Université : Un homme sauvagement assassiné pour avoir demandé « alors ça avance cette thèse ? »

Le drame n’est pas sans rappeler l’affaire du pain au chocolat de Toulouse. Un homme a été sauvagement assassiné pour avoir demandé à un étudiant si sa thèse avançait. Récit.

La scène d’une rare violence s’est déroulée hier vers 18h. Jean-Luc, professeur de Mathématiques, croise Valentin, doctorant en Histoire. En guise de salutation, l’enseignant demande « Alors ça avance cette thèse ? ». D’après un témoin, Valentin aurait alors fouillé dans son sac avant de se jeter sur Jean-Luc pour le larder de dizaines de coups de stylo. Il se serait ensuite acharné sur lui à l’aide de sa carte de BU.

« Ce n’est vraiment pas prudent de demander ça à un thésard »

Les amis de Valentin peinent à expliquer son geste.  « C’est un garçon très gentil qui travaille régulièrement » témoigne son colocataire. Au sein du laboratoire où il est inscrit, on est plus critique « Ce n’est vraiment pas prudent de demander ça à un thésard. On sait bien que des réactions violentes sont possibles ». La répétition de cette simple interrogation peut avoir des conséquences dramatiques. Depuis le début de l’année, on dénombre une dizaine de grands-parents décédés des suites de la question lors de repas de famille.

Le ministère de l’enseignement supérieur prend l’affaire très au sérieux. « Nous cherchons des solutions pour protéger à la fois la population et les doctorants » affirme A Saçinat « On peut envisager de confiner les étudiants pour la durée de leur thèse. L’autre piste c’est d’inclure de la méditation zen dans les formations ». Dans l’immédiat, des mesures de prévention vont être mises en place. Une signalétique particulière indiquera les zones à risques et la conduite à tenir en présence d’un doctorant.

Publicités

7 réflexions sur “Université : Un homme sauvagement assassiné pour avoir demandé « alors ça avance cette thèse ? »

  1. A mon humble avis, ce n’est guère une question de prudence mais de psychologie. Après tout, une thèse fait partie des étapes d’une longue étude, ce n’est pas la peine d’en faire tout un drame et de s’en prendre à quelqu’un sous motif que l’on devient dangereux et agressif après une simple question. On est sous pression certes, mais cela peut démontrer une autre aptitude, dire que ce thésard qui a commis ainsi une telle violence ne serait qu’un malade mentale et ne devrait même pas soutenir sa thèse car il sera d’autant plus dangereux pour les autres après de tel comportement indigne d’un universitaire.

  2. Oui c’est possible , ça fait peur mais c’est vraiment possible !!, je suis une doctorante et parfois ça me rend folle de me poser cette question!!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s