Ce vieux prof de centre ville qui voulait faire échouer ses élèves

Il y a des établissements où le succès apparait comme une fatalité. Sociologiquement et culturellement la réussite scolaire y est naturelle. Face à cet implacable constat un enseignant s’engage depuis 35 ans pour faire mentir les statistiques. Portrait

M. Planteur est professeur d’histoire dans un collège de centre ville. Enseignant passionné, il ne compte ni son temps ni son énergie. Il se consacre à 100% à son objectif : faire échouer ses élèves. « Je refuse de me résigner » explique l’enseignant « Ces jeunes ont tout pour réussir. Mon travail c’est de leur permettre d’échouer comme les autres ». M. Planteur affirme fièrement son crédo : le droit à l’échec scolaire est une question d’égalité républicaine.

M. Planteur affiche les résultats les plus bas du collège.

Pour parvenir à son but, M Planteur dispose d’une méthode éprouvée. Interrogations trop difficiles, questions non traitées en cours, documents incompréhensibles, les élèves sont cernés. « Ils n’ont absolument aucune chance » constate un parent d’élève. « Et comme il y a peu de notes, un seul devoir raté suffit à faire baisser la moyenne ». Le fait est que dès le premier trimestre M. Planteur affiche les résultats les plus bas du collège.

Dans les premier temps, certains élèves se montrent réticents mais au final, tous adhérent. « On sait à l’avance qu’on ne réussira pas c’est très rassurant en fait. » témoigne Annabelle en classe de 3e. A l’arrivée, même les plus récalcitrants acceptent de se couler dans le moule. « La quasi-totalité des élèves a renoncé à travailler » se réjouit M Planteur. « Ça n’a pas toujours été facile mais nous devrions en voir les fruits lors des résultats du brevet ». L’objectif du professeur est clair et annoncé : 0% de réussite.

Publicités

Une réflexion sur “Ce vieux prof de centre ville qui voulait faire échouer ses élèves

  1. Monsieur Planteur est un héros, un de ces personnages modestes dont on ne parle pas assez. Grâce à lui et sûrement à d’autres courageux pédagogues pleins d’abnégation, comme par exemple son collègue mathématicien Monsieur Rayon du Cercle, qui donne systématiquement à ses secondes des problèmes du collège (de France), ces jeunes dont il s’occupe avec dévouement échappent enfin à la fatalité. Je proclame, et je ne suis sûrement pas isolé, que Monsieur Planteur mérite amplement non seulement les palmes, mais aussi le tuba académiques.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s