leurs 18 ans.

« Dès juin 2018 » les élève qui n’ont pas atteint les objectifs de la classe de CP seront « autorisés à redoubler » autant de fois que nécessaire a déclaré le ministre dans un interview. « Les études montrent que plus ça rate, plus on a de chance que ça marche » a-t-il martelé en citant en particulier les travaux du Professeur Shadoko. Les classes de redoublants seront prises en charge par des professeurs volontaires et des étudiants recalés d’APB.

Dispositif spécial « CP à 12 ans »

Au-delà d’une demi-douzaine de redoublements, les élèves bénéficieront d’un dispositif spécial intitulé « CP à 12 ans ». Ils y suivront un programme accéléré inspiré du projet « Quand on ne sait pas où on va il faut y aller…. et le plus vite possible ». « Je fais confiance aux équipes pour trouver les solutions les plus adaptées »  a précisé le ministre en indiquant que « Tout avantage a ses inconvénients et réciproquement. »

Quoi qu’il arrive, à 18 ans, les jeunes seront définitivement libérés.  « S’il n’y a pas de solutions, il n’y a pas de problèmes » conclut le ministre.

Il obtient sa mutation, ses collègues fêtent son départ sans lui

retraiteGrand moment d’émotion ce samedi pour les enseignants de l’école de Vatan.  Toute l’équipe était réunie pour célébrée la mutation de M. Hilpart, le maître des CE2. Toute ? Non. En fait, le principal intéressé avait été soigneusement tenu à l’écart de la petite fête.

Dans son discours, la directrice de l’école, Mme Aléhouste a tenu a rappeler toutes les qualités dont son futur ex-collègue était totalement dépourvu. La plupart des enseignants n’ont pas pu s’empêcher de verser une larme de joie à l’évocation des nombreuses anecdotes d’incidents impliquant M. Hilpart. Son départ est un véritable soulagement pour les maitres et les maitresses mais aussi pour les parents et les élèves.

La fête a été organisée dans le plus grand secret. Pour que le partant ne se doute rien, ses collègues ont pris soin de ne surtout pas l’évoquer en salle des maitres et encore moins à la récréation. Il faut dire que l’évènement était attendu depuis plusieurs années. Sur la carte qu’ils remettront à la nouvelle école de M. Hilpart, ses bientôt anciens collègues souhaitent le plus grand courage à ceux qui vont le voir arriver.

Espérance Gothique : les écoles privées « new look » au programme médiéval

CourneuveAshoko et la Ligue de la Scolarité vont ouvrir à La Courneuve une école Espérance Gothique. Il s’agit d’exploiter, au bénéfice de la créativité et de l’amour de la patrie, l’attirance des adolescents pour le genre de la saga médiévale.

Le programme original de cette école hors-contrat fait une large place à l’épanouissement physique. Il comprend des cours d’équitation (en partenariat avec Bartoboss), des cours d’escrime, de chants liturgiques et guerriers (avec la chorale de Valeurs actuelles), ainsi qu’un cycle de musicologie et de pratique instrumentale gothique animé par les groupes Brothers of Mercy et The , The Preachers of Nowhere. Des séjours réguliers sont prévus au Puy-du-Fou, où se dérouleront aussi les épreuves finales de chaque session. Alexander Garden a apporté son soutien à cette initiative: « Si on veut brancher les mômes, il faut y aller à donf! », a-t-il déclaré en sortant d’une réunion pour se rendre à un colloque des Pèlerins de la France éternelle, avant de participer au Salon du Hacking Mortel à l’hôtel Méridien.

Radicalisation : Une institutrice tente de pénétrer dans sa classe avant la rentrée

Au village de Saint-Repos c’est la consternation. L’institutrice de l’école a été surprise en train de pénétrer dans sa classe plusieurs jours avant la rentrée. Un cas de radicalisation qui inquiète.

C’est un voisin de l’école qui a donné l’alerte en constatant que le portail de l’école était anormalement ouvert. Arrivées immédiatement sur les lieux, les forces de l’ordre ont pu intervenir avant que l’enseignante ne pénètre dans sa classe. « L’opération a été très délicate » témoigne le commandant Congé. « Il fallait intercepter l’individu avant qu’il puisse laisser la moindre trace d’activité pédagogique dans l’école. »  Dans un tel cas, la protection des enfants reste, quoi qu’il arrive, la priorité numéro 1.

Plan de lutte contre la radicalisation pédagogique

Une cellule de veille psychologique a été mise en place pour aider les habitants de Saint-Repos à encaisser le choc. Sur le fond, cette tentative d’attentat pourrait être le signe d’une inquiétante radicalisation du corps enseignant. Le ministre de l’Éducation nationale a pris l’engagement de solliciter un rapport de l’inspection générale sur les cas déjà recensés. Un plan de lutte contre la radicalisation pédagogique pourrait être annoncé dans le courant du premier trimestre. Dans le contexte actuel, le ministre tient à ce que les enseignants arrivent en pleine forme devant les élèves.

Dans l’immédiat, l’institutrice arrêtée a été placée en rétention. Pour empêcher toute récidive, elle ne devrait être libérée que la veille de la pré-rentrée.

État d’urgence : vers l’interdiction de la danse des canards pendant les fêtes d’école

DanseDesCanards.jpg Pas facile de concilier sécurité et convivialité en plein État d’urgence. Pour limiter les risques, le gouvernement envisage d’interdire les spectacles à base de danse de canards pendant les kermesses d’école.

Alors que certaines mairies prévoient d’annuler purement et simplement les fêtes de fin d’année, le ministère étudie plutôt des pistes pour sécuriser au maximum les événements. Au cours d’une conférence de presse, le ministère a présenté son analyse de la situation. Parmi les points de vigilance, les chansons et les danses réalisées par les enfants. « C’est l’un des aspects les plus délicats » témoigne Donald Duque, Inspecteur dans le département du Nord « Un spectacle mal maîtrisé peut faire des dizaines de victimes chez les élèves comme chez les parents ».

Parents ou enseignants rendus fous par la danse des canards

L’interdiction de la danse des canards s’inscrit dans cette perspective de sécurisation des kermesses. « Cette chanson expose les enfants et les spectateurs à un niveau de risque anormalement élevé. » précise un projet de note qui devrait être diffusé aux écoles la semaine prochaine. « Les paroles et les gestes qui les accompagnent peuvent provoquer des mouvements incontrôlables » ajoute le document ministériel. En « off », de nombreux directeurs d’école reconnaissent avoir déjà rencontré des problèmes de parents ou d’enseignants rendus fous par une danse des canards endiablée.

Avec cette mesure, le gouvernement espère que les fêtes d’école pourront de dérouler dans de bonnes conditions. Si malgré cela il reste des récalcitrants, ils pourraient bien se faire envoyer au coin (coin-coin). 🌵

Emotion : la cour de récré en deuil à l’annonce de la mort du Prince de Lu

Prince_de_LUAmbiance de deuil ce matin dans la cour de récréation. Si les maternelles semblaient globalement être passés à côté de l’information, les élémentaires étaient sous le choc après l’annonce de la mort du Prince de Lu.

Le célèbre biscuit rond fourré au chocolat aura marqué plusieurs générations.  Né en Belgique en 1870, et commercialisé en France depuis 1948, il est consommé dans plus de la moitié des foyers. Pour les enfants, il est la star absolue des goûters et des petits déjeuners. A la récréation du matin, l’émotion se lit sur les visages. « L’année dernière, j’en mangeais presque un paquet par jour » raconte Ethan la larme à l’œil, « Mon préféré, c’est celui à la vanille » ajoute Célia qui n’envisage pas un seul instant de se rabattre sur des BN.

« Tombé par terre et écrasé par quelqu’un qui ne l’a pas vu »

A l’heure où nous écrivons ces lignes, les circonstances de la disparition n’ont pas encore été clairement élucidées. Parmi les enfants,  chacun imagine le pire. « Si ça se trouve, il a été écrabouillé dans un cartable » avance Liam. « il est peut-être tombé par terre et écrasé par quelqu’un qui ne l’a pas vu » ajoute  Sofia visiblement horrifiée par cette perspective.

Dans le monde entier, les fans du Prince de Lu vont sans doute passer le week-end à rechercher des miettes de gâteaux pour retrouver les souvenirs qui s’y rattachent.  Sur Facebook et Twitter, les hommages se multiplient.  On voit même fleurir ici ou là des hashtags #JeSuisChocolat.