Baccalauréat : le ministère promet « la plus grande sévérité » pour les candidats en sandales-chausettes

sandaleschausettesL’instruction n’est pas encore parue au journal officiel mais les consignes diffusées dans les académies ne laissent aucun doute sur les intentions du ministère. L’Education nationale promet « la plus grande sévérité » pour les candidats qui se présenteraient à l’examen en chaussettes-sandales.

Le danger que représente la mode lancée par le rappeur Alrima est pris très sérieux par les autorités de la rue de Grenelle. En pleine période d’examens, la moindre alerte doit entrainer une réaction immédiate, faute de quoi les conséquences peuvent se révéler catastrophiques. Face à l’ampleur de la vague qui s’est emparée des lycées ces derniers jours, le ministère a donc fait passer des consignes à l’ensemble des examinateurs du baccalauréat.

« Une paire de claquettes-chaussettes, près de trois points de moins »

Pour les épreuves orales, les choses sont simples. Les candidats en sandales seront purement et simplement refoulés et pourront éventuellement repasser l’examen à la session de septembre. Pour les écrits, c’est plus compliqués. « Une paire de claquettes-chaussettes dans une salle peut faire baisser de près de trois points la moyenne des candidats de l’établissement » estime C. Lepié du bureau de surveillance de la mode lycéenne. La plus grande vigilance est recommandée aux surveillants. Les incidents devront être immédiatement signalés au rectorat et les candidats concernés seront traduits en conseil de discipline.

Les mesures de protection resteront en vigueur jusqu’à la fin des rattrapages du baccalauréat. L’Éducation nationale passera ensuite le relai à la sécurité civile qui aura la lourde tâche d’empêcher la prolifération des sandales-chaussettes sur les plages.

 

Publicités