Pratique : 5 sujets « Educ » pour bien pourrir vos repas de fête

RepasNoel.jpgA l’approche des fêtes, les questions cruciales se multiplient. Le menu est prêt, les cadeaux aussi, mais que serait un repas de famille sans une conversation animée ? EdukActus vous propose 5 sujets « Educ » pour bien pourrir vos repas de fête avec – en prime – les phrases à souffler à vos voisins de table pour les aider lancer le débat.

  • Les vacances. « 7 semaines de congés, 2 semaines de travail, c’est un bon rythme ça ! Et puis Juillet et Août, ça fait deux bonnes raisons de bosser dans l’Education nationale !»
  • Les programmes « Aujourd’hui, on apprend plus Louis XIV ni Jeanne d’Arc », « les jeunes ne savent plus rien faire, alors que moi, à leur âge… »
  • Le temps de travail des profs. « 20 par semaines, ça va, ça laisse le temps de faire autre chose à coté », « C’est sympa de finir le boulot tous les jours à 16h30 !»
  • L’utilité de l’école. « Moi je dis, l’école, ça ne sert à rien. Ce qu’il faut, c’est apprendre un métier, ça c’est utile », « T’as jamais eu envie d’avoir un vrai métier toi ? »
  • Les enseignants des enfants. « Cette année, sa maîtresse n’est vraiment pas souriante », « J’ai demandé à son prof de maths, il ne savait même pas que… ».

Bonus track pour les repas de fête entre profs : « Ecole, collège, lycée, université, qui bosse le plus, qui gagne le moins ? ». Nombre d’heures, nombre d’élèves, poids des copies. Avec ce sujet. Vous aurez largement de quoi pourrir tous vos repas entre profs jusqu’à la rentrée !

  • PS : Vous avez des propositions de sujets Educ ou de phrases chocs pourrir un repas de fête ? N’hésitez pas à les indiquer dans les commentaires !
Publicités

Vidéo virale : 50 professeurs font la ola pour le départ en retraite d’un élève de 3e

ola_evenement_publicC’est un geste qu’il n’est pas prêt d’oublier. Après 38 ans de présence dans l’établissement, Kevin, élève de 3e a vu ses 50 professeurs faire la ola pour célébrer son départ. Publiée sur Youtube, la vidéo a déjà été vue plus de 100.000 fois.

Kévin est arrivé en 6e peu de temps après l’ouverture de l’établissement. Depuis, il n’est jamais parvenu à dépasser la classe de 3e. Cette année encore, il espérait obtenir son brevet mais l’heure de la retraite a sonné trop tôt. Une telle longévité, déjà rare chez les enseignants, est un cas unique concernant les élèves. Au cours de sa carrière au collège, Kevin aura vu passer 9 principaux, 12 CPE et plus de 150 enseignants. Il est – de loin – le plus ancien de l’établissement.

Record du plus vieux stagiaire de 3e de France

En plus de son incroyable parcours, Kevin est également détenteur du record du plus vieux stagiaire de 3e de France. A quelques jours près, c’était d’ailleurs l’entreprise qui l’accueillait qui aurait dû organiser son pot de départ à la retraite. Grâce à sa connaissance de l’établissement et une bonne humeur jamais démentie, Kevin était une référence pour les professeurs comme pour les autres élèves. Son départ, célébré comme il se doit, restera une date importante dans l’histoire du collège.

Pour l’instant, Kevin ne sait pas encore comment il va occuper ses journées de néo-retraité. Optimistes, certains de ses enseignants lui ont conseillé de s’inscrire pour suivre les cours du lycée en auditeur libre.

Alep : les Nations Unies décident de « mettre un mot dans le carnet » à Bachar El Assad

Carnet_Bachar.jpgAprès des mois de tergiversations, c’est la première fois que des sanctions sont prises à l’encontre du dictateur syrien. A l’issue de la réunion du Conseil de Sécurité, l’ONU a décidé d’ »écrire un mot dans le carnet » à Bachar El Assad.

Plus de huit heures de négociations à huis clos ont été nécessaires pour parvenir à ce résultat. Sur une ligne dure, les Etats-Unis et la France ont plaidé pour deux ou trois jours d’exclusion de la communauté internationale. De l’autre côté, la Russie fidèle alliée de Bachar El Assad, estimait que « ce sont les rebelles qui ont commencé » et qu’il n’y avait pas lieu de sanctionner le régime. La pression des images en direct d’Alep aura au moins évité que la réunion ne se solde par un nouveau blocage

 « Dernier avertissement avant d’autres sanctions »

L’observation, rédigée par Ban Ki-moon, , se veut ferme et définitive. Elle précise que le mot dans le carnet est le « Dernier avertissement avant d’autres sanctions ». Le coup de tampon rageur apposé à côté de sa signature par le secrétaire général de l’ONU témoigne de l’état de tension qui règne au sein de la communauté internationale.

Les observateurs craignent, qu’à cette date, le mot dans le carnet, n’ai que peu d’effet sur Bachar El Assad. Le dictateur a en effet jusqu’à la rentrée des vacances pour le faire signer par ses parents.

Présidentielle : V. Peillon reconnait avoir été ministre de l’Education nationale pendant près de deux ans

peillon2Pour la candidat à la primaire la gauche, mieux vaut sans doute désamorcer la polémique avant qu’elle ne prenne trop d’ampleur. Devant nos confrères d’une radio privée, Vincent Peillon a reconnu avoir été ministre de l’Education nationale pendant près de deux ans.

Il faut dire que, depuis l’annonce de sa candidature, la rumeur se faisait de plus en plus insistante. De nombreux journalistes et mêmes de hauts responsables du ministère affirmaient avoir vu Vincent Peillon fréquenter assidument la rue de Grenelle dans les deux premières années du quinquennat Hollande.  L’information aurait même été brièvement mentionnée sur le site officiel de l’Éducation nationale.

Ministre pendant  pendant 1 an et 10 mois

« Oui, j’ai été ministre de l’Education nationale » a simplement admis le candidat en précisant qu’une loi et plusieurs décrets portaient effectivement sa signature. D’après une enquête  approfondie, menée sur Wikipédia par notre stagiaire de 3e, Vincent Peillon aurait occupé le poste pendant 1 an et 10 mois de mai 2012 à mars 2014 dans les gouvernements de Jean-Marc Ayrault. Une durée suffisante pour que les faits ne puissent pas rester cachés très longtemps.

Il est encore trop tôt pour savoir si ces révélations auront un impact sur le score de Vincent Peillon à la primaire de la Gauche. Surtout si on découvre que d’autres candidats ont, eux aussi, été ministre de l’Éducation nationale.

Escroquerie : Il tente de rependre deux fois du dessert au repas de Noël de la cantine

buchesNoel.JPGIl a fallu l’intervention in-extremis des forces de l’ordre pour éviter le passage à l’acte. Alain, un habitué un self a été interpellé alors qu’il tentait de rependre du dessert lors du repas de Noël de la cantine.

Les faits ont été découverts grâce à l’attention sans faille des surveillants du restaurant scolaire. L’individu, de sexe masculin, avait effectué un premier passage devant les plats et s’était servi tout à fait normalement. Ce n’est qu’environ une demi-heure plus tard qui a tenté de revenir discrètement dans la file pour s’emparer d’une deuxième part de dessert. D’après les premiers éléments de l’enquête, le malfaiteur visait une part de bûche surmontée d’un champignon en meringue et d’une petite scie en plastique.

L’homme interpellé a été immédiatement conduit en garde à vue pour y être interrogé. Les enquêteurs devront déterminer sur son geste était prémédité ou s’il n’a agi que sous le coup de la tentation. Selon le procureur de la République, la tentative de vol pourrait avoir un lien avec le trafic de clémentines démantelé la semaine dernière.

Pollution : L’agitation des élèves utilisée pour aider à disperser les particules fines

pollutionC’est une décision très exceptionnelle que vient de prendre la préfecture d’Ile-de-France. Dans les écoles, collèges et lycées de la région, la durée des cours va être augmentée de 20% pour toute la durée de l’épisode de forte pollution.

Si les mesures sur la circulation automobiles peinent à convaincre de leur efficacité, les autorités espères que celles concernant l’école seront plus significatives. «  L’activité d’une classe au travail peut largement contribuer à limiter les effets des particules fines » explique L. Brasdelair du bureau spécialisée d’AirParif, l’organisme Francilien de surveillance de la qualité de l’air. Pour les experts, une trentaine d’élèves sont capables de disperser l’équivalent de la production quotidienne d’un véhicule en polluants divers.

« Le problème, ce sont les classes les plus studieuses »

« Dans ces jours-là, les classes les plus agités  sont de véritables atouts » ajoute L Brasdelair enthousiaste en ce qui concerne certains établissements. « S’ils se lèvent ou bougent beaucoup, ils peuvent compenser à eux seuls la circulations de deux ou trois poids lourds. ». D’après la préfecture, l’augmentation de la durée des cours devrait rendre ces classes encore plus compliquées à gérer et démultiplier d’autant leur efficacité dans la lutte contre la pollution. Un véritable espoir pour des milliers de franciliens victimes de difficultés respiratoires.

Si l’opération est un succès, les autorités espèrent que la situation de l’air sera sensiblement améliorée en 24 à 48 heures. Les estimations les plus optimistes se basent sur une agitation totale de l’ensemble des élèves. « Finalement, le problème, ce sont les classes plus studieuses » conclut L. Brasdelair.