Etat d’urgence : les profs autorisés à ne plus rendre les copies

1024px-Ch-x_Bild_3Alors que l’État d’urgence vient une nouvelle fois d’être prolongé, le gouvernement ne veut négliger aucun moyen dans la lutte contre le terrorisme. Désormais, les professeurs seront autorisés à ne plus rendre les copies pour qu’elles puissent être analysées.

Une cellule spéciale va être installée dans les locaux du ministère de la Défense. Une équipe composée de psycho-graphologues et d’experts de l’anti-djihadisme sera chargée d’étudier les copies envoyées par les enseignants de toute la France. Dans un premier temps, les copies seront classées par âge en fonction du niveau de risque. Celles des étudiants et lycéens seront traitées en priorité puis celle des collégiens et des écoliers pour terminer par les productions de maternelle.

« l’encre à paillettes prémices d’une radicalisation »

« Nous ne devons rien laisser au hasard » insiste A. Nalise qui sera chargée de diriger la mission « l’’utilisation d’une encre à paillettes, des cœurs sur des « i », des ratures trop fréquentes ou un usage immodéré du correcteur peuvent permettre de déceler les prémices d’une radicalisation ». Attention, pour que les spécialistes puissent travailler, les copies ne devront comporter aucune correction ni même annotation de la part des professeurs.

Au terme du travail de la cellule, si rien n’est repéré, les copies seront renvoyées aux enseignants. Qui n’auront plus qu’à les corriger.

Victime d’une overdose de vœux de « bonne année », il obtient un an d’arrêt maladie

voeux.jpgCeux qui lui ont souhaité « bonne santé » ne lui ont pas porté chance. Ce matin, M. Martin, professeur des écoles, a été hospitalisé après une overdose de vœux de bonne année. Son médecin lui a prescrit une année complète d’arrêt maladie.

« Il y a trois moments critiques » explique le Docteur Bonveux bonanologue à l’hôpital Cochin « le jour du réveillon, la rentrée et le mi-janvier ». Pour M. Martin, c’est cette dernière période qui a été de trop. « Les deux premiers temps constituent des chocs avec une concentration importante de vœux en quelques instants ou en quelques heures » poursuit le praticien « généralement les gens arrivent à faire face parce qu’ils s’y attendent ». Le troisième, en revanche, est plus diffus avec seulement quelques vœux par jour. Du coup, les overdoses sont beaucoup plus difficiles à anticiper.

Overdose provoquée par une carte de vœux papier

Pour le généraliste qui a prescrit l’arrêt de travail, la pente sera longue à remonter. « Il faut absolument que M. Martin se repose. L’important maintenant c’est d’éviter la rechute ». S’il ne reprend le travail qu’à la mi-janvier 2017, l’enseignant devrait avoir le temps de se refaire une santé et surtout d’échapper à la période des vœux pour l’année prochaine. Des analyses sont en cours pour déterminer ce qui a effectivement provoqué l’overdose. Plusieurs hypothèses sont avancées. Il pourrait s’agir d’une simple carte de vœux papier ou même d’un message électronique.

Ce soir, M. Martin est toujours en observation. Dans son école, ses élèves et les collègues se sont réunis dans l’après-midi pour lui écrire une carte et lui souhaiter un bon rétablissement.

 

Ile-de-France : V. Pecresse confirme son plan « LSD » pour les lycéens

LSDInterrogée ce matin sur France Info, Valérie Pécresse a confirmé ses intentions en matière de drogues. La Présidente de la région Ile-de-France va très prochainement lancer un grand plan« LSD » à destination des lycéens.

Le diéthylamide de l’acide lysergique (LSD, de l’allemand Lysergsäurediethylamid) est un psychotrope hallucinogène dérivé de composés issus de l’ergot du seigle. Il a été synthétisé pour la première fois en 1938 par les chimistes suisses Arthur Stoll et Albert Hofmann. Il agit sur les connexions entre les neurones  qui régulent l’information dans le système nerveux.

LSD utilisé dans un but pédagogique.

Pour L. Afumé, spécialiste du sujet, les effets LSD pourraient tout à fait être utilisés dans un but pédagogique. « Cette substance provoque une sensibilité accrue aux couleurs, toucher et sons » un atout essentiel pour mieux suivre les cours des professeurs.  « Elle entraine également une sensation d’euphorie très positive pour  le bien être des élèves » ajoute-t-elle en insistant sur l’intérêt du LSD pour le climat scolaire.

Le plan de Valérie Pécresse devrait s’appliquer «progressivement» sur la base du volontariat des établissements scolaires, après validation de leur conseil d’administration. Les 470 lycées franciliens vont donc devoir se positionner. Des débats qui pourraient vite tourner au bad trip !

Techno : Un lycéen invente une appli pour faire croire qu’il est en cours quand il sèche

smartphoneA seulement 16 ans, Kevin va peut-être réaliser le rêve de générations de cancres. Le jeune homme vient de créer une application permettant de faire croire qu’un élève est en classe alors qu’il sèche.

D’un fonctionnement très simple, l’application demande tout de même l’aide d’un complice. Elle est prévue pour enregistrer automatiquement la voix de l’élève qui souhaite sécher. Il ne reste ensuite qu’à la déclencher au moment où le professeur fait l’appel pour que l’enseignant entende un « présent ! » tout à fait authentique et très convaincant. À partir de là, l’utilisateur n’a plus qu’à profiter de la durée du cours pour vaquer à ses activités en toute tranquillité.

«  les lycéens ont autre chose à faire que d’aller en cours »

Pour son créateur l’application dispose d’un énorme marché potentiel. « Il y a de très nombreux lycéens qui ont autre chose à faire que d’aller en cours » assure Kevin en s’appuyant sur sa riche expérience en la matière. « Les jeunes passent des dizaines d’heures par semaine à l’école, mon application peut les en libérer ! » s’enthousiasme le jeune homme qui annonce être à la recherche de partenaires pour la commercialiser.

Sûr de son succès, Kevin a déjà prévu d’arrêter d’aller au lycée dès qu’il aura fait fortune grâce à son invention.