Sécurité : Les élèves autorisés à ne pas rendre les devoirs préparés sur Galaxy Note 7

Samsung.pngLa circulaire a été publiée ce matin au bulletin officiel. L’Education nationale demande aux professeurs d’autoriser les élèves à ne pas rendre les devoirs qu’ils auraient préparés sur un Galaxy note 7.

La décision du ministère fait suite à celle de la firme Samsung de suspendre la commercialisation du téléphone haut de gamme. « Les risques évoqués par le fabriquant justifient que les élèves cessent immédiatement de l’utiliser » écrit la direction de la sécurité technologique. « Des adaptions pédagogiques pouvant aller jusqu’à la non-exigibilité du devoir » peuvent être mis en œuvre dans les classes pour éviter aux jeunes d’avoir à utiliser l’appareil.

Baisse de 30% des résultats des élèves

Sorti au moment de la rentrée scolaire, le Galaxy note 7 avait fait l’objet, dès le mois de septembre, de mesures d’interdiction de la part de compagnies aériennes. Conséquence de la crise, le cours l’action Samsung a déjà perdu plus de 30% de sa valeur. Avec sa consigne de suspension des devoirs, l’Education nationale espère qu’elle n’aura pas le même effet sur les résultats des élèves.

La circulaire entre en application immédiatement et sans limite de durée. Dans les cours de récréation, nombreux sont les élèves qui envisagent de faire l’acquisition du fameux téléphone.

Publicités

Primaire LR : Nicolas Sarkozy promet un référendum sur l’accord du participe passé

220px-Nicolas_Sarkozy,_2010.jpgLe sujet n’avait pas encore trouvé sa place dans la campagne présidentielle, voilà qui est fait. En meeting hier à Paris, le candidat Nicolas Sarkozy a promis d’organiser un référendum sur l’accord du participe passé.
« L’accord du participe passé fait partie des blocages qui minent notre pays  » a déclaré l’ancien président de la République au cours de son discours. « C’est une question sur laquelle les français doivent pouvoir s’exprimer » a t-il martelé, sans préciser en quoi consisterait la réforme proposée. Très offensif, Nicolas Sarkozy s’en est ensuite  pris à la différence entre les auxiliaires.  « Dans la République, être et avoir sont à égalité » a insisté le candidat pour justifier sa proposition de consultation populaire.
Recadrage par Xavier Darcos
L’accord du participe passé est considéré par les experts comme l’une des questions les plus difficiles de la grammaire française. L’annonce d’une éventuelle réforme n’a pas manqué de faire réagir. Dans un communiqué aux allures de recadrage, Xavier Darcos, membre de l’académie Française et ancien ministre de l’Education nationale, estime que « La règle est simple : le participe s’accorde quand l’objet auquel il se rapporte est situé avant lui, et reste invariable quand il n’a pas d’objet, ou que cet objet lui fait suite« .
En marge d’une interview, Alain Juppé, principal rival de Nicolas Sarkozy, a estimé qu’il en était de même pour les participes que pour la justice : mieux vaut avoir un passé qu’un avenir.