Prof, il décide de tout plaquer pour passer son week-end à corriger des copies

copies_correctionPour les proches de l’enseignant, la nouvelle a fait l’effet d’une bombe. Fréderic, professeur d’Histoire-Géographie, vient de tout abandonner pour passer son week-end à corriger des copies.

Équilibré, bien dans sa peau, travaillant dans un collège sans histoires, rien de prédestinait le jeune homme à une décision aussi radicale. Autour de lui, c’est l’incompréhension qui domine. « Je l’ai vu la semaine dernière, il ne m’a absolument rien dit » déclare sa sœur qui espère que le choix de son frère n’est qu’un « coup de tête ». Plus critique, sa mère lui reproche déjà de ne pas avoir téléphoné pour la prévenir et de ne pas avoir donné signe de vie depuis le début de ses corrections.

« Corriger des copies, c’est toute sa vie »

Les collègues de Frédéric, eux, se montrent plus compréhensifs. « C’est sûr qu’il aurait pu sortir avec des amis ou aller au cinéma » admet Julie qui travaille dans le même établissement que lui, « mais corriger des copies, c’est vraiment toute sa vie ». D’après elle, ce sont les devoirs donnés aux élèves la semaine dernière qui auraient décidé le garçon à passer à l’acte. Finalement, nombreux sont ceux qui estiment qu’ils n’ont pas su voir les très nombreux signes qu’il laissait derrière lui.

Alertées, les autorités considèrent que Frédéric a parfaitement le droit de tout abandonner, même si c’est pour corriger des copies. La préfecture conseille à la famille de faire preuve de patience : la plupart des enseignants qui disparaissent le week-end ne finissent par refaire surface au début de la semaine suivante.

Publicités

Terrorisme : un collégien arrêté avec six cartouches d’encre rouge dans son cartable

200px-Text-x-generic-highlight-red-marker-round.svg

L’information a été révélée par Bernard Cazeneuve au cours d’une conférence de presse improvisée. Un collégien a été arrêté en possession de six cartouches d’encre rouge.

Les faits se sont déroulés en fin de semaine dernière dans un établissement du Sud de la Seine-et-Marne. Le garçon, âgé de 14 ans, avait semble-t-il caché les cartouches dans la poche extérieure de son cartable. C’est son attitude anormale pendant un cours qui a attiré l’attention de son professeur de français, lequel a immédiatement alerté les autorités. Sur place, la brigade spécialisée du parquet académique de Créteil a procédé à l’interpellation de l’élève et à la destruction de l’encre.

Risque de « terrorisme pédagogique »

Selon François Molins, le procureur de la République de Paris, les cartouches d’encre auraient pu servir à une opération de « terrorisme pédagogique ». « Aucun plan d’action particulier n’a pu être mis à jour » a-t-il déclaré lors de son point presse. La principale hypothèse reste que le collégien aurait voulu corriger lui-même des copies soit dans son propre intérêt soit pour falsifier les résultats de certains de ses camarades. Une pratique qui, en cas de succès, aurait pu déstabiliser durablement les classes concernées.

L’enquête, confiée à la direction du renseignement intérieur, devra déterminer comment un jeune homme de cet âge a pu entrer en possession d’objets aussi dangereux. Rappelons que le maniement du stylo rouge reste normalement réservé aux professeurs spécialement formés et entraînés.

Corruption : Il glissait des chatons mignons dans ses copies pour attendrir les profs

ChatonsMignons.jpgLe système était parfaitement huilé et fonctionnait régulièrement depuis plusieurs années. L’étudiant arrêté hier avait pris l’habitude de glisser des chatons mignons dans ses copies dans l’espoir d’attendrir les profs.

C’est une anomalie dans les résultats du 1er semestre qui a mis la puce à l’oreille des enquêteurs. Il aura ensuite fallu plus de six mois de travail à l’office central de répression de la délinquance pour remonter la filière. « C’était à la fois très simple et très efficace » explique le Capitaine Félin « une simple photo bien choisie et la note pouvait monter de 4 à 5 points ». La perquisition de la chambre du suspect a permis de mettre la main sur plusieurs centaines de photos de chatons tous plus mignons les uns que les autres.

« Des correcteurs transformés en complices »

D’après les premiers éléments de l’enquête, les premiers chatons mignons auraient été glissés dans les copies lorsque le suspect était au collège. Encouragé par les résultats obtenus, il a perfectionné la méthode devenue au fil des ans quasi indétectable. Le butin total pourrait s’élever à plusieurs centaines de points répartis sur des dizaines de devoirs. « Le système est d’autant plus efficace qu’il transforme les correcteurs en complices » reconnait le capitaine Félin « S’ils sont attendris par les chatons ils ne vont pas aller dénoncer le fraudeur ». Des recherches complémentaires sont en cours pour déterminer si oui ou non la méthode des « chatons mignons » a été utilisée pour obtenir le baccalauréat.

Dans les bureaux du ministère de l’Éducation,  on planche déjà sur les solutions contre ce nouveau type de fraude. Certains experts proposent de lâcher des souris dans les salles d’examens pour attirer les chatons. En espérant qu’elles n’en profitent pas pour manger les copies !

Etat d’urgence : les profs autorisés à ne plus rendre les copies

1024px-Ch-x_Bild_3Alors que l’État d’urgence vient une nouvelle fois d’être prolongé, le gouvernement ne veut négliger aucun moyen dans la lutte contre le terrorisme. Désormais, les professeurs seront autorisés à ne plus rendre les copies pour qu’elles puissent être analysées.

Une cellule spéciale va être installée dans les locaux du ministère de la Défense. Une équipe composée de psycho-graphologues et d’experts de l’anti-djihadisme sera chargée d’étudier les copies envoyées par les enseignants de toute la France. Dans un premier temps, les copies seront classées par âge en fonction du niveau de risque. Celles des étudiants et lycéens seront traitées en priorité puis celle des collégiens et des écoliers pour terminer par les productions de maternelle.

« l’encre à paillettes prémices d’une radicalisation »

« Nous ne devons rien laisser au hasard » insiste A. Nalise qui sera chargée de diriger la mission « l’’utilisation d’une encre à paillettes, des cœurs sur des « i », des ratures trop fréquentes ou un usage immodéré du correcteur peuvent permettre de déceler les prémices d’une radicalisation ». Attention, pour que les spécialistes puissent travailler, les copies ne devront comporter aucune correction ni même annotation de la part des professeurs.

Au terme du travail de la cellule, si rien n’est repéré, les copies seront renvoyées aux enseignants. Qui n’auront plus qu’à les corriger.

Pluie : Méteo-France confirme vouloir aider les profs à corriger leurs copies

Le brutal changement de temps au début des vacances de la zone B ne doit rien au hasard. Il est le résultat de l’accord signé entre Météo France et l’Education nationale pour aider les professeurs à corriger leurs copies.

Après une semaine de tests concluants, les services de Météo-France ont décidé de rendre publique l’initiative. « Nous savons que les enseignants ont toujours des copies à corriger pendant les vacances » explique M. Bontemps chef du service des précipitations métrologiques « Nous voulons leur faciliter la tâche en assurant un certain nombre de jours de pluie sur la période des congés ». Selon une étude menée par le ministère de l’Education nationale, la productivité des correcteurs serait 2,7 fois plus faible lorsque le soleil brille que lorsqu’il pleut.

Le basculement soleil/pluie s’est parfaitement déroulé

120px-Weather-drizzle.svg« Le plus difficile c’est de caler la météo en fonction des zones de vacances » poursuit M. Bontemps. Pour limiter les risques, l’expérimentation a été lancée à un moment où les deux tiers de la France étaient en congés. Le basculement soleil/pluie s’est parfaitement déroulé en revanche, le maintien d’une pluie régulière été plus délicat. « On a laissé passer quelques rayons de soleil qui ont sans doute été préjudiciables aux corrections » admet le météorologue.

Un premier bilan devrait être tiré à l’issue des vacances de la zone B. Si le volume de copies corrigées augmente significativement, une nouvelle vague d’expérimentation pourrait être organisée au moment des examens. Météo-France serait déjà en train de préparer la couverture nuageuse qui touchera la France à partir de la mi-juin.

Loi Macron : des élèves pourraient être recrutés pour corriger des copies

Emmanuel_Macron_(11_décembre_2014)_(1)Comme le permis de conduire, les examens et notamment le baccalauréat souffrent d’un manque chronique de correcteurs. Un amendement au projet de loi « Macron » veut ouvrir la possibilité de puiser dans le vivier des élèves pour épauler les examinateurs.

« On a le même problème tous les ans » se désole L. Réponpat du service inter-académique des examens d’Ile-de-France. « Répartir les copies entre les correcteurs, est un véritable casse-tête ». Dans certaines disciplines, un professeur peut recevoir plus d’une centaine de copies à corriger en quelques jours. Le système est à flux tendu et les examinateurs sous pression. D’où l’idée de recourir à d’anciens élèves pour leur venir en aide.

la quasi-totalité des actuels correcteurs ont été élèves

La proposition part du constat que la quasi-totalité des actuels correcteurs du baccalauréat ont été élèves à un moment ou à un autre. « Il s’agit de généraliser quelque chose qui marche » explique le député à l’origine de l’amendement. Le parlementaire envisage même que d’anciens élèves puissent devenir professeurs et corriger des copies tout au long de l’année.

« La loi est là pour donner une impulsion » poursuit le député. « Après, nous pourrons passer à la pratique et pourquoi pas organiser des concours de recrutement. » Selon plusieurs sources, le gouvernement ne serait pas hostile. Avis donc à tous les élèves. Il y aura des places à prendre !