Un supermarché s’excuse de ne pas avoir encore installé le rayon « rentrée scolaire »

Supermarket_beer_and_wine_aisleAu cœur de l’été, c’est une affichette qui fait sensation. Un supermarché proche de Bordeaux s’excuse auprès de ses clients pour n’avoir pas encore installé le rayon « rentrée scolaire »

«Nous avions prévus de commencer la rentrée autour du 15 juillet comme la plupart de nos concurrents » déclare le directeur du magasin « mais nous avons été piégé par la météo ». Les pluies abondantes du début du mois ont semble-t-il perturbé l’organisation du calendrier. Il aura fallu près de deux semaines aux responsables du rayon pour s’en rendre compte et tirer la sonnette d’alarme.

« Nous pourrions poursuivre la rentrée au-delà du 1er septembre »

Pour rattraper la « bourde », le supermarché envisage maintenant de décaler toute sa saison. « Nous tenons absolument à ne pas pénaliser nos clients. » précise le directeur « Nous pourrions poursuivre la rentrée au-delà du 1er septembre, peut-être même jusqu’au 15 ». Une solution de repli qui risquerait quand même de percuter le début de la période de Noël.

En découvrant les excuses de leur supermarché, les clients oscillent entre colère et indifférence. « C’est de l’incompétence ! » s’exclame une mère de famille scandalisée « Sans ça, j’aurais pu faire mes courses de rentrée depuis plus d’une semaine ». « De toute façon j’avais déjà fait mes achats ailleurs » commente un père d’élève avant de se pencher sur les grillades. Erwan qui va rentrer en 4 y voit plutôt une bonne nouvelle « Ça nous a évité de trop penser à l’école alors que c’est les vacances ». On le comprend, les élèves et leurs parents ont encore un mois devant eux pour acheter leurs fournitures de rentrée.

Publicités

Météo : Si la pluie continue, la rentrée scolaire pourrait être avancée au 21 juillet

La météo déplorable de ce mois de juillet n’en finit pas de désespérer vacanciers et professionnels du tourisme. Si la pluie continue le ministère de l’éducation nationale pourrait décider d’avancer la rentrée scolaire au 21 juillet.

« Ce serait une mesure de logique » analyse C. Insaltant du bureau du calendrier « On ne ferait qu’appliquer la règle des vacances de Toussaint ». Le ministère de l’Education nationale considère que pour un temps pluvieux, une durée de deux semaines de vacances est suffisante. Un avis largement partagé chez les professionnels du tourisme. « Des congés comme ça, ça ne sert à rien » déclare le président de l’Union des Hôteliers « Nous plaidons pour des vacances mobiles en fonction de la météo ». Sans aller jusque là, le ministère pourrait décider d’avancer les semaines de classe à cet été et de reporter les congés à une date ultérieure.

L’Education nationale travaille en partenariat avec Météo France

« Nous devons faire très vite » explique M. Insaltant « Si nous décidons de décaler la rentrée, il faut prendre la décision dans la semaine ». L’Education nationale travaille en partenariat avec Météo France pour trouver les dates les plus adaptées. La rentrée serait avancée au lundi 21 Juillet. Les vacances reprendraient le jeudi 14 août pour un mois.

Selon les projections, la nouvelle rentrée devrait correspondre au retour de la grisaille. Des conditions idéales pour se remettre au travail.

Humiliation : Les footballeurs brésiliens embauchés pour consoler les élèves malheureux

Bresil-André_Santos,_Neymar_and_Ramires_celebrate_Neymars_goalUne nouvelle fonction pourrait voir le jour dès la rentrée dans les écoles française. L’équipe de football du Brésil va être embauchée avec comme mission de consoler les élèves malheureux.

La défaite des Auriverdes 7-1 contre l’Allemagne en demi-finale de la coupe du monde en fait des recrues de choix pour l’Éducation nationale. « Ce score est une formidable opportunité » se réjouit M. Mempamal de la Direction des ressources humaines « nous avons là des gens qui ont une extraordinaire expérience de l’humiliation ». Le ministère y voit une occasion de remédier au mal-être des élèves français.

« tu sais, nous on a pris 7-1 en demi-finale »

En cas de mauvaise note, de punition, de coup de blues, les footballeurs brésiliens seront chargés de venir remonter le moral des enfants. Ils auront pour eux un argument imparable : « tu sais, nous on a pris 7-1 en demi-finale ». Mieux encore, le but marqué par les Sud-Américains à la 90e minute fera figure de lueur d’espoir pour ceux qui sont au fond du trou. De quoi améliorer sensiblement la confiance en eux des élèves. Le ministère espère que le travail sur cet aspect, qui constitue le principal point faible des jeunes français, permettra de faire remonter le pays dans le classement PISA.

Dans un premier temps, le dispositif va être expérimenté dans une centaine d’établissements. A terme, il devrait être généralisé à toute la France. Il pourrait même être étendu aux enseignants déçus par leur affectation.

 

Dernière minute : d’après nos informations, Benoit Hamon pourrait finalement renoncer au licenciement des profs d’allemand décidé après l’élimination de la France

Oral du bac : Nicolas dénonce un « acharnement » des examinateurs

Capitolhill10thQuelques heures après son échec au rattrapage du baccalauréat, Nicolas tient à s’expliquer publiquement. Il dénonce un acharnement des examinateurs lors du rattrapage. Interview

Vous avez raté votre bac. Qu’en pensez-vous ?

C’est très simple : je suis profondément choqué de ce qui s’est passé. Je ne demande aucun privilège.  Mais enfin, j’en appelle à la conscience de chacun, de chacun de nos compatriotes : est-il normal que je sois interrogé sur des choses que je ne connais absolument pas, dont je n’ai même jamais entendu parler ?

Vous êtes allé « au rattrapage », mais ça n’a pas suffi…

Devais-je absolument avoir rendez-vous avec les deux dames [les examinatrices, NLDR] qui m’ont donné rendez-vous à 8 heures du matin ? Je ne demande aucun droit particulier. Je ne veux aucun avantage, mais je vous rappelle que j’ai été interrogé dans le cadre des épreuves écrites pendant une semaine entière. Savez-vous que j’ai accepté, et enduré encore ce matin près de quarante minutes d’interrogatoire ? Qui en parle ? Je ne suis pas un candidat au-dessus des lois, mais je ne suis pas décidé à accepter être en-dessous de la loi.

Et serez-vous de nouveau candidat au bac l’année prochaine ?

J’ai longuement réfléchi à ces questions. La question de savoir si on renonce ne se pose pour moi. Pourquoi ? Parce que vis-à-vis de son lycée, on a des devoirs, on n’a pas des droits. Je regarde avec consternation la situation. Je connais l’inquiétude de mes professeurs et leurs souffrances. J’aurai à décider, après un temps de réflexion, à la fin du mois d’août, au début du mois de septembre, de ce que je devrai faire.

Une enseignante termine ses préparations de la semaine et réalise qu’elle est en vacances

Julie est plutôt satisfaite d’elle ce dimanche vers 14h quand elle boucle la préparation de sa semaine de classe. Ce n’est qu’en vérifiant son agenda qu’elle réalise que les grandes vacances ont commencé.

« C’est dommage » se désole l’enseignante de CM2 « J’avais tout bien calé, tout était parfaitement prêt ». De l’orthographe des mathématiques, de l’EPS, un peu d’Anglais, une superbe expérience de Sciences…ça devait être la semaine idéale.

Julie a du mal à comprendre comment elle a pu manquer la date de la sortie. « J’ai bien trouvé qu’il y avait des choses étranges la semaine dernière » admet la jeune femme « de très nombreux enfants sont venus me dire au revoir. Mais comme c’était le soir ou vendredi je pensais qu’on allait se retrouver ». Pour elle, le choc est d’autant plus rude que ses élèves vont maintenant passer au collège.

« je ne vois qu’un seul traitement : de vraies bonnes vacances »

Le médecin de la direction académique voit dans le geste de l’enseignante un symptôme de « surinvestissement professionnel ». « Certains professeurs sont tellement engagés dans leur métier qu’ils n’arrivent pas à s’arrêter » explique le Docteur Laret. « Pour ce problème, je ne vois qu’un seul traitement : de vraies bonnes vacances » conseille le médecin tout en admettant que Julie est assez gravement atteinte.

Le cas n’est pourtant pas unique. Dans les salles des maitres, on se souvient de l’histoire de cet enseignant qui avait passé ses vacances à venir à l’école tous les jours, sans se rendre compte qu’il n’avait pas d’élèves.

Représailles : Benoît Hamon annonce le licenciement de tous les profs d’allemand

La réplique ne se sera pas fait attendre. Moins d’une heure après la victoire de l’Allemagne sur l’équipe de France, le ministre de l’Education nationale annonce le licenciement de tous les professeurs d’allemand.

« Nous savons de sources sures que de nombreux professeurs d’allemand soutiennent la Mannschaft » déclare Benoît Hamon « Nous ne pouvons pas nous permettre de conserver ces traitres dans nos rangs ». Pire les enseignants d’allemand sont accusés de tenter de faire aimer l’Allemagne à leurs élèves. « C’est une véritable cinquième colonne qu’il faut éliminer de l’Education nationale » poursuit le ministre.

« contre les Allemands il fallait agir »

Les autorités du football français se réjouissent de cette décision « Les Anglais et les Espagnols ont fait preuve de bonne volonté en se faisant éliminer au 1er tour. Contre les Allemands il fallait agir » commente un responsable de ligue professionnelle. Un accord de partenariat devrait être signé sous peu entre le ministère de l’éducation et la fédération de football pour développer l’esprit chauvin dès le plus jeune âge.

D’après un sondage, 86% des supporters soutiennent le choix de Benoît Hamon. Ils sont 75% à considérer que les cours d’allemand constituent de la propagande anti-française et 62% demandent que les professeurs d’allemand soient tondus à la Libération.

Louis Sarkozy dénonce les « profs syndiqués » qui mettent des mauvaises notes

Hier, le fils de l’ancien président avait fermement pris la défense de son père sur Twitter. Le voilà maintenant qui passent à l’offensive contre les « profs syndiqués » qui, selon lui, cherchent à nuire aux élèves.

« C’est une évidence » » déclare Louis Sarkozy dans une interview « Les professeurs mettent des mauvaises notes pour montrer que tout va mal et obtenir plus de moyens ». Le jeune homme n’hésite pas à parler de complot fomenté au plus haut niveau de l’Etat. Il considère qu’il existe un lien entre les notes des élèves et la courbe de popularité de l’exécutif et dénonce les principaux coupables : les professeurs syndiqués.

« Les professeurs n’ont pas à avoir une opinion personnelle »

Le fils de Nicolas Sarkozy voit dans la syndicalisation des enseignants une « anomalie ». « Les professeurs doivent nous transmettre des choses, ils n’ont pas à avoir une opinion personnelle » affirme le garçon de 17 ans. « Si les professeurs veulent faire de la politique, ils doivent changer de métier » ajoute t-il en s’interrogeant sur la possibilité de retirer le droit de vote aux enseignants.

Aucun ténor de l’UMP n’a encore commenté les propos de Louis Sarkozy. En privé, un cadre du parti, qui tient à garder l’anonymat se demande si ces déclarations ne font pas partie de la stratégie de son père pour préparer son « retour ».