Médecine : Les facs autorisées à sélectionner les étudiants sur leur mauvaise écriture

MedecineComment sortir de l’imbroglio sur les inscriptions en première année de médecine ? Pour éviter le très problématique « tirage au sort »,  le gouvernement pourrait autoriser les Universités à sélectionner les étudiants grâce à un test d’écriture.

Les premiers éléments rendus publics par le ministère de l’Enseignement supérieur évoquent une épreuve dont le seul objet serait de vérifier la capacité des étudiants à écrire d’une façon absolument illisible. «  C’est une piste que nous étudions très sérieusement » confirme Pat Demouche, coordonnateur du dossier pour l’Ile-de-France. D’après lui, l’écriture « fait partie des fondamentaux de la pratique » ce qui explique le choix de l’utiliser pour sélectionner les futurs médecins.

Les jeunes à l’écriture trop lisible n’ont aucune chance

Pour l’association des étudiants en médecine, ce critère est de loin « le plus pertinent » pour éviter que des jeunes à l’écriture trop lisible ne se fourvoient dans des études où ils n’ont pratiquement aucune chance de succès. Accueil favorable également du côté des enseignants. « Autant recruter nos étudiants sur l’une des compétences essentielles du métier » reconnait un professeur de médecine.

La mesure proposée semble pour l’instant faire l’unanimité. Pour autant, elle va obliger à renforcer sensiblement les formations au déchiffrement dans les études des futurs pharmaciens.

Publicités

4 réflexions sur “Médecine : Les facs autorisées à sélectionner les étudiants sur leur mauvaise écriture

  1. Bon jour,
    Écriture lisible ou pas, l’informatisation des dossiers soins est bien présente. De fait, à tenir pour une valeur sûre, la manière d’écrire pour faire médecine est rétrograde et peu productive. Le XXIème siècle n’est pas dans toute les têtes … du pouvoir.

  2. Je ne sais pas si c’est une bonne idée que d’évaluer l’écriture au concours d’entrée parce que tous mes élèves qui ont fait médecine (2 en 40 ans) avait et ont gardé la belle cursive que je leur avait inculqué à coup d’encriers sur les doigts (méthode pédagogique transcendantale et ancestrale venue de mon arrière-grand-père) jusqu’à leur installation. A ce moment-là (la pose de la plaque en cuivre sur la porte de l’immeuble), et depuis ce moment-là, instantanément leur écriture est devenue médicale.
    La graphie carabine ne s’hérite pas, ne s’apprend pas : ELLE EST !
    Il vaudrait donc mieux sélectionner les étudiants sur un autre critère comme par exemple la capacité à ingurgiter une boisson spiritueuse d’origine écossaise tout en découpant au scalpel une feuille A3 dans son épaisseur, épreuve bien plus en rapport avec la vraie vie qu’ils mèneront ultérieurement.

    • Pan sur le bec : j’ai fait 2 belles fautes d’orthographe sans l’excuse de la mauvaise écriture (à propos, existe-t-il une police médecine pour les traitements de texte ?)
      Lisez s’il vous plait « avaient et ont gardé » et « inculquée »

      • Et bien entendu les fautes autour de la faute : lire « que je leur avais inculquée à coups d’encrier ». Bon, bien, d’accord, j’arrête le café et les petites pilules bleues qui font voir la vie en rose. A t’chao !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s