laïcité : des experts s’interrogent sur l’enseignement du produit en croix

croixFaudra-t-il bientôt revoir les programmes de mathématiques au nom de la laïcité ? Un comité d’experts pose ouvertement la question en pointant du doigt la méthode du « produit en croix ».

Le rapport, rendu public cette semaine, analyse en détail l’utilisation du produit en croix à l’école publique. « On le trouve dès les classes primaires » détaille M. Leclerc « il est massivement présent au collège ». Pour le comité, cette expression est une entorse à la laïcité. « La référence chrétienne est évidente » affirment les experts. Le rapport conclut à un risque de tensions communautaires et de refus du calcul par certains élèves.

Les experts proposent de remplacer le produit en croix par des méthodes de calcul plus respectueuses de la laïcité. « Le tableau de proportionnalité, par exemple ne pose aucun problème. » explique M. Leclerc. La traditionnelle règle de trois, peut tout aussi bien faire l’affaire. Très attachés à la liberté de calcul, les experts du comité admettent que l’utilisation du produit en croix reste possible mais à condition qu’il soit « discret ».

Le comité devrait faire valoir ses analyses auprès du Conseil Supérieur des Programmes au cours de la consultation sur les nouveaux programmes de l’école et du collège. Le prochain thème de travail est déjà déterminé. Dans certains établissements, pour le petit déjeuner, les élèves se verraient proposer des croissants.

Toxicomanie : l’usage des feuilles de papier en forte hausse chez les ados

Paper_450x450Tous les indicateurs sont au rouge. Après plusieurs mois de relative accalmie, la consommation de feuilles de papier chez les adolescents est repartie nettement à la hausse.

Une enquête menée par l’office central de bureautique (OCB) montre une augmentation particulièrement inquiétante entre le mois de janvier et le mois d’avril. « Cette période correspond aux 2e et 3e trimestre de l’année scolaire » analyse G. Lejoint responsable de la surveillance des consommations scolaires « les adolescents peuvent utiliser ces feuilles pour noter leurs cours ou encore rendre leurs devoirs ». D’après les statistiques, le phénomène est massif. Plus de 90% des lycéens admettent avoir déjà consommé des feuilles de papier. Près d’un jeune sur deux reconnait y avoir recours quotidiennement.

« il y a toujours un pic au moment des examens »

D’après M. Lejoint, le pire est peut-être devant nous « il y a toujours un pic au moment des examens. Dans ces périodes, les jeunes peuvent consommer jusqu’à une dizaine de feuilles en quelques heures ». La note de l’OCB signale qu’une proportion significative de lycéens mais également de collégiens est aujourd’hui en situation de dépendance. « Ils ne voient pas comment ils pourraient se passer de leurs feuilles » précise M. Lejoint « et cela peut commencer dès le plus jeune âge ». La banalisation de l’usage des feuilles est maintenant presque totale.

Une mission conjointe des ministères de l’Education nationale, de la Santé, de l’Intérieur et de la Justice va très prochainement se pencher sur le problème. Elle devra proposer des solutions pour limiter la consommation de feuilles de papier cher les jeunes. Parmi les pistes envisagées : une plus grande utilisation des outils numériques.

Théologie : le Vatican confirme que les profs de physique ont une âme

 266px-Stylised_Lithium_Atom.svgC’était l’une des questions théologiques les plus discutées de ce début de XXIe siècle. Dans une communication officielle, le Vatican apporte une réponse claire : Oui, les professeurs de physique ont une âme.

« On avait tranché depuis longtemps pour les femmes et les indiens, mais pour les profs de physique, il restait un doute » explique le Cardinal Atraine de la congrégation pour le sauvetage des âmes. La position, très argumentée, de la commission pontificale ad hoc vient donc mettre un terme au débat.

En réalité, de proches parents des zombies

Le rapport remis au Saint Père s’ouvre sur une présentation des deux thèses en présence. La première assimile les enseignants de physique à des êtres humains comme les autres et donc dotés d’une âme. La deuxième considère qu’ils constituent plutôt une émanation du diable et qu’ils sont en réalité de proches parents des zombies. La dernière partie pèse les arguments.

« Nous avons reçu de très nombreuses contributions dans un sens comme dans l’autre » précise Monseigneur Atraine. « Sans nier l’intérêt de la théorie des « presqu’humains », la commission tranche clairement en faveur de l’existence d’une âme pour les professeurs de physique. » La confirmation finale revient au Pape François qui devrait la rendre publique d’ici la fin de l’année. Le souverain pontife devra aussi préciser si l’existence de l’âme sera reconnue rétrospectivement aux professeurs qui en étaient jusque-là dépourvus.

Spoiler : Quatre sujets de la saison 2015 du bac fuitent sur internet

La sortie nationale du sujet de philo était prévue le 17 juin prochain. Finalement la confidentialité n’aura pas tenu jusque-là. Quatre sujets du baccalauréat 2015 sont d’ores et déjà disponibles sur internet.

La publication a été signalée mardi soir sur un forum très fréquenté par les lycéens. Au début, les jeunes ont cru à l’une des traditionnelles avant premières de Pondichéry, du Liban ou d’Amérique du Nord. Pourtant d’après les experts il s’agit bien des sujets du bac 2015. Aussitôt alertés, les futurs candidats se sont rués sur les documents. « Les sujets qui ont fuité, ont été téléchargés plus de 100 000 fois en juste trois heures » indique un site spécialisé.

Dans les lycées, les réactions aux fuites sont plutôt mitigées. « Je n’en pouvais plus d’attendre ! » se justifie Melissa en terminale ES, « J’ai lu les quatre sujets de suite, d’une seule traite ». La jeune fille, qui connait par cœur les deux dernières saisons du baccalauréat, reconnait qu’elle devra quand même attendre la diffusion officielle pour connaitre les sujets qui lui manquent. A l’inverse Josephine, en terminale S, est littéralement scandalisée. « C’est de la triche de faire ça ! Ça casse complètement l’esprit de l’examen ! ». La lycéenne est fermement décidée à ne pas visionner les sujets avant la date. Elle a même prévenu sur Facebook qu’elle éliminerait ses « amis » s’ils « spoilaient» le baccalauréat.

Joint par téléphone un responsable des examens minimise le problème. « On sait que les risques existent. On ne peut pas les empêcher ». Sous couvert d’anonymat, il ajoute que l’essentiel est sauf. « On est tranquilles, ils ne risquent pas de spoiler les résultats ! ».