Une étude confirme que commencer les cours plus tard permet de se lever moins tôt

budzik_._alarm_clockUne étude publiée cette semaine vient conforter la position de ceux qui, à l’instar de Valérie Pécresse, plaident pour retarder les débuts des cours dans les établissements scolaire. Les résultats indiquent que commencer la journée de classe plus tard permet de se lever moins tôt

Les équipes du Dr Khros-Obios de l’Université de Dortard aux Etats-Unis ont étudié les horaires de cours et de sommeil de plus de 800 adolescents, garçons et filles de 12 à 18 ans. Les conclusions de l’étude sont sans ambiguïté : ceux qui commencent régulièrement plus tard sont ceux qui se lèvent le moins tôt. « Le taux de corrélation est de l’ordre de 85 % » analyse le spécialiste qui constate toutefois un « plafond » lorsque les cours commencent après 11h du matin.

Autres facteurs  « neutralisés »

Les résultats les plus spectaculaires sont obtenus sur le contre-test. « Dans 97 % des cas, les élèves qui commencent les premiers se lèvent avant ceux qui commence plus tard » analyse le Dr Khros-Obios. Pour les besoins de l’étude randomisée, la totalité des autres facteurs ont été « neutralisés » ce qui permet de d’établir un « lien mécanique » entre heure de cours et heure de levé et d’établir une liste de préconisations visant à optimiser le réglage des réveils des adolescents.

En définitive, le principal enseignement de l’enquête tient en une formule. Pour un adolescents, l’heure idéale pour se réveiller le matin est celle qui lui permet de se lever, de se préparer et d’arriver à l‘heure en cours.

Publicités

Plan mercredi : Blanquer promet d’instaurer « une journée entière » entre le mardi et le jeudi

Jean-Michel_Blanquer_2018.jpgTrès attendu depuis l’assouplissement des rythmes scolaires, le « plan mercredi » annoncé par le ministre de l’Éducation nationale vient enfin d’être dévoilé. Jean-Michel Blanquer promet d’instaurer « une journée entière » entre le mardi et le jeudi.

« Nous voulons fixer un cadre commun à tous les enfants qu’ils soient en ville ou en milieu rural » explique le ministère dans le dossier de presse transmis ce matin. De fait, la journée promise par Jean-Michel Blanquer sera totalement indépendante de l’organisation choisie par les communes. « Là où il y a classe, les enfants iront naturellement à l’école » précise le dossier tout en indiquant que, quoi qu’il arrive, le mercredi devra trouver sa place entre le mardi et le jeudi.

En visite, dans une école, le ministre a défendu son projet en s’appuyant sur les derniers acquis de la recherche. « Les études en Neurosciences démontrent qu’il y est très mauvais de se coucher un mardi soir et de se réveiller un jeudi matin. » Pour illustrer l’usage que les enfants pourraient faire de cette nouvelle journée, le ministre a cité en exemple une commune ou les écoliers se lèvent le matin, font des activités, mangent et font leurs devoirs.

Rythmes scolaires : le lundi désigné pire jour pour commencer la semaine (étude)

Ecole_Primaire.JPG

A l’heure des bilans sur les rythmes scolaires, le constat est sans appel. Une étude commandée par le ministère de l’Éducation démontre sans ambiguïté que le lundi est le pire jour pour débuter la semaine.

Le résultat de cette enquête est d’autant plus préoccupant que cette façon de commencer la semaine scolaire est un point commun à toutes les organisations. « Il y a bien des semaines qui commencent le mardi ou même le mercredi mais cela reste très exceptionnel » note le rapport en précisant que le lundi est systématiquement le premier jour de plus de 85% des semaines de l’année scolaire. Une quasi-généralisation qui interroge quand on constate que le lundi est le jour qui cumule le plus d’inconvénients.

Le lundi est le jour le plus éloigné du week-end.

Pour les experts, le problème n’est peut-être pas le lundi en lui-même mais ce qui le précède. « Le lundi vient systématiquement après le dimanche, ce qui induit une rupture préjudiciable au repos » analyse G Dhormy spécialiste des rythmes de la vie et du sommeil « s’il était possible de placer la reprise après un jour de travail, elle serait beaucoup moins difficile ». Autre difficulté, le lundi est, de très loin, le jour le plus éloigné du week-end. « Quand on arrive le lundi, on sait qu’on a une semaine entière à travailler » insistent les rédacteurs du rapport.

Les conclusions des rapporteurs sont maintenant sur le bureau de la ministre. Ce sera à elle de décider de lancer – ou non – une réforme des rythmes scolaires qui permette de commencer un autre jour que le lundi.

 

Polémique : Copé accuse Taubira de « ne rien dire » sur l’éducation

Nouvelle polémique pour Christiane Taubira. Jean-François Copé accuse la ministre de la Justice de « ne rien dire » sur les questions d’éducation.

Interrogé par RMC sur l’application des nouveaux rythmes scolaires dans sa ville de Meaux, le Président de l’UMP s’est dit « Très préoccupé » par le silence de la ministre de la justice sur l’éducation. « Je ne comprends pas que Madame Taubira puisse ne rien dire sur ces questions qui préoccupent les français ». Il voit dans l’absence de communication de la garde des sceaux « un abandon de la jeunesse ». « Il est clair que Madame Taubira préfère s’occuper des délinquants que de l’avenir de nos enfants. C’est très inquiétant »

« C’est tout ce que le gouvernement a trouvé pour ne pas aborder les vrais sujets ».

Lorsqu’un auditeur lui demande le lien entre sa réponse et la question, JF Copé déclare « Ce n’est pas parce qu’il y a un ministre de l’éducation que Madame Taubira doit s’exonérer de ses responsabilités ! ». Le chef de l’opposition considère qu’en ne parlant pas d’éducation, la ministre de la justice cherche à détourner l’attention : « C’est tout ce que le gouvernement a trouvé pour ne pas aborder les vrais sujets ».

Rue de Grenelle et place Vendôme on se refuse à tout commentaire. L’entourage de Manuel Valls fait savoir que le Premier ministre ne dira rien. Même réaction au Parti socialiste. Un député UMP interprète ce silence comme un aveu : « s’ils ne répondent pas, c’est bien la preuve que Jean-François Copé a visé juste ! »

Rythmes : une école propose une semaine de 14 demi-journées

C’est probablement l’un des modèles les plus originaux de France. Pour préparer la réforme des rythmes scolaires, l’école de Saint Thèse (35) propose une organisation de la semaine sur 14 demi-journées.

Le projet a été élaboré par une commission composée d’enseignants, de représentants de la mairie, de parents d’élèves et d’associations. A l’arrivé, tout le monde exprime sa satisfaction.

« La semaine commence le lundi matin et se termine le dimanche soir » explique G. Toultan, directeur de l’école. « Notre organisation permet de traiter tous les temps de l’enfant sur la base de deux demi-journées par jour »

Le planning des 14 demi-journées inclut à la fois les heures de classe, les temps d’activités périscolaires, les loisirs personnels des élèves et même des moments passés avec les parents.

« la semaine de 7 jours, c’est vraiment l’idéal »

Du coté des parents, on apprécie le temps laissé à la famille. « C’est très importants ces moments. Et c’est très bien de les avoir placé le week-end, ça laisse le temps de se reposer » témoigne Jean-Marie parent d’une élève de maternelle.

A la mairie, on n’est pas peu fier d’avoir ficelé un projet qui coïncide exactement avec la durée de la semaine. « Nous avons étudié d’autres organisations mais ça marchait moins bien » rapporte l’adjoint aux affaires scolaires « la semaine de 7 jours, c’est vraiment l’idéal ».

Le dossier a été envoyé pour validation à l’Éducation nationale. A terme, l’organisation en 14 demi-journées pourrait être généralisée à l’ensemble des écoles de la circonscription.