Grève du Bac : Le gouvernement prêt à solliciter les marcheurs blancs pour surveiller les épreuves

marcheurblanc.jpg

Jean-Michel Blanquer s’y est engagé, aucune épreuve du baccalauréat ne sera annulée. Pour faire face à la menace de grève le premier jour de l’examen, le gouvernement est prêt à recourir une solution totalement disruptive : solliciter les marcheurs blancs.

Le mot d’ordre lancé par plusieurs syndicats est pris très au sérieux par la rue de Grenelle. Si la mobilisation de vacataires pour surveiller les examens est chose courante, l’appel à des « non humains » serait une première. « Avec la fin de la 8e saison de Game Of Throne », la majorité des marcheurs blancs est actuellement disponible » note un responsable du SIEC, le service qui gère les examens pour toute l’Ile-de-France.

Circulaire en préparation

Une circulaire adressée à tous les recteurs est actuellement préparation pour donne un cadre à l’utilisation des marcheurs blancs. Les services académiques des examens devront travailler d’arrache-pied pour recruter et affecter ces nouveaux auxiliaires. « Les marcheurs blancs seront parfaits pour surveiller la philosophie » se réjouit un proviseur, désormais certains d’avoir assez de surveillants pour son établissement.

Un bilan de l’expérience sera tiré le 18 juin au sort. Si les résultats sont concluants, le ministère pourrait étendre les missions confiées au marcheurs blancs jusqu’à la correction des copies.

Publicités

Loi Blanquer : des députés veulent obliger les profs à porter des sous-vêtements tricolores

slip_drapeau-francais.jpg« Dans les établissements d’enseignement publics et privés du premier et du second degré, le corps enseignant se doit de porter une tenue conforme à l’autorité que doit inspirer la Nation. » L’amendement au projet de loi « Blanquer » pour l’école de la confiance, déposé une dizaine de députés, souhaite règlementer les vêtements arborés par les professeurs.

Dans « l’exposé sommaire » qui accompagne le texte, les élus précisent que leur proposition vise à « mieux encadrer »  l’apparence des enseignants et à éviter les « débordements inacceptables » qui sont parfois constatés. Dans le viseur des parlementaires : les « caleçons écossais », « les strings en dentelle » et les « boxers délavés ». Autant de sous-vêtements qui seraient des atteintes à l’autorité des professeurs et, à travers eux, à l’autorité de la Nation.

Dessous assortis aux drapeaux

Dans un souci de cohérence, les députés préconisent que le ministre fixe par décret un cahier des charges des sous-vêtements autorisés. Ils suggèrent que le enseignants soient tenus de porter des dessous bleus-blancs-rouges, de façon à être assortis aux drapeaux affichés dans les classes.

Ni Jean-Michel Blanquer ni la  rapporteure du projet de loi, Anne-Christine Lang (LREM) n’ont encore indiqué leur position sur cet amendement. S’il venait à être adopté, le ministère pourrait envisager de passer une commande groupée auprès d’une célèbre entreprise de sous-vêtements « made in France ».

Scandale : 800h de pédagogie avariée découvertes dans un lycée du Val-de-Marne

Lycée_Marlioz_-_Aix-les-BainsC’est un scandale dont le ministre de l’Education nationale se serait probablement passé. Plus de 800 heures de pédagogie avariée ont été découvertes dans un établissement du Val-de-Marne.

D’après les premiers éléments rassemblés par les autorités, les heures frauduleuses auraient été introduites par un professeur de français nommé dans l’établissement à la rentrée. Elles auraient ensuite été diffusées par plus d’une dizaine d’enseignants. Pour les enquêteurs le plus surprenant est la quantité impressionnante de pédagogie avariée rassemblée en en aussi peu de temps. Sabotage ou négligence, toutes les pistes sont encore ouverte.

Le Rectorat de Créteil, dont dépend l’établissement, promet de renforcer les contrôles. Une mission d’inspection a été dépochée en urgence pour tenter de sauver ce qui peut l’être. Seules un peu de plus de 150 heures auraient effectivement été dispensées aux lycéens. Le reste aurait été stocké sous forme de notes de préparation dans les cartables des enseignants. L’affaire est prise très au sérieux au plus haut niveau. « Ceux qui sont impliqués seront sanctionnés » assure le cabinet de Jean-Michel Blanquer.

Sur les réseau sociaux, les lycéens sont nombreux à exprimer leur inquiétude. Certains réclament l’application du principe de précaution et demandent la suspension des cours jusqu’à élimination complète de la pédagogie avariée.

CP dédoublés : 98 % des enseignants concernés constatent une diminution des effectifs de leur classe

Berlin Metropolitan School

Le dispositif phare de la politique éducative du Président de la République, les CP dédoublés en éducation prioritaire, semble déjà donner ses premiers résultats positifs. Plus de 98 % des enseignants concernés disent avoir constaté une diminution des effectifs de leur classe.

Le bilan de la mesure, rendu public cette semaine, livre des résultats « très encourageants ». Baisser à une douzaine d’élèves maximum les effectifs des CP et de CE1 permet de réduire drastiquement le nombre d’élèves par classe. L’évaluation du dispositif par la DEPP, la direction spécialisée du ministère, montre un « effet statistiquement très significatif ». A conditions équivalentes, les élèves sont nettement moins nombreux dans les classes dédoublées que dans les autres.

Écart aussi bien le matin que l’après-midi.

Sur le terrain, les enquêtes menées après des enseignants confirment les données nationales. Plus de 98 % des professeurs interrogés ont le sentiment d’avoir moins d’élèves dans leurs classes. Cet écart se retrouve aussi bien le matin que l’après-midi. Le seule réserve concerne les récréations ou le nombre d’enfants présent dans la cour ne paraît pas affecté par le dédoublement.

La DEPP note que pour être pleinement efficace, la mesure devrait être maintenue et accentuée. Si, pour l’instant, le ministère exclut d’aller au-delà des CP et CE1, il pourrait en revanche tendre vers des classes à zéro élève.

Cherbourg : On est toujours sans nouvelles du prof qui avait réclamé une prime à Blanquer

800px-Liège_(11).JPG

Après avoir écouté l’allocution du Président de la République, Stéphane a eu l’idée de demander une prime à son employeur, le ministre Jean-Michel Blanquer. Depuis, on est sans nouvelle de ce professeur âge de 34 ans.

D’après les premiers éléments de l’enquête, Stéphane aurait d’abord formulé sa requête sur les réseaux sociaux. « @jmblanquer, le Président a demandé aux entreprises d’accorder une primes aux salariés, c’est valable aussi pour les profs ? » a t-il écrit sur son compte Twitter dès lundi soir. Le lendemain, après une conversation avec ses collègues, l’enseignant décide de passer à la vitesse supérieure : il rédige un courrier adressé directement au ministre.

Depuis, plus personne ne sait ce qu’il est advenu de lui. Ni ses proches ni ses collègues ne disposent de la moindre information. Un signalement pour disparition inquiétante a bien été effectué auprès de la gendarmerie mais il reste pour l’instant sans résultat. Le rectorat de Caen, dont dépend l’enseignant, affirme n’avoir connaissance d’aucune anomalie le concernant.

Les rumeurs les plus folles circulent parmi ses collègues. Certains vont jusqu’à imaginer que Stéphane ne fera sa réapparition que lorsque Jean-Michel Blanquer aura confirmé le versement d’une prime aux personnels de l’Éducation nationale.

Rémunération : Les profs bientôt autorisés à faire des heures sup’ le dimanche et après 22h

Euros.pngLa proposition est l’alliance parfaite du « travailler plus pour gagner plus » et de la disruption chère à Jean-Michel Blanquer. Pour améliorer la rémunération des enseignants, le ministre de l’éducation nationale va très prochainement les autoriser à effectuer des heures supplémentaire le dimanche et après 22h.

Le mantra « il faut mieux rémunérer les enseignants » pourrait trouver là sa première véritable traduction concrète. « Actuellement, aucun enseignant ne travaille avec ses élèves sur les horaires que nous allons ouvrir aux heures supplémentaires » explique t-on au ministère. A raison de deux heures par semaine, ce sont plus de 10 millions euros qui pourraient venir garnir les porte-monnaies des professeurs volontaires. Une véritable mine d’or qu’il s’agit maintenant d’exploiter.

Heures supplémentaires ouvertes aux professeurs des écoles

Autre avantage du dispositif : la possibilité de toucher toutes les catégories d’enseignants. « Ces heures supplémentaires seront également ouvertes aux professeurs des écoles » précise le communiqué de la rue de Grenelle. Le premier degré, habituel grand oublié des heures supplémentaires y trouverait enfin son compte. Dans le second degré, où les heures supplémentaires existent déjà, le ministère mise sur la disponibilité des enseignants pour assurer le succès de l’opération.

A titre expérimental, les premières « heures sup du dimanche » seront consacrées au dispositif « devoirs faits ». « Les enfants font souvent leurs devoirs du weekend au dernier moment, de cette façon ils pourront bénéficier de l’aide des professeurs » argumente-t-on dans l’entourage du ministre.

Dijon  : Très content de ses vacances, il décide de « liker » ses propres photos sur Facebook

France_penestin_loscolo.jpgCette année, Lionel est très content de ses vacances. Et il veut que ça se sache. Après avoir publié ses photos sur Facebook, ce professeur des écoles de 44 ans a pris l’initiative de les liker lui-même. Une décision qui interroge.

En apparence, rien ne distingue les vacances de Lionel de celles des années précédentes. Après avoir profité de son temps libre pour bricoler un peu dans sa maison et voir quelques amis, il a passé une semaine dans une location au bord de la mer avec sa conjointe – également enseignante – et leurs deux enfants. C’est de ce séjour qu’il a ramené l’essentiel des clichés incriminés. A son retour, comme beaucoup de de ses amis et collègues, il publie une série de photographies sur Facebook qui viennent s’ajouter à celles postées « sur le vif » lorsqu’il était sur place. Organisé, il prend soin de toutes les ranger dans un album intitulé « vacances 2018 ».

Enquête administrative ouverte à la rentrée

Ce n’est que quelques jours après le retour de Lionel que plusieurs de ses amis découvrent la terrible réalité. Après les avoir publiées, l’enseignant a liké ses propres photos. « Ça se fait trop pas ! » commente immédiatement Lucie, sa nièce de 14 ans. Pour plusieurs de ses collègues, c’est « la fois de trop ». « Voir ses photos de vacances, ça passe encore mais s’il les like, ça va trop loin ! » s’étrangle Sophie, la directrice de l’école ou travaille Lionel. Une enquête administrative pourrait être ouverte à la rentrée.

Interrogé sur ses motivations, Lionel a déclaré ne pas comprendre l’émoi provoqué par son geste. Pour lui, les choses simples. Ses likes signifient qu’il a beaucoup aimé ses vacances et qu’il attend les prochaines avec impatience.