Territoires : l’académie d’Amiens pourrait être rayée de la carte

Picardie_carte A l’heure de la réforme territoriale, l’Education nationale prépare elle aussi son big bang. Première hypothèse des cogitations de la rue de Grenelle, l’académie d’Amiens pourrait être purement et simplement rayée de la carte.

Créée en 1964, l’académie Picarde fait figure de mal aimée. « Au sud de la Seine, moins de 30% des gens sont capables de la situer » explique F. Hassé de la mission d’exploration académies. « C’est encore pire quand on interroge sur les départements ou les villes ». Même l’image des champs de betteraves ne fait pas recette.

un nouvel espace dédié aux sports d’hiver

Picardie_Betterave Peu connue, écartelée entre ses voisines, l’académie d’Amiens n’a que peu d’arguments pour elle. A l’analyse les experts ne voient pratiquement que des inconvénients à son l’existence. Le pré-rapport de la mission n’hésite pas à enfoncer le clou. « Elle coûte cher mais elle ne rapporte pas grand chose » insistent les rédacteurs. « Personne ne veux y aller, les résultats au bac ne sont pas terribles et beaucoup de jeunes quittent la région pour aller faire leurs études à Paris ou à Lille. » La conclusion est sans appel : l’Education nationale n’aurait rien à perdre à se séparer des trois départements concernés.

Reste la question du devenir de ce territoire voué à disparaitre. « Le plus simple serait de le répartir en petits morceaux à d’autres académies » avance un membre de la mission « Il est probable que personne ne s’en rendrait compte ». L’hypothèse d’une élimination pure et simple serait également à l’étude. Mais ce choix aurait l’inconvénient de générer des déchets difficilement recyclables.

Plus ambitieux les professionnels du tourisme seraient intéressés par une reconversion radicale. Pour eux, l’académie d’Amiens pourrait laisser la place à un nouvel espace dédié aux sports d’hiver. « Ça éviterait aux parisiens de devoir traverser la France pour aller dans les Pyrénées et dans les Alpes » argumente un responsable du projet « Il y a déjà le TGV et l’autoroute, ce sont des atouts non-négligeables ». De fait, il ne manque que les montagnes. Un problème qui pourrait rapidement trouver sa solution. Un grand groupe de BTP serait déjà sur les rangs.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s