« Moi, je n’ai rien fait des vacances ! » par ce collègue énervant qui a déjà préparé toute son année

Ecole_Prof.JPG

« Oh moi, je n’ai rien fait de toutes les vacances ! Les vacances, c’est fait pour se reposer.
Je ne suis pas parti, je n’aime pas la mer, il y a trop de monde. Le soleil c’est mauvais pour la peau et le sable, c’est insupportable.
J’ai juste un peu repris les préparations de l’année dernière pour les améliorer. Et puis du coup, j’ai refais les évaluations. Mais c’est tout,  hein ! J’ai vraiment profité des vacances. J’ai regardé des trucs à la télé et j’ai visité des expos. Ça m’a donné plein d’idées d’activités à faire avec les élèves. D’ailleurs, j’ai préféré les réaliser tout de suite. Ça me fera gagner du temps pendant l’année.
Bref, des super vacances loin du boulot.
Et toi alors, ces vacances ? »
Publicités

L’Education nationale avoue avoir cloné JM Blanquer pour multiplier ses passages dans les médias

BlanquerClonePresse écrite, radio, télévision, en cette veille de rentrée, le Ministre de l’Education nationale est absolument partout ! Très involontairement, l’Education nationale a révélé le secret de cette omniprésence : JM Blanquer dispose de clones pour le permettre de multiplier les passages médias.

Le subterfuge a été découvert grâce à une note transmise par erreur à un journal. Le document indiquait les horaires de passage de JM Blanquer montrant qu’il était présent à la même heure dans plusieurs médias. En marge de la liste, le cabinet du ministre avait précisé « original », « clone 1 », « clone 2 », « clone 3 ». Le ministre disposerait donc d’au moins  trois clones, ce qui expliquerait parfaitement son étonnante capacité à être partout à la fois.

« S’appuyer sur la science »

Sous couvert d’anonymat, un proche du ministre confirme que l’opération était préparée de longue date. « S’appuyer sur la science » c’est ça aussi explique-t-il, voyant dans le clone du ministre la preuve que l’Éducation nationale est capable « d’expérimenter pour atteindre ses objectifs ». Si l’information était confirmée, ce serait en effet la première fois qu’un ministre utilise la technique du clonage pour ses activités politiques.

Du coté des interlocuteurs de (ou des) Jean-Michel Blanquer, la révélation suscite plutôt de l’inquiétude. Chacun pourrait en arriver à se demander si les propos qui ont été tenus l’ont été par le véritable ministre ou par l’un de ses clones.

« 100% de réussite » : Les élèves pourront redoubler le CP jusqu’à leurs 18 ans

Blanquer_CP.jpgJ.M. Blanquer veut se donner les moyens de ses ambitions. Pour atteindre son objectif de « 100% de réussite », le ministre compte autoriser les élèves à redoubler le CP jusqu’à leurs 18 ans.

« Dès juin 2018 » les élève qui n’ont pas atteint les objectifs de la classe de CP seront « autorisés à redoubler » autant de fois que nécessaire a déclaré le ministre dans un interview. « Les études montrent que plus ça rate, plus on a de chance que ça marche » a-t-il martelé en citant en particulier les travaux du Professeur Shadoko. Les classes de redoublants seront prises en charge par des professeurs volontaires et des étudiants recalés d’APB.

Dispositif spécial « CP à 12 ans »

Au-delà d’une demi-douzaine de redoublements, les élèves bénéficieront d’un dispositif spécial intitulé « CP à 12 ans ». Ils y suivront un programme accéléré inspiré du projet « Quand on ne sait pas où on va il faut y aller…. et le plus vite possible ». « Je fais confiance aux équipes pour trouver les solutions les plus adaptées »  a précisé le ministre en indiquant que « Tout avantage a ses inconvénients et réciproquement. »

Quoi qu’il arrive, à 18 ans, les jeunes seront définitivement libérés.  « S’il n’y a pas de solutions, il n’y a pas de problèmes » conclut le ministre.

« La plage à l’école », la nouvelle idée de J.-M. Blanquer pour faciliter la rentrée

plage2Au moment où élèves et professeurs se préparent à reprendre le chemin de l’école, le ministre de l’Education nationale a dévoilé ce matin une proposition particulièrement innovante. Pour faciliter la rentrée, JM Blanquer propose d’installer des plages dans les cours d’école.

« La rentrée est un moment particulier » a-t-il expliqué dans une interview à un quotidien local « Nous devons tout faire pour limiter les ruptures et faciliter les transitions ». Pour le ministre, le maitre mot doit être « progressivité ». « Installer la plage à l’école c’est un peu prolonger les vacances et en même temps se mettre au travail » poursuit-il dans une rhétorique que ne désavouerait pas le Président de la République.

« Prolonger les vacances et en même temps se mettre au travail »

Conscient de l’annonce tardive de la mesure, le ministre ne souhaite pas brusquer les choses. « Nous allons laisser la plus grande autonomie au terrain » insiste-t-il comme pour rassurer les directeurs d’établissements inquiets. Certaines écoles pourront se contenter de planter quelques parasols tandis que d’autres installeront un terrain de beach volley ou même une piscine dans la cour.

Pour le jour de la rentrée, le ministre a prévu de visiter un établissement pilote. Le lycée, installé à quelques encablures d’une authentique plage de sable fin, a préféré construire une petite piste de ski.

Facebook reconnait favoriser les publications des profs qui parlent « boulot » pendant les vacances

Ecole_-_Salle_de_Classe_FacebookSi vous êtes prof et que vous trouvez que vos collègues travaillent beaucoup pendant les vacances, c’est normal ! Dans un communiqué, Facebook reconnait avoir modifié son algorithme pour favoriser les publications des enseignants qui parlent « boulot » pendant les vacances.

L’annonce de ce matin fait suite à des plaintes de professeurs, utilisateurs de Facebook, qui affirment ne pas pouvoir profiter de leurs congés tant ils reçoivent publications professionnelles de leurs collègues.  Aucun hasard derrière cette abondance mais une politique délibéré du réseau social. « Facebook analyse la qualité pédagogique  des contenus » détaille le communiqué «  Notre objectif est d’offrir aux enseignants  les publication les plus pertinentes pour bien préparer leur rentrée. »

Commentaires très partagés

Sur les réseaux sociaux, les commentaires sont très partagés. Pour Nathalie, professeur des écoles, la nouvelle politique de Facebook est « une bonne façon de lutter contre les idées reçues sur les deux mois de vacances des profs ». Une idée que ne partage pas Stéphane, qui enseigne dans le Loir-et-Cher. « Normalement, les vacances, c’est une coupure, là Facebook nous oblige à penser au boulot ! » Certains vont jusqu’à imaginer que l’opération est – en réalité – commandée par le ministère.

D’après le communiqué, l’algorithme est encore en phase de tests. Une nouvelle version devrait être mise à service à la rentrée. Elle aura pour but de favoriser la publication des photos de vacances.

Plus de 200.000 signatures en faveur de la création d’un statut de conjoint d’enseignant

Mariage_10e_arrondissement_de_Paris.jpgEn seulement quelques jours, la pétition lancée par le mari de Delphine a pris une dimension nationale. Plus de 200.000 personnes le soutiennent dans sa demande de création d’un statut de conjoint d’enseignant.

Le texte de l’appel, publié sur la plateforme change.org, décrit le vécu de celles et ceux qui partagent la vie d’un(e) enseignant(e).  « Notre vie est rythmée par l’école », « on croise des parents et des élèves partout », « les enseignants ne décrochent jamais complètement de leur travail »… Autant de contraintes ou du moins de spécificités qui, pour les signataires, justifient la reconnaissance officielle de leur situation. Le large écho rencontré par la pétition démontre que la problématique des conjoints d’enseignant ne peut pas rester ignorée plus longtemps.

Repas qui tournent à la réunion pédagogique

« Il ne s’agit pas d’obtenir des privilèges ni même une compensation » précise Julie, pacsée depuis deux ans avec un professeur de Français « mais vivre avec un enseignant c’est vraiment une expérience particulière ». Parmi les signataires, certains racontent les soirées passées devant la télé pendant que « leur » prof corrige les copies, les repas « entre collègues », qui tournent rapidement à la réunion pédagogique, l’impossibilité de choisir un prénom pour ses enfants parce qu’il y a toujours un dans un classe…

Forts de leur succès, les initiateurs de la pétition comptent lancer une « initiative nationale » à la rentrée. Ils espèrent pouvoir compter sur l’appui d’un célèbre conjoint d’enseignante, le Président Emmanuel Macron.

Erreur de sujet : Les candidats du brevet 2016 devront repasser l’examen cette année

120px-SMATrinitasUlumC’est une bourde d’une ampleur encore jamais connue qui frappe les collèges en cette fin d’année scolaire. En raison d’une erreur technique qui vient seulement d’être constatée, l’ensemble des candidats au brevet 2016 devront repasser l’examen cette année.

La note de service envoyée en urgence à tous les établissements précise les modalités de ce « rattrapage » inédit. Les candidats inscrits sont convoqués à repasser les épreuves écrits du diplôme national du brevet les lundi 3 et mardi 4 juillet. Le calendrier est calqué sur l’an dernier : français, de 9 heures à 12 h 15 puis mathématiques,de 14 h 30 à 16 h 30 le premier jour et histoire-géographie – enseignement moral et civique le lendemain de 9 heures à 11 heures. Le ministère indique que les épreuves porteront sur les programmes en vigueur l’année dernière et que les épreuves seront bien celles auxquelles les élèves ont été préparés.

L’hypothèse d’une organisation fin août définitivement abandonnée.

Exceptionnellement, les convocations vont être envoyées à l’adresse personnelle des candidats. Elle seront accompagnées d’un courrier expliquant de l’annulation des épreuves du brevet 2016. « La plupart des plupart des jeunes concernés sont actuellement lycéens » note en particulier le ministère « il est important qu’ils puissent repasser l’examen avant la prochaine rentrée scolaire« . Les autorités se disent « conscientes » des difficultés qui pourraient survenir mais assurent avoir fait « le choix le plus raisonnable » compte tenu de la situation. L’hypothèse d’une organisation du rattrapage fin août, un temps envisagée semble avoir été définitivement abandonnée.

Cet événement de dernière minute va obliger les collèges à revoir toute leur organisation de fin d’année. Pour les y aider, le ministère a décidé de décaler les épreuves du brevet 2017 au mois de juin 2018.