5 trucs du boulot de prof qui risquent de ne pas de changer en 2018, on est désolés

  1. feudartifice.jpgles copies : Vous en aviez en 2017, vous en aurez en 2018, d’ailleurs vous n’avez pas encore terminé de corriger celles de l’année dernière.
  2. le café à la récré. On l’attend avec l’impatience pendant deux heures et quand on le boit se souvient enfin pourquoi on le trouve si mauvais.
  3. le collègue pénible. Il va vous sauter dessus dès la rentrée pour vous souhaiter une bonne année « et surtout la santé ». Il vous agace depuis que vous travaillez avec lui et ça risque bien de continuer en 2018. Et même si vous mutez, vous en rencontrerez un autre.
  4. le lundi matin. On y peut rien. Après le week-end, il y a le lundi matin. On sait, c’est dur, mais c’est comme ça.
  5. les critiques des gens qui pensent que vous ne foutez rien. C’est vrai quoi ! 15 heures par semaine et 6 mois de congés par ans, vous avez bien de la chance d’avoir un job pareil !

 

Publicités

Education : Blanquer estime qu’il est « le meilleur ministre de l’Education nationale de tous les temps »

Jean-Michel_Blanquer_(36770567921)Devant le congrès du MoDem, où il a été très applaudi, Jean-Michel Blanquer a estimé qu’il était « le meilleur ministre de l’Éducation nationale de tous les temps ».

« Certains ne comprennent pas le sens et la grandeur de notre action » a déploré le ministre de l’Éducation nationale. « Je prétends que jamais une action en matière d’éducation n’a été aussi pertinence ni aussi efficace, au moins depuis un siècle. Je prétends aussi que ce qui est en train d’être fait est de loin ce qui s’est fait de mieux en matière d’éducation nationale », a-t-il poursuivi devant des militants aux anges.

Baptiser de son nom une école par académie

Non content d’enfoncer ses prédécesseurs immédiats, Vallaud-Belkacem, Hamon et Peillon, Jean-Michel Blanquer se voit également au-dessus de Jean Zay et Jules Ferry jusqu’à présent figures tutélaires de la rue de Grenelle. « Je suis pour le bien et contre le mal, pour le savoir et contre l’ignorance » a-t-il martelé pour défendre son action. Le ministre a d’ailleurs annoncé qu’il allait baptiser de son nom au moins une école par académie.

Au premier rang ses spectateurs, François Bayrou, ancien titulaire du poste a reconnu que Jean-Michel Banquer méritait probablement le n°1 mais qu’il était lui-même en 2e position.

Blanquer annonce une cabine téléphonique dans chaque école dès la rentrée 2018

Telephone_booth,_Bois_de_Vincennes,_Paris_23_November_2011.jpgC’est un sujet que Jean-Michel Blanquer  n’avait pas encore évoqué depuis son arrivée rue de Grenelle. Hier, le ministre de l’Education nationale a annoncé l’installation d’une cabine téléphonique dans chaque école dès la rentrée 2018.

« Je tiens à ce que l’école soit reliée au reste du monde » a-t-il expliqué au micro de nos confrères d’Europe 1. Pour le locataire de la rue de Grenelle, ces cabines téléphoniques pourront être utilisées par les enfants pour joindre leurs parents ou même d’autres personnes. Jean-Michel Blanquer se dit prêt à encourager les initiatives pédagogiques utilisant la cabine téléphonique par exemple en géographie, en sciences physiques ou en arts plastiques.

Les travaux devront se dérouler dans le courant de l’été et les enfants découvriront les cabines au mois de Septembre. « Il faudra sans doute un temps d’adaptation » reconnait le ministre qui imagine déjà que les sonneries des téléphones pourront être utilisées pour assurer l’animation de la « rentrée en musique ».

La professeure qui avait utilisé l’écriture inclusive interpelée par la police à la sortie de sa classe

Ecole_-_Salle_de_Classe_2.jpgLe rappel à l’ordre du ministre de l’Éducation nationale puis la consigne du Premier ministre n’ont pas suffi à la raisonner. La professeure qui avait utilisé l’écriture inclusive devant ses élèves a été interpelée par les forces de l’ordre à la sortie de classe.

« Nous avons tenu à faire les choses en douceur » précise le capitaine Laccort qui a dirigé l’opération ». « Nous avons soigneusement attendu que la cloche sonne et que tous les élèves soient sorti.e.s pour procéder à l’interpellation ». Sur place, les policiers ont retrouvé une inscription en écriture inclusive sur le tableau. Les cahiers d’élèves saisis à l’occasion ne laissent aucun doute sur la matérialité des faits.

Pétition signalant son intention de passer à l’acte.

Pour le procureur de la République, l’intervention des forces de l’ordre à la sortie de la classe était indispensable. « Nous sommes manifestement face à une récidiviste » a t-il justifié au cours d’une conférence de presse. Les éléments dont disposent les enquêteurs font état d’une menace « constante et imminente » sur les enfants ce qui a nécessité la réaction des autorités. La prévenue avait d’ailleurs signé une pétition signalant clairement son intention de passer à l’acte.

La professeure a été placée en garde à vue et devrait être présentée au juge dans les plus brefs délais. Elle pourrait rapidement passer de l’inclusive à l’incarcérée.

Dijon : Trois personnes hospitalisées suite à une bagarre à propos de l’écriture inclusive

640px-Actividades_conmemorativas_de_las_Instrucciones_Año_XIII_14.jpg

Ils et elles en sont venus aux poings à cause du point médian. Trois enseignant.e.s d’un collège de Dijon ont dû être hospitalisé.e.s après un violent échange à propos de l’écriture inclusive.

L’affaire aurait débuté à cause d’une simple remarque concernant une interview de Jean-Michel Blanquer. En salle des profs, le débat entre Nicolas, professeur de français et Nathalie enseignante de mathématiques aurait rapidement dégénéré. Plusieurs témoins affirment que les choses se seraient envenimées au moment d’évoquer l’accord de proximité. Par conviction ou solidarité, la quasi-totalité des professeur.e.s présent.s s’est engagée dans la bagarre.

Une dizaine de personnes en garde à vue

Il a fallu l’intervention de la police pour mettre fin aux échauffourées. Une dizaine de personnes ont été placées en garde à vue et trois ont été transférées à l’hôpital le plus proche pour des blessures à priori sans gravité. Tous les protagonistes ont rapidement été remis en liberté après un rappel à la loi et aux règles de grammaire. Nathalie et Nicolas, à l’origine de la bagarre seront convoqué.e.s ultérieurement pour tenter de trouver un accord sur le participe passé.

Langue Française : Blanquer annonce des sanctions pour les profs qui disent « chocolatine »

Pain_au_chocolat_Luc_Viatour.jpg

À n’en pas douter,  Jean-Michel Blanquer est un amoureux de la langue Française. Ce matin, le ministre a annoncé des sanctions envers les professeurs qui utilisent le mot « chocolatine » pour parler d’un pain au chocolat.

« Il y a une seule langue française, une seule viennoiserie, une seule République.» C’est par ce tweet que le ministre de l’Education nationale a tranché le débat qui divise les français depuis des décennies. Vu de la rue de Grenelle, il n’existe pas plusieurs façons de désigner la pâte feuilletée enroulée autour d’une barre de chocolat, il en existe une bonne et une mauvaise. Et la mauvaise doit être sanctionnée.

Situation grave dans le Sud-Ouest

Il est encore trop tôt pour dire quelle sera l’ampleur de la répression mais les spécialistes s’accordent à dire que c’est dans le Sud-Ouest de la France que la situation est la plus grave. Des poches de contaminations auraient également été identifiées dans les académies de Créteil et Versailles mais, dans ces cas, une simple mutation des personnels concernés pourrait suffire à résoudre le problème.

Les consignes écrites vont être transmises aux inspecteurs pédagogiques dans les semaines qui viennent. Le ministère a d’ores et déjà inscrit la lutte contre la chocolatine au rang de ses priorités pour 2018.