Dijon  : Très content de ses vacances, il décide de « liker » ses propres photos sur Facebook

France_penestin_loscolo.jpgCette année, Lionel est très content de ses vacances. Et il veut que ça se sache. Après avoir publié ses photos sur Facebook, ce professeur des écoles de 44 ans a pris l’initiative de les liker lui-même. Une décision qui interroge.

En apparence, rien ne distingue les vacances de Lionel de celles des années précédentes. Après avoir profité de son temps libre pour bricoler un peu dans sa maison et voir quelques amis, il a passé une semaine dans une location au bord de la mer avec sa conjointe – également enseignante – et leurs deux enfants. C’est de ce séjour qu’il a ramené l’essentiel des clichés incriminés. A son retour, comme beaucoup de de ses amis et collègues, il publie une série de photographies sur Facebook qui viennent s’ajouter à celles postées « sur le vif » lorsqu’il était sur place. Organisé, il prend soin de toutes les ranger dans un album intitulé « vacances 2018 ».

Enquête administrative ouverte à la rentrée

Ce n’est que quelques jours après le retour de Lionel que plusieurs de ses amis découvrent la terrible réalité. Après les avoir publiées, l’enseignant a liké ses propres photos. « Ça se fait trop pas ! » commente immédiatement Lucie, sa nièce de 14 ans. Pour plusieurs de ses collègues, c’est « la fois de trop ». « Voir ses photos de vacances, ça passe encore mais s’il les like, ça va trop loin ! » s’étrangle Sophie, la directrice de l’école ou travaille Lionel. Une enquête administrative pourrait être ouverte à la rentrée.

Interrogé sur ses motivations, Lionel a déclaré ne pas comprendre l’émoi provoqué par son geste. Pour lui, les choses simples. Ses likes signifient qu’il a beaucoup aimé ses vacances et qu’il attend les prochaines avec impatience.

Publicités

Culture : Le « mojito pendant les vacances » bientôt inscrit au patrimoine de l’humanité

Mojito-party.jpgAprès le repas gastronomique inscrit au patrimoine culturel de l’humanité depuis 2010, d’autres traditions françaises pourraient prochainement rejoindre la liste établie par l’UNESCO. Un collectif d’enseignants vient de d’envisager la candidature du mojito comme apéritif privilégié des vacances.

La « liste du patrimoine culturel immatériel de l’humanité » a été instituée par une convention signée en 2003. Elle vise à protéger et à promouvoir les cultures et traditions populaires, au même titre que les sites et les monuments. Selon ses promoteurs, tous pratiquants réguliers, l’inscription du « mojito pendant les vacances » rentre parfaitement dans ce cadre.

De nombreux témoignages attestent de la consommation de mojito

« Le mojito des vacances est une pratique bien vivante » affirment les initiateurs de la candidature. Le dossier, établit au cours d’un apéritif estival, s’appuie sur de nombreux témoignages collectés depuis le début du mois de juillet qui tous attestent de la réalité de la consommation de mojito pendant les congés. Le groupe facebook « pour l’inscription du Mojito au patrimoine de l’humanité »  rassemble déjà plus de 30.000 personnes.

D’autres candidatures, dont celle du spritz, soutenue par l’Italie, pourraient venir concurrencer le mojito. Les différentes boissons ont jusqu’à la rentrée pour convaincre l’UNESCO de les faire entrer au patrimoine de l’humanité.

Mathématiques : L’enseignement catholique se dit « très favorable » à la méthode Saint-Gapour

Centre_de_Mathématiques_Appliquées_de_l'Ecole_polytechniqueRarement un rapport sur l’école n’aura suscité autant d’adhésion. Sitôt publié le travail de Cédric Villani, l’enseignement catholique s’est déclaré « très favorable » à l’utilisation de la méthode Saint-Gapour.

« Suivre la méthode Saint-Gapour  serait une véritable rupture » explique le Père Pardeux responsable de l’enseignement des mathématiques dans l’enseignement catholique. « A l’heure actuelle, nous nous en remettons plutôt à la méthode saint-Hubert, le saint patron des mathématiciens  » poursuit le religieux qui est obligé que reconnaître «  cette solution est loin d’être infaillible ».

« Saint-Gapour peut faire des miracles ! »

La hiérarchie de l’enseignement catholique ne voit que des qualités à la méthode promue par Cédric Villani. « Saint Gapour peut faire des miracle ! » s’enthousiasme le Père Pardeux qui envisage déjà tous les bienfaits de la nouveauté. A l’écouter, la méthode semble tellement magique, qu’elle pourrait permettre de résoudre enfin le mystère de la multiplication des pains.

Après le Nutella, des profs impliqués dans une émeute pour des stylos rouges à -70 %

styloRouge.jpgll y a eu l’émeute pour des pots de Nutella, voici celle des stylos rouges. Avec cette fois un signe particulier : l’implication de très nombreux enseignants.

Ce matin, à l’ouverture de ce magasin de la région lyonnaise, une centaine de personnes étaient massées devant la porte pour profiter de l’occasion. Moins de dix minutes plus tard, le bon coup de com’ s’est transformé en catastrophe. « On a peut-être péché par imprudence » reconnait le directeur du supermarché. Le fait est que la promotion choc sur les stylos rouges avaient été annoncée à grand renfort de publicités ciblées à destination des professeurs.

Des profs reconnus à leur cartable

« les gens se sont rués sur le rayon papeterie en renversant tout sur leur passage » témoigne une employée au magasin. « J’ai clairement reconnus des profs avec leur cartable » ajoute t-elle encore sous le choc. « Il y avait bien un homme en survêtement, mais c’était peut-être un prof de sport. » suppose une de ses collègues. Quoi qu’il en soit, le stock de stylos a été épuisé en quelques instants une partie du supermarché ravagée par la foule.

Ce nouvel incident vient confirmer le danger que représentent les promotions exceptionnelles sur des produits de première nécessité. Par mesure de sécurité, la direction du supermarché a décidé de reporter la prochaine opération prévue : un rabais de 75 % sur les copies doubles grands carreaux grand format.

Le prof parti chercher des explications sur ParcourSup n’a toujours pas été retrouvé

ParcourSup.PNGA l’heure qu’il est, l’inquiétude commence sérieusement à monter. M. Lattendu, un professeur, parti chercher des explications sur ParcourSup n’a donné aucunes nouvelles depuis plus de 3 jours.

L’enseignant a été vu pour la dernière fois sortant d’un cours de la terminale ES dont il est professeur principal. D’après les éléments recueillis auprès des élèves, M Lattendu aurait pris l’engagement de se mettre immédiatement en quête d’informations fiables sur le fonctionnement du logiciel ParcourSup. Une expédition dont il n’est pour l’instant pas revenu.

«  Il s’est peut-être perdu dans la documentation technique »

Depuis que l’alerte à été donnée, les secours sont mobilisés. Les équipes spécialisées ont déjà parcouru les principaux site d’informations sur le sujet pour tenter de localiser l’enseignant mais il reste toujours introuvable. «  Il s’est peut-être perdu dans la documentation technique » imagine le capitaine Ouisi qui dirige les recherches. C’est en réalité la dernière hypothèse avant que M. Lattendu ne soit considéré comme définitif perdu.

Les autorités renouvellent leurs conseils de prudence. La recherche d’informations sur ParcourSup est une activité dangereuse qui ne doit jamais être pratiquée sans les équipements de sécurité appropriés.

5 trucs du boulot de prof qui risquent de ne pas de changer en 2018, on est désolés

  1. feudartifice.jpgles copies : Vous en aviez en 2017, vous en aurez en 2018, d’ailleurs vous n’avez pas encore terminé de corriger celles de l’année dernière.
  2. le café à la récré. On l’attend avec l’impatience pendant deux heures et quand on le boit se souvient enfin pourquoi on le trouve si mauvais.
  3. le collègue pénible. Il va vous sauter dessus dès la rentrée pour vous souhaiter une bonne année « et surtout la santé ». Il vous agace depuis que vous travaillez avec lui et ça risque bien de continuer en 2018. Et même si vous mutez, vous en rencontrerez un autre.
  4. le lundi matin. On y peut rien. Après le week-end, il y a le lundi matin. On sait, c’est dur, mais c’est comme ça.
  5. les critiques des gens qui pensent que vous ne foutez rien. C’est vrai quoi ! 15 heures par semaine et 6 mois de congés par ans, vous avez bien de la chance d’avoir un job pareil !