Cas particulier : Un parent d’élève n’a « rien à faire » de la démission de J-F Copé

Impossible d’échapper à l’information. L’ensemble de la presse audiovisuelle en a fait l’ouverture de ses journaux. Pourtant, un parent d’élève affirme n’avoir « rien à faire » de la démission de JF Copé. Explications.

Ce matin en allumant la radio, Bertrand est surpris que l’affaire Bygmalion soit traitée avant l’intervention du chef de l’Etat et les suites des élections européennes. Généralement, Bertrand est plutôt attentif à la politique, mais pour lui, là, c’est trop « Rien que ce matin, j’ai reçu quatre alertes pour des « rebondissements » du dossier » explique le parent d’élève. « Je ne comprends pas pourquoi on en parle autant ». Bertrand considère qu’il y a des sujets beaucoup plus importants comme l’Ukraine ou la Syrie dont les médias ne parlent pas assez.

Parmi les parents présents, personne n’a évoqué la question.

 Sa fille Flora, scolarisée en moyenne section de maternelle partage l’indifférence paternelle. Dimanche, elle a accompagné ses parents au bureau de vote mais elle ne parvient pas à s’intéresser à la crise interne de l’UMP.

Ce soir, à la sortie de l’école, Bertrand est venu chercher sa fille. Parmi les parents présents, personne n’a évoqué la question. « On a parlé de la météo, de la fête de l’école, mais absolument pas de JF Copé  » témoigne un autre parent. Après le goûter, Flora a voulu aller jouer dans la cour. Là non plus aucun des enfants n’a montré le moindre signe d’intérêt pour la nouvelle direction de l’UMP.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s