Dijon : Trois personnes hospitalisées suite à une bagarre à propos de l’écriture inclusive

640px-Actividades_conmemorativas_de_las_Instrucciones_Año_XIII_14.jpg

Ils et elles en sont venus aux poings à cause du point médian. Trois enseignant.e.s d’un collège de Dijon ont dû être hospitalisé.e.s après un violent échange à propos de l’écriture inclusive.

L’affaire aurait débuté à cause d’une simple remarque concernant une interview de Jean-Michel Blanquer. En salle des profs, le débat entre Nicolas, professeur de français et Nathalie enseignante de mathématiques aurait rapidement dégénéré. Plusieurs témoins affirment que les choses se seraient envenimées au moment d’évoquer l’accord de proximité. Par conviction ou solidarité, la quasi-totalité des professeur.e.s présent.s s’est engagée dans la bagarre.

Une dizaine de personnes en garde à vue

Il a fallu l’intervention de la police pour mettre fin aux échauffourées. Une dizaine de personnes ont été placées en garde à vue et trois ont été transférées à l’hôpital le plus proche pour des blessures à priori sans gravité. Tous les protagonistes ont rapidement été remis en liberté après un rappel à la loi et aux règles de grammaire. Nathalie et Nicolas, à l’origine de la bagarre seront convoqué.e.s ultérieurement pour tenter de trouver un accord sur le participe passé.

Publicités