Glaçant : un élève reste collé à la vitre après avoir regardé la neige tomber

neigequitombeOn se lève tous pour la neige ! Ce matin, à l’apparition des premiers flocons, la classe de 5e A du collège Frimat n’a pas dérogé à la règle. Mais pour Mathieu, le plaisir s’est vite transformé en supplice. Récit.

Le drame se noue en quelques minutes. Passé les instants d’extase, les adolescents doivent abandonner le spectacle pour retourner à leurs places et reprendre le cours. C’est à ce moment que M. Granfroit, le professeur de Technologie réalise que Mathieu n’a pas regagné sa chaise. Le garçon reste collé à la vitre et n’arrive pas à s’en libérer. Le visage bloqué, il ne parvient même pas à parler. Sans perdre de temps, l’enseignant envoie un élève chercher l’infirmière de l’établissement et termine le travail prévu avec le reste de la classe.

Il voit inexorablement ses camarades rejoindre le cours suivant

A la fin de l’heure, Mathieu n’a pas bougé. Il voit inexorablement ses camarades rejoindre le cours suivant sans pouvoir les suivre tandis qu’une autre classe arrive dans la salle de M. Granfroit. La scène se répète à chaque heure, tandis que l’infirmière, le CPE et le chef d’établissement passent régulièrement pour s’assurer que tout va bien.

Vers 17h, la direction du collège décide enfin de solliciter une intervention des pompiers qui arrivent rapidement sur les lieux. Les secours doivent mettent en œuvre des moyens exceptionnels pour délivrer l’adolescent.

Pendant la journée, en salle des professeurs, les hypothèses allaient bon train pour expliquer l’étrange phénomène. Les physiciens évoquent un cas rarissime d’attraction très puissante entre la vitre et le visage de Mathieu. Les biologistes évoquent une forme de symbiose entre l’élève et la fenêtre. Pour d’autres, le malheur du garçon s’explique simplement par son intérêt plus que prononcé pour tout ce qui passe à l’extérieur.

Publicités

Grèce : Le nouveau ministre de l’éducation augmente les moyennes des élèves de 5%

200px-Prefectures_of_Greece_betterBonne surprise pour les écoliers grecs après la nomination du nouveau ministre de l’Education. Face aux difficultés du pays, Aristides Baltas vient de décréter une revalorisation de 5% des moyennes de tous les élèves.

La mesure ne figurait pas dans le programme électoral de Syriza mais elle répond à la grave crise que connait le système éducatif grec. « Avec l’austérité, nos élèves ont connu une baisse dramatique de leurs résultats » explique le nouveau Ministre de la Culture, de l’Éducation et de la Religion. La décision est présentée comme une mesure « d’urgence et de justice ». Elle devrait concerner l’ensemble des élèves et étudiants de Grèce jusqu’au doctorat.

« Des élèves ont été privés de la moyenne par la troïka »

« De nombreux élèves ont été privés de la moyenne par la politique de la troïka » poursuit le ministre « Il fallait réparer cette injustice le plus vite possible ». Après cette réévaluation, tous les jeunes qui avaient entre 9,5 et 10 auront de nouveau une moyenne supérieure à la barre fatidique. Un coup de pouce qui pourrait relancer une activité scolaire dramatiquement léthargique.

On s’en doute, le décret grec ne manquera pas de susciter quelques jalousies. En France, collectif baptisé « nous sommes tous grecs » demande déjà à Najat-Vallaud Belkacem d’appliquer la même mesure.

Psychose : Quelqu’un aurait été vu en train de faire quelque chose devant l’école

Ecole-Saint-Aubin_Routot_(France)_schoolClimat de terreur à l’école de Sainte-Frousse. Un individu aurait été remarqué en train de faire quelque chose juste devant le portail.

L’alerte a été donnée aujourd’hui vers 13h. Selon les premiers éléments, une personne de sexe indéterminé aurait été aperçue sans qu’il soit possible de déterminer l’objet de ses agissements. Sur cette base, la mairie a immédiatement demandé à la directrice de l’école de vérifier la fermeture de la grille et de doubler la surveillance de la cour de récréation.

« des faits pourraient justifier un signalement auprès du procureur. »

Plusieurs témoins présents sur les lieux affirment n’avoir rien vu. « Je suis arrivée plus tard » déclare la mère du petit Mathéo 8 ans. « Personnellement j’étais déjà au travail » ajoute Mme Jéflipé, l’ATSEM de la classe des moyens. Pour le capitaine de gendarmerie Pétoche l’affaire est à prendre aux sérieux. « Nous n’avons aucune information pour le moment, mais si des faits sont avérés ils pourraient justifier un signalement auprès du procureur. »

Sitôt connue, la nouvelle provoque un début de psychose chez les parents de l’école. Mme. Latrouille qui a 3 enfants de 4, 8 et 10 ans en appelle aux autorités pour « protéger nos petits ». Interrogé à l’heure du gouter M. Chocotes, grand père d’un élève de CE1 s’indigne qu’on puisse laisser faire ça à coté d’une école.

La police municipale pourrait être sollicitée pour effectuer des rondes. Mais en l’absence de la moindre indication, il est peu probable que le mystère soit éclairci un jour.

« Autorité des maitres » : désormais, un chaton égorgé à chaque manquement au règlement

JAbrichatonsusqu’où iront les mesures « exceptionnelles » pour faire suite aux attentats parisiens ? Un avant-projet de circulaire destinée aux écoles et aux établissements préconise d’égorger un chaton après chaque manquement au règlement. Explications.

La disposition est annoncée à mots couverts dans les 11 mesures présentées jeudi par Najat Vallaud-Belkacem. L’axe 2 concernant « l’autorité des maitres » le prévoit explicitement, « aucun incident ne sera laissé sans suite.». A chaque écart, son chaton. Clairement, la sévérité est de mise. Le document qu’EdukActus s’est procuré prévoit une expérimentation dans 5 académies pour une généralisation à la rentrée 2016.

« égorger un chaton est avant tout un acte pédagogique »

« Oui, c’est une mesure forte » concède Georges Tranché, référent au rectorat de Créteil « mais égorger un chaton est avant tout un acte pédagogique ». Chaque cas devra donner lieu à des explications circonstanciées auprès des élèves et des familles Des ressources réalisées par l’école vétérinaire de Maison-Alfort seront très prochainement mises en ligne. Dans le même temps, les programmes d’Education civique vont intégrer un volet consacré aux chatons et diverses aux manières de les égorger sans souffrances.

la SPA prête à accueillir les élèves

La Société Protectrice des Animaux a déjà pris position contre la mesure. L’association juge « inadmissible » que des élèves soient ainsi pris pour cible d’une circulaire ministérielle. Elle se déclare prête à accueillir dans ses refuges tous les élèves qui voudraient échapper à l’Education nationale. Du coté des parents, c’est plutôt l’inquiétude qui domine. « Qui va égorger les chatons ? » s’interroge la représentante d’une fédération « Comment s’assurer qu’elle aura les compétences ? Que fera t-on s’il y a des taches de sang sur les vêtements ? ». Autant de quelques auxquelles le ministère devra certainement répondre avant d’appliquer son projet.

Aux armes : Les profs bientôt formés à connaitre tous les couplets de la Marseillaise

Rouget_de_Lisle_chantant_la_Marseillaise Pas de doutes, la « mobilisation de l’école pour les valeurs de la République » est un plan d’ampleur. Parmi les 11 mesures annoncées la plus spectaculaire est sans conteste le plan de formation continue. Najat Vallaud-Belkacem ambitionne de faire apprendre la Marseillaise en entier à l’ensemble des enseignants.

Pour l’entourage de la ministre, cette démarche se justifie par des constats inquiétants réalisés après l’attentat contre Charlie Hebdo. « Les gens connaissent le refrain, au mieux le premier couplet » explique Vincent Impur en charge du dossier « mais pour le reste, il y a une véritable carence ». Alors que le ministère érige les symboles républicains en vecteurs de « l’autorité des maîtres », il était impossible d’en rester là.

Ils seront chargés d’enseigner les 15 couplets de la Marseillaise

NVB MicroDès la rentrée prochaine, un milliers de formateurs des premier et second degrés seront mobilisés. Ils seront chargés d’enseigner les 15 couplets de la Marseillaise à des équipes académiques qui elles-mêmes les répercuteront sur le terrain. Les Inspections Générales de Lettres et d’Histoire-Géographie seront sollicités pour fournir des livrets explicatifs du vocabulaire et du contexte de l’hymne national. Les « cohortes étrangères », « phalanges mercenaires », « projets parricides » et autres « guerriers magnanimes » n’auront plus aucuns secrets pour les enseignants français.

Selon un plan non encore finalisé, en combinant formation initiale et continue, la totalité des professeurs pourrait connaitre la Marseillaise en entier peu après la rentrée 2019. Restera alors à la faire apprendre aux élèves.

Terrorisme : les services secrets pourront accéder aux bulletins de notes des élèves

220px-Keighley_CollegeLe premier ministre avait annoncé des « mesures exceptionnelles ». C’en est une. A partir de la rentrée prochaine, les services secrets pourront accéder directement aux bulletins de notes de tous les élèves.

Plutôt que de créer un énième fichier de police, le gouvernement a préféré s’appuyer sur des données existantes et même abondantes. « Il y a pratiquement un bulletin de notes par élève » explique le Capitaine Sétout de la brigade de surveillance « C’est une mine de renseignements que nous allons pouvoir exploiter ». Pour l’officier, dans la lutte contre le terrorisme, rien n’est à négliger.

Les policiers espèrent repérer des signes de dérive

En scrutant les bulletins de note, les policiers espèrent repérer des signes de dérive et de radicalisation. « Une hausse brutale des notes dans certaines matières peut être un indice » précision le Capitaine Sétout. Par recoupement, les services pourront également savoir qui a fréquenté le même établissement ou la même classe qu’un suspect. Des éléments qui peuvent s’avérer déterminant dans une enquête. « Nous allons également pouvoir surveiller les enseignants » ajoute le policier. D’après lui, ceux qui ne remplissent pas régulièrement les bulletins feront l’objet d’investigations plus poussées.

La mise en place des mesures est prévue pour la rentrée prochaine Avec les logiciels modernes, les élèves ne pouvaient plus cacher leurs notes à leurs parents. Ils ne pourront même plus les cacher à la police !

No Go : Un journaliste dénonce des « Zones Interdites » au sein des établissements scolaires

stop-BilingualstopsignA peine Fox News s’est-elle excusée d’avoir évoqué l’existence de « zones interdites » au non-musulmans que la polémique rebondit. Après une enquête minutieuse, un journaliste français dénonce des « no go zones » au sein même des établissements scolaires.

La révélation choc fait suite à un long travail d’observation. Y Lavu et son équipe ont « planqué » dans plus d’une trentaine d’établissements aussi bien en région parisienne qu’en province. « Nous avons la preuve formelle que certaines zones sont interdites d’accès »  affirme le journaliste.« Nous avons pu filmer des jeunes se faire refouler à l’entrée ». A l’appuie de la sa thèse, il produit des photos de panneaux signalant que des lieux sont « interdits aux élèves » ou « réservés aux professeurs ». Une réalité que beaucoup préfèrent nier.

Les adolescents ont tous intégré la règle de la « no go zone ».

Comment une telle situation a t-elle pu s’installer sans que personne ne réagisse ? « La plupart du temps, les jeunes se tiennent soigneusement à l’écart. » poursuit Y Lavu « Une barrière invisible les empêche d’entrer ». Dans le reportage on peut voir des scènes ou des dizaines d’élèves se bousculent sur le seuil des « zones interdites » sans jamais y mettre les pieds. Les adolescents ont tous intégré la règle de la « no go zone ». Nul ne sait ce qui pourrait arriver à celui qui la transgresserait.

Dans le contexte actuel, ces précautions interrogent. Que se passent t-il dans ces locaux strictement réservés à quelques initiés ? Les établissements scolaires sont-ils les lieux de pratiques inavouables ? La rumeur n’a pas fini d’alimenter le climat de psychose.