« Autorité des maitres » : désormais, un chaton égorgé à chaque manquement au règlement

JAbrichatonsusqu’où iront les mesures « exceptionnelles » pour faire suite aux attentats parisiens ? Un avant-projet de circulaire destinée aux écoles et aux établissements préconise d’égorger un chaton après chaque manquement au règlement. Explications.

La disposition est annoncée à mots couverts dans les 11 mesures présentées jeudi par Najat Vallaud-Belkacem. L’axe 2 concernant « l’autorité des maitres » le prévoit explicitement, « aucun incident ne sera laissé sans suite.». A chaque écart, son chaton. Clairement, la sévérité est de mise. Le document qu’EdukActus s’est procuré prévoit une expérimentation dans 5 académies pour une généralisation à la rentrée 2016.

« égorger un chaton est avant tout un acte pédagogique »

« Oui, c’est une mesure forte » concède Georges Tranché, référent au rectorat de Créteil « mais égorger un chaton est avant tout un acte pédagogique ». Chaque cas devra donner lieu à des explications circonstanciées auprès des élèves et des familles Des ressources réalisées par l’école vétérinaire de Maison-Alfort seront très prochainement mises en ligne. Dans le même temps, les programmes d’Education civique vont intégrer un volet consacré aux chatons et diverses aux manières de les égorger sans souffrances.

la SPA prête à accueillir les élèves

La Société Protectrice des Animaux a déjà pris position contre la mesure. L’association juge « inadmissible » que des élèves soient ainsi pris pour cible d’une circulaire ministérielle. Elle se déclare prête à accueillir dans ses refuges tous les élèves qui voudraient échapper à l’Education nationale. Du coté des parents, c’est plutôt l’inquiétude qui domine. « Qui va égorger les chatons ? » s’interroge la représentante d’une fédération « Comment s’assurer qu’elle aura les compétences ? Que fera t-on s’il y a des taches de sang sur les vêtements ? ». Autant de quelques auxquelles le ministère devra certainement répondre avant d’appliquer son projet.

Publicités

[Football] Le programme d’EPS remplacé par des cours de « culture bretonne »

La finale de la coupe de France de football a des conséquences inattendues. Pour en tirer les leçons, l’enseignement de l’éducation physique et sportive pourrait être profondément remanié.

« Deux finales 100% bretonnes en seulement 6 ans ça montre que cette région a quelque chose de particulier » explique G. Ouénadu du comité sportif scolaire français. Après analyse, les dirigeants sont arrivés à la conclusion qu’il fallait s’en inspirer pour les cours d’EPS. « La pratique du sport pose de nombreux problèmes et donne des résultats parfois décevants » poursuit G. Ouénadu « pour plus d’efficacité, nous proposons de la remplacer par un enseignement de la culture Bretonne ». D’après le CSSF ce changement radical pourrait amener une amélioration du niveau sportif des jeunes français.

Une initiation à la langue bretonne est envisagée dès la 4e

Le projet de programme tente d’explorer toutes les facettes de la culture Bretonne. Une initiation à la langue bretonne est envisagée dès la 4e. Sur l’ensemble de la scolarité, les élèves devront avoir découvert toute la gastronomie bretonne avec une attention particulière sur les galettes et le kouign-amann. Pour des raisons légales, le cidre et le chouchen ne pourront être abordés qu’au lycée.

« Nous prévoyons aussi d’organiser des voyages pour découvrir les hauts lieux de la Bretagne » précise M. Ouénadu « On avait pensé y inclure le stade de la Beaujoire et le Mont-Saint-Michel, mais ça posait des problèmes diplomatiques ». Ces sorties seront financées par les économies réalisées sur les équipements sportifs.

Le nouveau programme sera mis en place progressivement à partir de l’année prochaine. Un plan baptisé « BretagnEPS » assurera la mise à niveau des professeurs d’EPS. Un appel pour trouver des formateurs va être lancé dans les jours qui viennent.

Les élèves de CP apprennent effectivement à lire !

ImageLa rumeur courait depuis plusieurs décennies. Elle faisait régulièrement surface au gré des polémiques sur les méthodes d’apprentissage. Une enquête minutieuse menée par le Ministère de l’Education nationale auprès de 3 écoles pourrait venir clore définitivement le débat. Les conclusions sont sans appel : les élèves de CP apprennent effectivement à lire.

Les symptômes se manifestent dès le premier trimestre. Les élèves commencent par lire des mots, puis des phrases entières. Le père d’une élève de CP témoigne « On s’est bien rendu compte qu’il se passait quelque chose, notre fille passait du temps à regarder des textes. On se demandait bien pourquoi ». A la fin de l’année, la plupart des parents ne peuvent que constater les dégâts : les élèves ont appris à lire.

Un inspecteur de l’éducation nationale interrogé par EdukActus fait mine de découvrir le problème : « Oui, bien sur, c’est dans les programmes depuis des années, mais on ne pensait pas que les enseignants le mettaient en œuvre. C’est tellement énorme comme travail ». Selon nos informations une réforme des programmes serait envisagée pour tirer toutes les conséquences de cette découverte majeure.

Des spécialistes pensent que cette avancée pourrait aider à percer l’un des plus grands mystères de l’éducation : la présence massive de livres dans les écoles.